La protection anti-aérienne rapprochée des unités russes

Consciente de la supériorité de la puissance aérienne de l’OTAN, la Russie n’a jamais cherché à l’égaler, comme l’avait fait l’Union Soviétique. Pour autant, Moscou a toujours été déterminé à neutraliser cette puissance militaire qui représente, selon les autorités militaires britanniques, « 80% de la puissance de feu de l’OTAN ». Pour y parvenir, les forces russes ont constitué un système de défense anti-aérienne interconnecté multi-couche alliant performances et densités des équipements. Nous avons déjà traité La Défense à longue portée, représentée par les systèmes S350, S400 et le futur S500, ainsi que la Défense à moyenne portée, domaine de prédilection des systemes BUK. La Défense anti-aérienne rapprochée n’est pas négligée malgré les performances des systèmes à longue et moyenne portée. Elle se compose de trois familles de systèmes, ayant chacune ses propres attributs.

Le systeme BUK assure La Défense anti-aérienne et anti-missile à moyenne portée des unités russes

Système Pantsir-S1

Le plus connu médiatiquement des systèmes de protection anti-aérienne et anti-missile à courte portée russe est le système Pantsir-S1 , signifiant « carapace » en russe, identifié par l’OTAN comme SA-22 GreyHound. Ce système monté sur camion 8×8 met en oeuvre 2 canons 2A42M de 30mm à haute cadence de tir, ainsi que deux lance missiles sextuples équipés du missile 57E6 ayant une portée de 20 km. Le Pantsir S1 est destiné à protéger les infrastructures sensibles contre les frappes aériennes, les missiles de croisières et les drones. La version Pantsir S2 est déjà en service concomitamment à la version S1 dans les forces russes, et met met en oeuvre, en ouvre, un nouveau radar plus performant. Une nouvelle version, identifiée Pantsir SM, permettra de porter les capacités de détection à 75 km et la capacité d’engagement à 40 km grâce au nouveau missile 57E6M-E. Outre les forces russes, le Pantsir a été exporté dans 10 pays, et la Serbie a également annoncé qu’elle s’en doterait prochainement. Les forces russes mettent en oeuvre plus de 140 systemes Pantsir S1 et S2.

Le Pantsir S2 a été massivement déployé en Syrie pour protéger les infrastructures russes

Système TOR M1/M2

Le TOR M1/2 est un système anti-aérien à courte portée et grande mobilité, monté sur un blindé chenillé 9A311 pour les forces russes. Il se compose d’un radar PESA Doppler à impulsion en bande K et de 8 à 16 missiles anti-aérien positionnés au centre de la tourelle dans 2 cellules à lancement vertical. Les missiles mis en oeuvre sont en général de la famille 9M331 mais peuvent également être de la famille 9M338/9 en bi ou quad pack. Entièrement automatique, le système peut engager jusqu’à 4 cibles simultanément avec ses missiles, à une distance atteignant 15 km. Le TOR assure la protection des unités mobiles russes, notamment des unités combattantes, ainsi que des infrastructures sensibles, comme les postes de commandement, ou les zones logistiques. Il a montré d’excellentes performances en Syrie en interceptant un grand nombre de roquettes et de drones lancés contre l’aérodrome de Hmeimim, palliant en partie les défaillances constatées du Pantsir face aux cibles trop petites ou trop lentes. Le TOR M1/2 est en service dans 15 pays, et la Russie en met en oeuvre plus de 200 unités aujourd’hui.

Le TOR M2 allie mobilité et capacité d’engagement à courte portée. Remarquez la trappe double sur le toit de la superstructure de laquelle les missiles sont lancés

Système 2K22 Tunguska


Le reste de cet article est réservé aux abonnés

Les articles en accès intégral sont accessibles dans la rubrique « Articles Gratuits« . Les abonnés ont accès aux articles Analyses, OSINT et Synthèse en intégralité. Les articles en Archives (plus de 2 ans) sont réservés aux abonnés Premium.

A partir de 6,50 € par mois – Sans engagement de durée.


Related posts

Meta-Défense

GRATUIT
VOIR