Le Congrès US pourrait autoriser l’exportation de nouveaux F-16 Block 70 Viper en Turquie

En octobre 2021, les autorités Turques avaient officiellement déposé une demande auprés du Foreign Military Sales, ou FMS, l’organisme américain en charge des dossiers d’exportation d’armement vers les alliés des Etats-Unis, pour acquérir 40 nouveaux F-16 Block 70 Viper et 80 kits permettant de porter ses propres appareils à ce standard bien plus évolué et performant que les F-16 C/D Block 52 actuellement en service au sein des forces aériennes turques. Si le Président Biden promit de faire ce qu’il pouvait pour faire aboutir cette demande, le Congrès américain, qui controle fermement les exportations d’armement US, s’y était opposé, sur fond de crise concernant l’acquisition de systèmes S-400 russes par Ankara, et des manoeuvres provocantes de la Marine turque en Méditerranée orientale et autours de Chypre.

La guerre en Ukraine, et le soutien apporté par Ankara à Kyiv, notamment par l’intermédiaire des drones TB2 Bayraktar devenus iconiques de la résistance ukrainienne, mais également les efforts des autorités turques pour tenter d’infléchir la posture radicale de Vladimir Poutine et de mener des négociations russo-ukrainiennes, ont visiblement adouci la détermination des parlementaires américains, et ce d’autant que le pays a bloqué les détroits donnant accès à la Mer Noire en application de la convention de Montreux, et qu’il joua un rôle clé dans la libération de l’ancien Marine Trevor Reed par Moscou. En effet, selon le site américain Defensenews.com, le Congrès américain pourrait lever son veto sur cette transaction de 6 Md$, permettant ainsi à Ankara de moderniser sa force aérienne. A noter que selon le site, cette autorisation ne remettrait pas en cause l’exclusion de la Turquie du programme F-35.

f 16v taiwan Actualités Défense | Alliances militaires | Aviation de chasse
Le F-16 Block 70 Viper (ici un modèle taïwanais) embarque une avionique modernisée et un nouveau radar AESA AN/APG-83

Cette annonce intervient quelques jours après que Ismael Demir, le ministre turc en charge des acquisitions de materiels militaires, ait annoncé qu’il entendait bien acquérir une seconde batterie S-400 russe, en application du contrat initial qui prévoyait la livraison de 2 batteries, alors qu’une seule d’entre elles a effectivement été livrée en 2019. Il est possible que l’infléchissement des positions des parlementaires américains ait été antérieur à cette annonce, et que celle-ci pourrait à en inverser les effets. Toutefois, il est également possible, toutefois, qu’il s’agisse d’une décision visant à garder Ankara dans de meilleurs dispositions vis-à-vis de l’Alliance Atlantique et des Etats-Unis, alors que les tensions avec la Russie remettent la Turquie au coeur du dispositif défensif allié sur le front sud de de l’Alliance et en Mer Noire.


Il reste 75 % de cet article à lire, Abonnez-vous pour y accéder !

Logo Metadefense 93x93 2 Actualités Défense | Alliances militaires | Aviation de chasse

Les abonnements Classiques donnent accès aux
articles dans leur version intégrale, et sans publicité,
à partir de 1,99 €.


Pour Aller plus loin

All

1 COMMENTAIRE

Les commentaires sont fermés.

RESEAUX SOCIAUX

Derniers Articles

Meta-Défense

GRATUIT
VOIR