L’Allemagne peut-elle devenir le pilier de la Défense européenne en devenir ?

L’agression russe contre l’Ukraine a fait voler en éclat de nombreuses certitudes en Europe concernant la réalité sécuritaire du vieux continent. Le pays qui est aujourd’hui le plus sévèrement touché par ces changements n’est autre que celui qui annonça dès le 27 février, 4 jours à peine après le début de l’offensive russe, le changement le plus radicale de sa propre politique, abandonnant 30 années de Soft-Power et d’OstPolitik pour des mesures spectaculaires afin de moderniser et renforcer ses forces armées, avec une enveloppe immédiate de 100 Md€ et un budget annuel qui sera amené au delà des 2% de PIB réclame par l’OTAN depuis 2014, contre 1,53% aujourd’hui. Si Berlin reste encore très dépendant économiquement parlant de Moscou, en particulier concernant son approvisionnement énergétique, ce basculement radical en matière d’effort de défense va profondément bouleverser la carte géopolitique en Europe, plaçant Berlin au sommet de la pyramide défense en Europe en matière d’investissements. Pour autant, l’Allemagne va-t-elle devenir le pilier de la nouvelle defense européenne qui se dessine, comme elle l’est déjà pour l’économie ?

Il faut dire qu’en matière de défense, l’Allemagne vient de loin. Même si ses dépenses annuelles dans ce domaine égalent et même dépassent en montant ceux de la France, les Armées allemandes ont souffert pendant prés de 30 années d’une politique défense à la limite de la démagogie, érodant considérablement ses capacités opérationnelles. Ainsi, en dépit d’une force aérienne de plus de 200 avions de combat Typhoon et Tornado, la Luftwaffe peine à aligner plus d’un escadron complet prêt au combat dans un délais de moins de 1 mois. Il en va de même de sa flotte de combat, ayant même enregistré il y a 4 ans une disponibilité nulle de ses 6 sous-marins Type 212, et de seulement un tiers de ses forces mécanisées, avec une disponibilité effective à peine égale à celle d’un bataillon pour un parc de chars leopard 2 de 359 exemplaires. De fait, au premier jour de la guerre en Ukraine, le chef d’état-major de la Bundeswehr, le Lieutenant General Alfons Mais, fit un constat sans appel « la Bundeswehr, que j’ai l’honneur de commander, reste aujourd’hui avec les mains presque vides, et des réponses très limitées aux besoins de l’alliance (atlantique) ».

en juin 2018, moins d’un tiers des equipments majeurs des armées allemandes étaient effectivement opérationnels, et ses 6 sous-marins Type 212 étaient indisponibles.

Au cours des 30 années qui ont suivi la chute du Mur de Berlin et la réunification des deux Allemagnes, les armées allemandes sont devenues une formidable structure pour dépenser les crédits publics de manière inefficace, pour l’essentiel en raison d’une classe politique et d’une opinion publique déconnectées de leurs propres besoins de défense. Ainsi, les nouvelles frégates de la marine allemande sont à ce point faiblement armées que les navires français font offices d’arsenaux flottants en comparaison (sarcasme!), Berlin estimant jusqu’il y a quelques mois que leur fonction se limitera à des missions de faible intensité notamment en Méditerranée et le long des cotes africaines. De même, il est apparu lors de l’intervention européenne au dessus de la Syrie, que les Tornado allemands n’étaient plus capables de mener des opérations de nuit en raison d’un éclairage défectueux du cockpit. Sur la scène politico-publique, la question de savoir si les drones MALE devaient ou non être armés, et même si Berlin pouvait participer à un programme européen de drones potentiellement armés, fut un des grands sujets de la dernière campagne électorale. Enfin, du fait de son format réduit et de ses difficultés à recruter, la Bundeswehr est devenue l’armée occidentale dépensant chaque année le plus par militaire, en partie en raison d’un recours excessif à des sous-traitants privés à tous les échelons opérationnels. De fait, aujourd’hui, les Armées allemandes font effectivement face à d’immenses défis en matière de disponibilité et d’obsolescence de ses équipements, mais également en matière de format, et surtout de modèle structurel, pour espérer lui redonner des capacités militaires en cohérence avec le rang economique du pays en Europe et dans le Monde.


Le reste de cet article est réservé aux abonnés

Les articles en accès intégral sont accessibles dans la rubrique « Articles Gratuits« . Les abonnés ont accès aux articles Analyses, OSINT et Synthèse en intégralité. Les articles en Archives (plus de 2 ans) sont réservés aux abonnés Premium.

A partir de 6,50 € par mois – Sans engagement de durée.


Related posts

Meta-Défense

GRATUIT
VOIR