La DARPA lance son programme d’Ekranoplan Liberty Lifter pour le transport stratégique

Parmi les plus importantes réussites américaines de la seconde guerre mondiale dans le domaine industriel, il est commun de faire référence aux avions de combat comme le P-51 Mustang ou le F-6F Hellcat, au char Sherman ou encore aux porte-avions de la classe Wasp. Pourtant, le matériel qui aura incontestablement joué le rôle le plus déterminant pour vaincre l’Allemagne Nazi et le Japon impérial aura été le Liberty Ship, un modèle de cargo de 135 mètres de long et de 10.000 tonnes de deplacement, produit à 2,710 exemplaires, et qui transporta l’ensemble de l’effort de guerre américain et alliés en Afrique, en Europe et en Asie. Pour y parvenir, le très ingénieux Henry J. Kaiser, qui s’était déjà illustré en construisant l’ambitieux barrage Hoover sur le fleuve Colorado, transforma l’industrie navale américaine pour y intégrer des principes de conception modulaire et de lignes de production empruntés aux usines Ford. Par cette approche, il ne fallait plus que 3 jours pour construire un Liberty Ship, de la pose de la quille à son lancement.

Aujourd’hui, le transport stratégique américain repose sur des moyens relativement proches de ceux qui existaient en 1945, avec une une flotte de cargo navals certes plus imposants que les Liberty Ships, rassemblés au sein du Military Sealift Command de l’US Navy. Comme leurs illustres aïeuls, les cargo modernes, s’ils peuvent transporter une importante quantité de materiels, souffrent de deux faiblesses majeures : une importante vulnérabilité lors des transits, notamment face à des moyens sous-marins et aériens performants comme ceux dont disposent la Chine ou la Russie, et une vitesse relativement lente, nécessitant des délais de transfert importants. En outre, ils nécessitent des infrastructures lourdes pour décharger leurs cargaisons, infrastructures par nature vulnérables pour un adversaire déterminé. A l’autre bout du spectre, le transport aérien stratégique, assigné au Military Airliift Command de l’US Air Force, s’il est rapide, n’a que des capacités de transport limitées, et nécessite lui aussi des infrastructures d’accueil, et notamment des pistes d’atterrissage longues et en bon état, tout aussi vulnérables que les ports marchands.

Video publiée par la DARPA pour presenter le programme Liberty Lifter

Le programme d’Ekranoplan Liberty Lifter lancé par la DARPA, vise précisément à ouvrir une troisième voie, de sorte à compléter les moyens dont disposeront les forces armées américaines, mais également pour ne plus dépendre de ces infrastructures d’accueil indispensables aux navires et avions cargo. Rappelons qu’un Ekranoplan est un hybride entre en avion et un navire, employant l’effet de sol, c’est à dire la surpression qui apparait entre les ailes et le sol lorsque celui évolue à une altitude inférieure à son envergure, et qui a pour effet d’en augmenter la portance. Le programme le plus représentatif de cette technologie était le Lun soviétique, un prototype de 74 mètres de long propulsé par 8 turboréacteurs, et capable d’atteindre les 500 km/h malgré une masse de 400 tonnes. Pour autant, les connaissances technologies ayant donné naissance naissance au Lun en 1987, ne permettaient d’employer l’appareil que par mer calme y compris pour les vols de transit, ce qui constitua une contrainte majeure signant son arrêt de mort précoce, même si des informations semblent indiquer que Moscou aurait exhumer le programme en 2017.


Le reste de cet article est réservé aux abonnés

Les articles en accès intégral sont accessibles dans la rubrique « Articles Gratuits« . Les abonnés ont accès aux articles Analyses, OSINT et Synthèse en intégralité. Les articles en Archives (plus de 2 ans) sont réservés aux abonnés Premium.

A partir de 6,50 € par mois – Sans engagement de durée.


Related posts

Meta-Défense

GRATUIT
VOIR