L’Irak annonce avoir commandé des avions Rafale et des systèmes d’artillerie à la France

Alors que le pays fait encore face à une intense rébellion de l’Etat Islamique, que les milices chiites sous controle de l’Iran continuent de prendre de l’ampleur sur son territoire, et que les ambitions turques dans le nord du pays menacent les régions kurdes, l’Irak tente de moderniser ses forces armées, en négociant des programmes de défense avec ses partenaires historiques, Etats-Unis, Russie et France. Pour autant, comme c’est très souvent le cas avec Bagdad, il est très difficile d’y voir clair dans les annonces des autorités irakiennes, qui ne manquent pas de contradictions voire d’informations très improbables, comme celle évoquée en début d’année portant sur la vente de 14 Rafale français pour un montant de 240 m$, un prix sans aucun rapport avec ceux pratiqués par Dassault aviation et Paris sur la scène internationale, y compris concernant des appareils d’occasion.

Pourtant, ce 8 Mai, le Ministère de La Défense irakien a annoncé très officiellement avoir signé plusieurs contrats de défense avec la France et les Etats-Unis. Washington aurait ainsi accepté de livrer à Bagdad de nouveaux systèmes d’artillerie ainsi que des systèmes de défense anti-aérienne destinés à assurer la protection contre les menaces de type missiles de croisière, roquettes et obus d’artillerie et de mortier ou C-RAM, des munitions employés à plusieurs reprises par les combattants de l’EI mais également par certaines milices chiites pour frapper les infrastructures civiles et militaires irakiennes, en particulier celles abritant des personnels américains. Les modèles exactes qui auraient été acquis n’ont pas été dévoilés, mais dans le domaine C-RAM, les forces US ne mettent en oeuvre que le système anti-aérien à courte portée NASAMS, et la version terrestre du célèbre CIWS Phalanx, cette dernière protégeant notamment l’ambassade US à Bagdad. Le flou est également de mise concernant les systèmes d’artillerie américains qui auraient été acquis, ceux-ci pouvant être des canons automoteurs de 155 mm M109, des obusiers légers de 155 mm M777 ou le très médiatique lance-roquettes HIMARS.

Le système Centurion C-RAM est utilisé pour protéger l’ambassade américaine de Bagdad des menaces de type roquettes et obus d’artillerie et de mortier

Les choses ne sont guère plus claires avec Paris, d’autant que les autorités françaises se montrent elles aussi très discrètes sur le sujet. Ainsi, il semble bien que Bagdad ait l’intention de commander un escadron d’avions de combat Rafale pour moderniser ses forces aériennes, comme cela est abordé depuis plusieurs mois dans la presse spécialisée. L’avion français, déjà en service en Grèce et en Egypte, et commandé par les EAU, représente en effet un atout de taille pour dissuader Téhéran ou Ankara de manoeuvres trop audacieuses dans l’espace aérien Irakien, tout en se montrant très efficace pour soutenir les troupes engagées au sol dans les combats anti-insurrectionnels contre Daesh. Pour autant, l’appareil est loin d’être donné, même dans une hypothèse d’occasion, la Croatie ayant par exemple acquis 12 appareils de seconde main pour 1 Md€, très loin des 240 m$ pour 14 Rafale évoqués par Bagdad. En outre, la pression opérationnelle et industrielle du moment rendent très improbable que la France puisse se séparer de 14 appareils d’occasion dans les années à venir, sauf à mettre à risque ses propres capacités défensives et opérationnelles au delà du raisonnable.


Le reste de cet article est réservé aux abonnés

Les articles en accès intégral sont accessibles dans la rubrique « Articles Gratuits« . Les abonnés ont accès aux articles Analyses, OSINT et Synthèse en intégralité. Les articles en Archives (plus de 2 ans) sont réservés aux abonnés Premium.

A partir de 6,50 € par mois – Sans engagement de durée.


Related posts

Meta-Défense

GRATUIT
VOIR