L’Occident prend-elle conscience de sa vulnérabilité militaire ?

- Publicité -

Dans son audition par la commission de la Défense de l’Assemblée nationale, le général Facon, commandant le centre de doctrine et de commandement de l’Armée de Terre, a appuyé sur la nécessaire prise de conscience pour les armées françaises et alliées, comme pour les politiques qui les contrôlent, du retour de la probabilité d’un engagement massif entre états technologiques, appelé engagement de haute intensité. Il appuya sa démonstration par des exemples concernant les engagements en Syrie, en Irak et surtout dans le Donbass, ou les forces ukrainiennes affrontent depuis 4 ans des forces sécessionnistes équipées en hommes et matériels par les autorités russes.

Pour ceux qui suivent régulièrement les publications de ce site, la déclaration de l’officier général français ne sera pas une surprise. En effet, depuis plusieurs années, des pays comme la Russie et la Chine ont très sensiblement fait évoluer leurs forces armées et leurs doctrines pour être en mesure de prendre l’avantage sur les forces occidentales en cas de conflit armé. Cet effort se caractérise par un renforcement des armées conventionnelles, la modernisation des équipements, l’augmentation des exercices et des manœuvres d’aguerrissement, et le développement de nouvelles technologies et systèmes d’armes destinés à prendre un avantage décisif sur l’adversaire, en l’occurrence les forces américaines et leurs alliés. Parmi ces technologies, nous pouvons citer les technologies de déni d’accès, comme le système S400 et le futur S500 antiaérien, et le système bastion antinavire, des armes hypersoniques comme le missile Kinjhal et Zircon, ou des missiles air-air longue portée comme le R37M. Parallèlement, les forces conventionnelles sont renforcées de sorte à établir un rapport de force positif, en matière de forces blindées pour la Russie, et de forces navales pour la Chine. Enfin, les deux pays ont porté leurs efforts sur le renforcement de leurs forces de dissuasion nucléaire, avec de nouveaux missiles balistiques, et des planeurs de rentrée atmosphérique hypersoniques. 

Dans le même temps, les pays occidentaux restaient concentré sur leurs interventions au Levant et en Afrique subsaharienne, et les armées faisaient encore face à l’inertie des « bénéfices de la Paix » qui auront eu pour seule vertu que de désorganiser une part importante des capacités de défense des pays européens.

- Publicité -

En France, le Livre Blanc sur la Défense de 2013, mais également la Revue Stratégique de 2017, et même la LPM 2018-2025 sont emprunt de ces paradigmes ignorant, ou voulant ignorer, la réalité des évolutions géostratégiques mondiales. Totalement ignoré du Livre blanc, qui pourtant est toujours le document cadre d’organisation de la Défense nationale, le risque « haute intensité » est adressé à minima par la Revue Stratégique, et la LPM concentre l’augmentation des moyens de la Défense à recapitaliser les forces de projection françaises, les forces de combat lourdes, comme les chars de combat, l’artillerie automotrice blindée, les hélicoptères de combat ou l’aviation de bombardement, étant adressés à minimum par les investissements nationaux.

Le cas français n’est, malheureusement, pas isolé en Europe. La majorité des européens de l’ouest n’ont aucune perception de la recrudescence des risques de conflit et, de fait, il en va de même pour leurs représentants politiques. En Belgique, une part importante de la classe politique s’interroge sur la nécessité de remplacer les F16 de l’aviation Belge, considérant les couts d’acquisition d’un nouvel appareil, trop élevés, aux vues des besoins sociaux du pays. En Allemagne, le SPD allié à la CDU d’Angela Merkel s’est fermement opposé à une augmentation massive des crédits de défense d’une armée qui en a pourtant cruellement besoin, et qui est bien plus sollicitée qu’on ne veut bien le croire. Le nouveau gouvernement Italien populiste a d’ores et déjà annoncé qu’il baisserait les crédits de Défense à 1,3% du PIB du pays, très loin de l’objectif de 2% imposé par l’OTAN en 2025.

Il n’est pas surprenant, dès lors, que les pays d’Europe de l’Est, les plus exposés au risque haute-intensité, comme les pays de la ceinture pacifique (Japon, Corée du Sud, Australie), soient à la fois ceux qui augmentent le plus leurs efforts de Défense, et ceux qui cherchent le plus à se rapprocher de la protection américaine, perçue comme la seule alternative crédible.

- Publicité -

Pourtant, aux Etats-Unis aussi, la prise de conscience n’est que récente et le constat amère. Après 30 années de dépenses inconsidérées vers des programmes technologiques fumeux, les forces américaines sont, elles aussi, largement sous-capacitaires, et très exposées au risque de combat haute-intensité. Qu’il s’agisse des faibles performances de son artillerie et de sa défense anti-aérienne rapprochée pour l’Armée de terre, de la faible disponibilité des aéronefs de l’Air Force et de l’Aéronavale, ou de l’oubli extraordinaire du remplacement des frégates anti-sous-marines O.H Perry, les capacités militaires US sont très en deçà du niveau minimum requis pour pouvoir faire face à un conflit majeur sur deux fronts. Dans un récent rapport, l’US Navy admet même qu’elle doute de pouvoir assurer un pont logistiquevers l’Europe si le besoin venait à apparaître. Au temps pour la protection US …

De fait, aujourd’hui, c’est l’occident dans son ensemble qui prend conscience de sa vulnérabilité présente face à ce risque de conflit. Pire, en dépit de cela, les actions correctrices engagées ne permettent pas d’envisager un retour à l’équilibre des forces avant 2040, avec un pic de vulnérabilité entre 2030 et 2035. C’est la raison pour laquelle, comme le général Facon l’a fait, et le général Lecointre avant lui, ou comme le fait le général Mattis aux Etats-Unis, il est urgent et indispensable de créer un électrochoc auprès des instances politiques pour prendre la mesure du risque encourue, et engager rapidement un plan d’action visant à modérer ses effets.

- Publicité -

Pour Aller plus loin

RESEAUX SOCIAUX

Derniers Articles