Quel successeur pour le M2 Bradley ?

L’armée de terre américaine est entrée dans un processus de renouvellement capacitaire de grande ampleur. Très concentrée pendant plus de deux décennies sur la conduite d’opérations de stabilisation et de contre-insurrection, la crise ukrainienne associée au renforcement constant des capacités militaires russes et chinoises ont mis en en lumière les lacunes de l’U.S. Army quant à ses capacités doctrinales, matérielles et logistiques à conduire avec succès des opérations de combat aéroterrestres majeures face à un adversaire équivalent. L’observateur averti aura ainsi probablement connaissance des multiples débats qui agitent depuis quelques années l’establishment militaire américain sur l’ampleur des transformations organisationnelles et capacitaires à réaliser afin de conserver la supériorité sur les champs de bataille futurs. Le programme de remplacement du Bradley, associé plus largement aux réflexions plus larges sur le multi-domain battle, en fait partie.

Ainsi, si le budget de l’U.S. Army pour 2020 de 182 milliards de dollars devrait être plutôt équivalent au budget voté pour 2019, le volet des acquisitions d’équipements est quant à lui quasi-exclusivement dédié au renouvellement capacitaire. Ce dernier s’articulera autour de six priorités : le programme LRPF (Long Range Precision Fires) de renouvellement général de l’artillerie de campagne, le programme OMFV (Optionally Manned Fighting Vehicle) de remplacement des Bradley, le FVL (Future Vertical Lift) d’hélicoptère de nouvelle génération pour remplacer les UH-60, AH-64, CH-47 et OH-58, la numérisation du champ de bataille, la défense anti-aérienne et enfin la létalité du soldat. Une trentaine de systèmes, et notamment les plateformes de combat terrestres, vont voir leurs financements augmenter afin d’accélérer un renouvellement capacitaire global devant s’achever vers 2028. Notamment, le remplacement du Bradley est devenu prioritaire depuis l’abandon de la version M2A5 et le choix de l’Army de se tourner rapidement vers une nouvelle plateforme : 387 millions de dollars sont ainsi prévus à cet effet pour l’année 2020 pour la fabrication et l’essai de plusieurs prototypes. Les informations sur le sujet étant assez foisonnantes, il parait alors particulièrement intéressant de revenir en détail sur le possible successeur du Bradley afin de mettre les choses en perspective.

I – Le Bradley : sa genèse et ses limites

Les articles d’actualité publiés au delà de 24 mois entrent dans la catégorie « Archives » et ne sont accessibles qu’aux abonnés professionnels.
Pour plus d’informations sur cette offre, cliquez ici

Related posts

Meta-Défense

GRATUIT
VOIR