Le format et les bâtiments de surface de l’US Navy sont inadaptés pour faire face à la Chine

Spécialisé dans les études portant sur les sujets de Défense concernant les Etats-Unis, le Center for Strategic and Budgetary Assessments, ou CSBA, vient du publier une étude particulièrement critique concernant les choix ayant cours actuellement dans l’US Navy quand à la constitution de sa flotte de surface. Et la conclusion est sans appel : avec son format actuel, l’US Navy est incapable de faire face au niveau de challenge posé par la Chine sur les mers et dans les airs.

En effet, selon l’étude publiée, l’US Navy fait reposer sa puissance de surface sur de grandes unités, chères et gourmandes en ressources humaines, mettant en oeuvre de très puissants radars et sonars actifs, et de nombreux missiles en silos verticaux. Or, aujourd’hui, la guerre navale est devenue une affaire de discrétion et de furtivité. Les unités de surface employant leurs radars ou sonars en mode actif peuvent effectivement détecter les navires et aéronefs présents dans un certain périmètre, mais indiquent précisément leur position à l’ensemble des navires et aéronefs patrouillant à des distances bien supérieures. A l’heure des missiles anti-navires à longue portée, pouvant désormais atteindre des cibles à plus de 1000 km (Tzirkon), et même au delà pour les missiles anti-navires balistiques comme le DF-21D chinois, l’utilisation d’un radar comme le SPY-6 qui équipera les nouveaux destroyers Arleigh Burke Flight III, agira comme un feu de position multidirectionnel dans les océans pour toutes les unités navales, sous-marines et aériennes de la zone. De plus, les paradigmes stratégiques de l’US Navy n’ayant pas évolué depuis les années 80, lorsque les croiseurs Ticonderoga et les destroyer Burke entrèrent en service, les adversaires potentiels de l’US Navy ont eu tout loisir de concevoir des bâtiments et des tactiques faisant des forces de la marine américaine, une faiblesse si elle devait les affronter.

Presentation publique de 10 missiles DF21D Analyses Défense | Budgets des armées et effort de Défense | Constructions Navales militaires
Le missile balistique anti-navire chinois DF21D a une portée supérieure à 1500 km

Il reste 75 % de cet article à lire, Abonnez-vous pour y accéder !

Logo Metadefense 93x93 2 Analyses Défense | Budgets des armées et effort de Défense | Constructions Navales militaires

Les abonnements Classiques donnent accès aux
articles dans leur version intégrale, et sans publicité,
à partir de 1,99 €.


Pour Aller plus loin

RESEAUX SOCIAUX

Derniers Articles

Meta-Défense

GRATUIT
VOIR