L’Allemand Hensoldt a montré que F35 était détectable par un radar passif

Le site américain C4ISRnet.com, appartenant à la sphère defensenews.com, a publié l’histoire ayant amené Lockheed à garder au sol ses F35A dépêchés au salon Berlin Air Show en 2018, sur l’aérodrome Schönefeld prés de Berlin, alors que l’OTAN et les Etats-Unis faisaient tout ce qui était en leurs pouvoirs pour amener l’Allemagne à choisir l’appareil furtif pour remplacer ses Tornado. En effet, le concepteur de radar allemand Hensoldt profita de cet événement pour tester son nouveau radar passif TwInvis, afin d’en évaluer les performances sur un vaste panel d’appareils. Et comme les concepteurs du TwInvis, non donné au système allemand, s’y attendaient, les deux F35 en provenance de la base aérienne de Luke en Arizona furent détectés et suivis par le système sur prés de 150 km, au point que les autorités américaines décidèrent de garder les appareils au sol durant toute la durée du salon, ne laissant à Hensoldt que le vol retour pour parfaire leurs mesures.

Mis face à l’évidence, le constructeur Lockheed se contenta de répondre que les deux appareils étaient pourvus de lentilles Luneburg, de petits dispositifs implantés sous les ailes pour augmenter la reflectivité radar de l’appareil vis-à-vis des radars d’approche primaires. Mais, comme le fit remarquer à juste titre Hensoldt, ces dispositifs sont efficaces sur des bandes radars traditionnelles, alors que le radar passif fonctionne sur une gamme de fréquence bien plus basse, rendant les lentilles Luneburg, si pas inutiles, en tout cas inefficaces au regard de la masse que représente le F35.

Comme en Grande-Bretagne, Lockheed espérait que Berlin choisirait le F35A pour remplacer ses Tornado

En effet, contrairement à un radar traditionnel, qui émet un rayonnement électromagnétique à une fréquence déterminée et détecte les rayonnements renvoyés lorsque l’onde rencontre un objet, les radars passifs utilisent le rayonnement électromagnétique ambiant d’origine humaine pour créer une carte aérienne du ciel, et détecter les anomalies pour déterminer la présence d’appareils. Les sources de rayonnement peuvent être des émetteurs de télévision, de radio, les antennes GSM, et même, mais dans une moindre mesure, les téléphones mobiles eux-mêmes. Cette technologie présente plusieurs atouts, le premier étant sa capacité à détecter les appareils utilisant les technologies de furtivité actuelles, comme le F22 ou le F35, en raison des bandes de fréquences utilisées, et de la multiplicité des emetteurs. Il s’agit, en quelques sortes, d’une version « de fait » d’une multitude de radars en bande VHF-UHF travaillant en multi statisme.

En second lieu, l’appareil détecté n’a aucune idée qu’il l’a été, puisqu’il évolue dans le « bain électromagnétique ambiant » tout à fait normal pour la zone. Il est, dès lors, aisé d’amener un intercepteur dans la queue de l’appareil visé, sans qu’il ait besoin d’utiliser son radar aérien, et donc sans signaler à la cible qu’il a été pris en chasse, jusqu’au départ d’un éventuel missile. Il est également possible de guider un missile sol-air à proximité de l’avion furtif, pour laisser son autodirecteur, radar ou IR, se charger de l’interception. En effet, toute efficace qu’elle soit, cette technologie n’a pas la précision d’un radar traditionnel de guidage, et ne peut amener le missile jusqu’à l’impact.

Des emetteurs TNT comme celui-ci, ou GSM, sont implantés sur tout le territoire européen, rendant l’utilisation des radars passifs plus que pertinente

Cette technologie à un autre inconvénient, et non des moindres, celui d’être dépendant d’émetteurs non controlés par les forces armées, et donc non « durcis ». Ainsi, en cas de coupure de l’alimentation électrique sur une zone, la grande majorité des emetteurs cesseront d’émettre, soit immédiatement, soit lorsque les générateurs auront consommé tout leur carburant. En conséquence, on ne peut faire reposer la Défense aérienne d’un pays sur cette seule technologie, en dépit de ses nombreux attraits. En revanche, elle se révèle être très efficace pour la surveillance aérienne renforcée en période de paix, ou en période de crise, afin de détecter des intrusions d’appareils furtifs non détectés par le système principal. Cela permettrait, en particulier, d’intercepter des raids d’appareils furtifs voulant mener des frappes préventives ou de première intention.

Cette anecdote taille en pièce, encore un peu davantage, l’aura d’invulnérabilité dont se pare souvent le F35 et sa furtivité. Eu égard aux investissements importants faits dans le monde pour contrer les technologies de furtivité, l’avantage dont dispose aujourd’hui le F35 est amené à s’étioler rapidement, pour ne plus être pertinent au tournant de la décennie 2030. Ceci explique peut-être les changements de positions importants que s’apprête à annoncer l’US Air Force cette semaine, avec le developpement probable d’un nouveau chasseur lourd dans un programme accéléré, et le retour à de « petites » séries d’appareils plus spécialisés, plus récurrentes, et sur des délais bien plus courts, que le F35. Il est d’ailleurs probable que l’objectif de 1700 F35A mis en avant par l’US Air Force pendant prés de 10 ans, soit ramené progressivement à des valeurs plus en cohérence avec le besoin réel d’un tel appareil.

Related posts

Meta-Défense

GRATUIT
VOIR