L’US Navy veut supprimer 5 escadrons d’avions de guerre électronique EA-18G Growler

Depuis le retrait des derniers EF-111A Raven de l’US Air Force en 1998, l’US Navy est la seule force aérienne américaine disposant d’une flotte de chasseurs tactiques dédiés à la guerre électronique et la suppression des défenses anti-aériennes adverses, initialement sur EA-6B Prowler, puis, à partir de 2011, sur EA-18G Growler, une version du F/A 18 F Super Hornet spécifiquement pour cette mission. Pour autant, les besoins du Pentagone pour ce type de mission n’ont pas disparu avec le retrait des EF-111A, et les F-16C/D équipés de missiles HARM ne suffisaient pas a assurer les missions d’escorte des forces aériennes en zone contestées. C’est la raison pour laquelle au delà des 9 escadrons embarqués à bord des porte-avions de l’US Navy, celle-ci constitua 5 escadrons dits « expéditionnaires » pour suppléer à ce manque, et opérer à partir de bases terrestres au profit de l’US Air Force et des forces aériennes alliées, notamment en Italie et au Japon.

Désormais, cependant, chaque dollar compte pour l’US navy afin de financer son évolution opérationnelle afin de faire face au défi chinois et, de toute évidence, celle-ci n’a plus l’intention d’assumer des missions qui ne relèvent pas stricto-sensu de ses attributions. C’est ainsi que dans les documents préparatoires au budget 2023 du Pentagone, il est demandé de mettre en sommeil les 5 escadrons expéditionnaires de guerre électronique, et de mettre les 25 EA-18G Growler qui les arment sous cocon d’ici 2025, ceci permettant de libérer plus de 1000 marins et officiers pour d’autres missions, ainsi que plus de 800 m$ sur les années à venir, soit la moitié du prix d’une frégate neuve de type Constellation. Rappelons à ce titre que le Congrès américain avait appelé, en juillet dernier, à ce que l’US Air Force se dote à nouveau en propre d’un appareil de guerre électronique et de suppression des défenses anti-aériennes adverses.

Depuis le retrait des EF-111A Raven de l’US Air Force, les seuls appareils dédiés à la guerre électronique et la suppression des défenses anti-aériennes (SEAD) américains ont été les EA-6B Prowler puis les EA-18G Growler de l’US Navy. Ici deux Growler au décollage de la base d’Aviron en Italie en 1999 lors de l’intervention de l’OTAN au Kosovo.

Cette proposition, qui doit encore être avalisée par la Maison Blanche et par le Congrès, ce qui est loin d’être acquis, montre toutefois un changement profond de posture de l’US Navy, déjà mis en avant avec la présentation du plan de construction navale jusqu’en 2045 il y a quelques jours. Il semble en effet que l’US Navy n’ai plus l’intention de tenter de « résoudre les problèmes » du Pentagone ou des parlementaires américains, en proposant des modèles complexes et onéreux à mettre en oeuvre. Face à un contrat opérationnel de plus en plus exigent, et des moyens qui, toute proportion gardée, restent limités au regard des ambitions affichées au Capitole, au Pentagone et à la Maison Blanche, l’Etat-Major de l’US Navy pose désormais des arbitrages clairs voire excessifs, de sorte à provoquer, on peut le penser, une prise de conscience au niveau politique quant aux moyens qui seront effectivement nécessaires pour répondre aux enjeux à venir.


Le reste de cet article est réservé aux abonnés

Les articles en accès intégral sont accessibles dans la rubrique « Articles Gratuits« . Les abonnés ont accès aux articles Actualités, Analyses et Synthèses en intégralité. Les articles en Archives (plus de 2 ans) sont réservés aux abonnés professionnels.

A partir de 5,90 € par mois (3,0 € par mois pour les étudiants) – Sans engagement de durée.


Related posts

Meta-Défense

GRATUIT
VOIR