Face aux européens, l’Armée russe en 2030 sera bien plus puissante qu’aujourd’hui

La présente crise russo-ukrainienne, quelle que soit sa conclusion, aura permis à Moscou de faire une extraordinaire démonstration de force en Europe, au point qu’aucun pays européen, même les plus proches de Kiev, n’envisage de s’engager militairement aux cotés des armées ukrainiennes en cas de conflit. Et force est de constater que ces armées russes sont parvenues à mobiliser, déplacer et assembler une centaine de bataillon tactique interarmes, l’équivalent russe des Groupement tactique inter-armes français, soit 65 % de sa force opérationnelle terrestre, et ce entre le milieux du mois de novembre et le début du mois de février. A titre de comparaison, l’Armée de Terre française estime aujourd’hui être capable de mobiliser une division de combat, soit 3 brigades et une douzaine de GTIA, dans un délais de 6 mois, et ce sans prendre en compte le deplacement des unités vers leurs zones d’engagement, alors même qu’elles sont, dans ce domaine, sans conteste les forces les plus opérationnelles des armées européennes.

De fait, Moscou vient de créer, de manière incontestable, un rapport de force extrêmement favorable en Europe, et ce sans même devoir faire intervenir sa puissance nucléaire, mettant les européens sous une très importante pression. Malheureusement pour eux, cette état de fait n’évoluera pas favorablement dans les années à venir, Moscou ayant plusieurs axes de progression planifiés pour accroitre très sensiblement la puissance de ses forces armées d’ici 2030, et ainsi creuser encore davantage le rapport de force en sa faveur en Europe. Plus précisément, ces axes de progressions sont au nombre de 4 : l’évolution technologique des armées, les effets de la professionnalisation, la Garde nationale et, enfin, les effets de la redistribution géopolitique mondiale.

Les évolutions technologiques à venir au sein des armées russes

Les célébrations du 70ème anniversaire de la fin de la Grande Guerre Patriotique, le 9 Mai 2015, fut l’occasion pour le monde de découvrir de nombreux nouveaux materiels appelés à transformer les armées russes dans les années à venir, comme le char de combat de nouvelle génération T-14 Armata, le véhicule de combat d’infanterie lourd T-15, le VCI/APC chenillé moyen Kourganet 25, le VCI/APC 8×8 Boomerang, ou encore le canon automoteur Koalitziya SV. Dans le domaine aérien, l’industrie aéronautique russe développait le Su-57 Felon mais aussi le drone de combat lourd S-70 Okhotnik-B, et s’était engagée dans le developpement d’un bombardier stratégique furtif et d’un intercepteur de nouvelle génération. Une nouvelle génération de navires de surface, comme les frégates Admiral Gorshkov et les corvettes projet 20380/20385, et de sous-marins avec les SSK Lada, les SSN Iassen et les SNLE Boreï étaient également en cours de construction, alors que les destroyers Super Gorshkov, les croiseurs nucléaires Leader et les SSN de nouvelle génération Laïka marquaient le renouveau de la Marine Russe. 7 années plus tard, force est de constater que nombres de ces équipements ne sont toujours pas en service, et que certains d’entre eux ne sont pas attendus, de manière significative, avant 2025 voire 2030.

Le véhicule de combat d’Infanterie Kurganet 25 est équipé de la tourelle Epokha doit remplacer les VCI de type BMP actuellement en service

Pour autant, les armées russes ont connu une phase de modernisation intense depuis l’entame des réformes de 2008, suite à la Guerre de Géorgie, en privilégiant l’acquisition d’évolution des materiels existants plutôt que d’accélérer le developement des équipements de nouvelle génération. C’est ainsi qu’elles reçurent en un peu plus de dix ans, plus de 2500 chars lourds modernisés T-72B3(M), T-80BVM et T-90M, ainsi que 400 avions de combat Su-35, Su-34 et Su-30SM, tous présentant un rapport qualité-prix bien plus interessant pour la modernisation des armées russes à ce moment. Ainsi, un T-14 Armata couterait, selon les déclarations de l’industrie russe, prés de 5 m$ l’unité, soit l’équivalent de 2 T-90M, et davantage que 3 T-72B3M. Un Su-57, de son coté, couterait 2,5 fois plus cher qu’un Su-30SM, pourtant un appareil déjà parfaitement capable. De fait, entre 2008 et aujourd’hui, les armées russes ont privilégié l’acquisition de materiels modernisés en quantité à celui de materiels de nouvelle génération en quantité réduite, de sorte à atteindre l’objectif de 70% d’équipements modernes en 2021 visé par la loi de programmation russe, et ce en seulement 10 années d’investissement.

Désormais, la situation est toute autre, et la fin de la GPV en cours, marquera une transition nette vers l’entrée en service d’équipements de nouvelle génération, certes bien plus onéreux, mais avec une planification bien plus longue pour s’en doter maintenant que la modernisation initiale a été atteinte. De fait, d’ici 2030, les armées russes auront effectivement entamé la modernisation de leurs unités vers ces équipements de nouvelle génération, comme les blindés des familles Armata, Kurganet et Boomerang, les avions de combat Su-57, le drone S-70 et peut-être le chasseur léger Su-75 checkmate, les destroyers Super Gorshkov ainsi que les systèmes anti-aériens et anti-missiles S-350, S-500 et S-550 aux cotés des S-400, Buk-M et Tor. Au delà de ces programmes majeurs, de nombreux équipements complémentaires entreront eux-aussi en service, comme le drone de combat aéroporté Grom ou le missile hypersonique antinavire Tzirkon, permettant aux armées russes non seulement de rattraper, mais parfois de surpasser téchnologiquement leurs homologues occidentales et européennes, tout en conservant une masse opérationnelle significative du fait des programmes précédents.

Les effets de la professionalisation des armées


Le reste de cet article est réservé aux abonnés

Les articles en accès intégral sont accessibles dans la rubrique « Articles Gratuits« . Les abonnés ont accès aux articles Analyses, OSINT et Synthèse en intégralité. Les articles en Archives (plus de 2 ans) sont réservés aux abonnés Premium.

A partir de 6,50 € par mois – Sans engagement de durée.


Related posts

Meta-Défense

GRATUIT
VOIR