L’axe Pékin-Islamabad-Ankara se renforce sous l’égide pakistanaise

Lorsque l’on évoque la possible rupture de ban de la Turquie vis-à-vis de l’OTAN et des Etats-Unis, il est coutume d’imaginer un rapprochement d’Ankara avec Moscou, considérant que le casus belli aura été l’acquisition de systèmes S-400 pour les forces ottomanes.

C’est cependant ignorer les efforts déployés par les autorités pakistanaises pour amener les autorités turques à participer à l’alliance militaire et économique de plus en plus solide qui lie le pays avec la Chine. En outre, dans le cas d’une opposition intense entre les Etats-Unis et la Turquie, seule la Chine serait en mesure de soutenir économiquement le pays pour éviter d’être broyé par les sanctions US. Pékin a déjà agit de la sorte, que ce soit vis-à-vis de la Corée du Nord, de la Russie, du Myanmar. D’autant que la Turquie, par sa position hautement stratégique, constituerait un pivot idéal pour contrôler l’extrémité occidentale des nouvelles routes de la Soie.

Les articles d’actualité publiés au delà de 24 mois entrent dans la catégorie « Archives » et ne sont accessibles qu’aux abonnés professionnels.
Pour plus d’informations sur cette offre, cliquez ici

Related posts

Meta-Défense

GRATUIT
VOIR