MGCS : Italie, Pologne, Norvège et Grande-Bretagne pourraient rejoindre le programme dés 2023

Issu d’une étude préalable lancée conjointement par la France et l’Allemagne en 2012, le programme Main Ground Combat System, ou MGCS, a été lancé officiellement en 2017 par Emmanuel Macron et Angela Merkel pour remplacer en 2035 les chars français Leclerc et les Leopard 2 allemands, aux cotés de 3 autres programmes emblématiques de la coopération franco-allemande en matière d’industrie de défense, le Système de combat Aérien Futur ou SCAF pour remplacer les Rafale et Typhoon en 2040, le Common Indect Fire System ou CIFS pour remplacer les canons automoteurs et les lance-roquettes multiples en 2035, et le Maritime Airborne Warfare System ou MAWS pour remplacer les avions de patrouille maritime Atlantique 2 et Orion. Depuis, le programme CIFS a été mis à l’arrêt, tout comme MAWS après que Berlin ait annoncé la commande de 5 Boeing P-8A Poseidon pour remplacer ses P3C Orion les plus anciens. Quant aux programmes MGCS et SCAF, ils souffrent de divergences profondes entre Paris et Berlin, tant du point de vue industriel qu’opérationnel, ayant entrainé de nombreuses difficultés.

Si initialement le le programme MGCS rassemblait le français Nexter, qui construit le Leclerc, et son partenaire Krauss-Maffei Wegmann ou KMW, partenaires équipotentiels au sein du groupe KNDS, il fut rejoint en 2019 par l’allemand Rheinmetall, qui construit notamment le canon du char Leopard, ce qui n’alla pas sans poser d’importantes tensions en terme de partage industriel, initialement prévu pour être sur un strict 50%-50% entre Nexter et KMW. Après d’âpres tractations, français et allemands parvinrent à s’entendre sur un partage hybride, chaque grand industriel portant 3 des piliers du programme, mais avec la garantie qu’industriellement parlant, la France produira bien 50% des systèmes de combat. Alors en phase de de définition de l’architecture est en cours, de nombreux échos relatent dans ce dossier des divergences profondes entre les besoins et les attentes exprimés par l’Armée de Terre, qui souhaite un char alliant mobilité, puissance de feu et innovation, et la Bundeswehr, qui entend avant tout concevoir un remplaçant à son Leopard 2, un char conçu pour une mission principalement défensive, moins manœuvrant et surtout beaucoup plus lourd que le Leclerc. En l’état de la situation, la phase de conception architecturale devrait prendre fin d’ici la fin de l’année 2022, voire le début de 2023, sans que l’on sache quels seront les arbitrages qui en résulteront.

Comme la Pologne, l’Espagne et la Suède, la Norvège aligne le char Leopard 2 dans son inventaire.

Et les choses pourraient bien rapidement se compliquer pour Paris dans un avenir proche. En effet, dans une interview donnée à Wirtschaft Wohre, le president de KNDS, Franck Haun, a en effet confirmé qu’il s’attendait à ce que d’autres pays européens rejoignent le programme MGCS à court terme. Selon lui, l’Italie, mais aussi la Norvège, la Pologne et la Grande-Bretagne souhaiteraient intégrer le programme MGCS le plus rapidement possible, à savoir dès que la phase d’étude et de définition de l’architecture sera terminée, d’ici 2023. A noter que c’est bel et bien Paris qui imposa de n’envisager de nouveaux partenaires au sein du programme tant que cette phase initiale qui déterminera l’architecture mais également les fonctionnalités structurantes du programme, ne soit terminée. Outre ces 4 pays cités, la Suède mais aussi l’Espagne ont signifié leur intérêt pour rejoindre le programme.


Le reste de cet article est réservé aux abonnés

Les articles en accès intégral sont accessibles dans la rubrique « Articles Gratuits« . Les abonnés ont accès aux articles Actualités, Analyses et Synthèses en intégralité. Les articles en Archives (plus de 2 ans) sont réservés aux abonnés professionnels.

A partir de 5,90 € par mois (3,0 € par mois pour les étudiants) – Sans engagement de durée.


Related posts

Meta-Défense

GRATUIT
VOIR