Le Danemark veut participer rapidement et pleinement à l’Europe de la Défense

Lors de la visite officielle du président Macron au Danemark, le premier ministre Rassmussen a annoncé que son pays souhaitait rejoindre et participer rapidement et pleinement à l’initiative d’Europe de la Défense. Alliant le geste à la parole, la Marine Danoise a annoncé qu’une de ses 3 frégates anti-aériennes de la classe Iver Huitfeldt, de puissants bâtiments de 6600 tonnes équipées de 56 missiles SM-2, participera à l’escorte du porte-avions français Charles de Gaullelors de sa première campagne 2019, en Méditerranée et Océan Indien.

Cette annonce a une portée politique et symbolique très importante. En effet, le Danemark est traditionnellement un pays très atlantiste, et il n’avait jusque là, jamais fait preuve d’un intérêt avéré pour les initiatives franco-allemandes. Or, le premier ministre Rasmussen a évoqué, lors de sa déclaration, un partage es taches naturel entre l’OTAN et l’Europe de la Défense, ce qui est à l’opposé de la position jusque là défendue par Copenhague, et la plupart des pays européens membres de l’OTAN.

Il s’agit donc d’un basculement important, qui pourrait préfigurer d’une prise de conscience plus large en Europe, et notamment en Europe du Nord. 

Reste que, pour émerger, l’Europe de la Défense doit avant tout se construire sur le couple franco-allemand, qui devra être mesure de bâtir une offre de défense suffisamment attractive et rassurante pour créer une dynamique à l’échelle de toute l’Europe.

Mais, à 9 mois d’élections européennes qui s’avèreront cruciales pour l’avenir de l’Union, les initiatives pour renforcer la Défense européenne par les européennes ne peuvent qu’être bienvenues 

- Publicité -

Pour Aller plus loin

RESEAUX SOCIAUX

Derniers Articles