Quelle est la puissance militaire conventionnelle de la Russie aujourd’hui ?

En 2015, en référence aux interventions militaires russes en Crimée et en Syrie, le président B. Obama avait déclaré que la Russie n’était plus qu’une force régionale sur le déclin. Aujourd’hui, alors que Moscou a massé prés de 100.000 hommes aux frontières de l’Ukraine, le Président Russe Vladimir Poutine estime que la puissance militaire de son pays est suffisante pour lui permettre d’imposer des conditions fermes aux pays européens quant à l’avenir de son voisin. Considérant la discrétion de l’ensemble des puissances européennes dans ce dossier, force est de constater que, pour aucune d’entre elles, la Russie n’est aujourd’hui une puissance militaire négligeable, et encore moins sur le déclin.

Pour autant, la perception générale quant à la puissance militaire réelle dont dispose le Kremlin, est le plus souvent largement erronée, et très emprise de ce que fut la puissance militaire soviétique de la guerre froide. S’il est vrai que dans le domaine des armes stratégiques, Moscou continue de faire jeu égal avec Washington, que ce soit en nombre de têtes comme de vecteurs, sa puissance militaire conventionnelle, quant à elle, a très largement évolué ces 15 dernières années, sous l’action combinée des réformes menées par le ministre de La Défense Sergeï Chouigou, et du chef d’Etat-Major des Armées Valery Gerasimov, tous deux arrivés à leur poste à l’occasion du retour de Vladimir Poutine au Kremlin en 2012. Et aujourd’hui, les forces armées russes ont une structure, mais également une doctrine, et un niveau d’efficacité opérationnelle, sans commune mesure avec l’Armée rouge soviétique.

Une force armée professionnalisée et moderne

Alors que l’Armée Rouge rassemblait, au plus fort de la guerre froide dans les années 80, plus de 6 millions d’homme, et des dizaines de milliers de chars et de véhicules blindés, l’Armée russe moderne est à la fois beaucoup plus compacte, avec seulement 900.000 hommes et femmes sous les drapeaux, et infiniment plus performante, grâce notamment à un très haut taux de professionnalisation, qui représente aujourd’hui plus de 72% des effectifs. Les quelques 250.000 conscrits qui effectuent leur service militaire d’une durée de un à deux ans selon les cas, sont en effet affectés aux missions de soutien, de logistique et de sécurité intérieure, là ou les 650.000 militaires d’active constituent, quant à eux, la force de frappe opérationnelle de cette armée. Parmi eux, 300.000 hommes et femmes seulement appartiennent aux forces terrestres russes, auxquels il convient d’ajouter les quelques 75.000 parachutistes des forces aéroportées. Les forces aériennes, qui rassemblent l’Armée de l’Air, mais aussi la force spatiale et la force de défense opérant les missiles balistiques ainsi que les défenses anti-aériennes et anti-missiles du pays, rassemblent 190.000 hommes et femmes. Quant à la Marine Russe, en plein renouveau, elle est forte de 160.000 marins et officiers.

Seuls 250.000 conscrits sont intégrés aux 900.000 hommes qui forment les forces armées russes aujourd’hui

De fait, les armées russes aujourd’hui ne s’appuient plus, comme précédemment en Union Soviétique, sur la volonté de surpasser numériquement l’adversaire, mais bel et bien sur des militaires professionnels ayant un haut niveau de formation, mais également une réelle experience du combat. Ainsi, selon Vladimir Poutine, 85% des officiers russes exerçant des fonctions de commandement ont connu l’expérience du combat, en particulier au travers de nombreux déploiements sur le théâtre Syrien, mais également Libyen, dans le Donbas ou dans le Caucase. Il en va de même des materiels, ou presque, en service dans les armées, une majorité d’entre eux ayant été déployés et expérimentés au combat sur ces théâtres, avec un mécanisme de retour d’experience et d’amélioration continue particulièrement efficace, si l’on en croit les rapports publics.

Une puissance de feu sans équivalent


Le reste de cet article est réservé aux abonnés

Les articles en accès intégral sont accessibles dans la rubrique « Articles Gratuits« . Les abonnés ont accès aux articles Actualités, Analyses et Synthèses en intégralité. Les articles en Archives (plus de 2 ans) sont réservés aux abonnés professionnels.

A partir de 5,90 € par mois (3,0 € par mois pour les étudiants) – Sans engagement de durée.


Related posts

Meta-Défense

GRATUIT
VOIR