12 porte-avions, 50 frégates : l’US Navy revient sur ses fondamentaux

Dire que la planification de l’US navy a été chaotique ces 30 dernières années tiendrait de l’euphémisme. Entre des programmes calamiteux et en surcout chronique comme les destroyers Zumwalt, les corvettes Littoral Combat Ship, ou les sous-marins Seawolf, des difficultés techniques importantes comme pour les porte-avions de la classe Ford, et des objectifs marqués par des considérations politiques et économiques, et non par des besoins opérationnels, les perspectives et options de la première force navale mondiale se sont irrémédiablement assombries, alors que dans le même temps, les puissances navales de ses principaux compétiteurs comme la Russie et surtout la Chine, se sont développées avec rigueur et emphase. Conséquence prévisible de cette situation dégradée, les tentatives pour mettre en oeuvre une nouvelle stratégie navale furent, ces dernières années, pour le moins confuses, voire contradictoires, entrainant une aggravation de la situation par manque de stratégie efficace.

Dernier revirement en date, l’US Navy a reculé, il y a deux semaines, sous les coups de boutoir du Congrès, son calendrier d’entrée en service de ses navires autonomes, afin de n’entamer la construction de cette flotte jugée indispensable pour contenir la puissance navale chinoise, qu’une fois l’ensemble des nouvelles technologies nécessaires parfaitement maitrisé et fiable, évitant ainsi de reproduire les erreurs faites avec les programmes Zumwalt et LCS. Pour autant, la Marine américaine restait incapable de produire une stratégie de construction navale répondant aux défis chinois et russes ces derniers mois. Il semble que, si la stratégie elle même ne sera pas présentée avant l’année prochaine, ses grandes lignes ont été effectivement arbitrées par l’Etat-Major de l’US Navy, et son chef d’Etat-major, le Chief of Naval Operations, l’Amiral Michael Gilday.

Les 3 destroyers de la classe Zumwalt auront couté le prix de 25 frégates classe Constellation, pour une capacité opérationnelle encore discutable.

A l’occasion de la conférence West 2022 de San Diego, le CNO a en effet présenté le futur format de l’US Navy. Celui ci sera organisé autour de 12 porte-avions, 9 porte-hélicoptères d’assaut, 20 à 30 navires d’assaut de taille plus réduite, ainsi que 60 destroyers et 50 frégates pour la flotte de haute mer. La flotte sous-marine sera quant à elle composée de 12 SNLE classe Columbia pour la mission de dissuasion, et surtout de 70 sous-marins nucléaires d’attaque, soit la plus importante flotte de ce type jamais construite. Au total, en 2045, l’US Navy vise un format de 500 navires, dont 150 navires autonomes, conformément aux plans présentés il y a deux ans par Mark Esper.


Le reste de cet article est réservé aux abonnés

Les articles en accès intégral sont accessibles dans la rubrique « Articles Gratuits« . Les abonnés ont accès aux articles Actualités, Analyses et Synthèses en intégralité. Les articles en Archives (plus de 2 ans) sont réservés aux abonnés professionnels.

A partir de 5,90 € par mois (3,0 € par mois pour les étudiants) – Sans engagement de durée.


Related posts

Meta-Défense

GRATUIT
VOIR