Les 4 avancées majeures du nouveau porte-avions chinois CV-18 Fujian

Comme prévu, le nouveau porte-avions chinois, baptisé CV-18 Fujian, a été lancé ce vendredi à Shanghai, marquant une nouvelle étape dans l’évolution industrielle et opérationnelle de la Marine de l’Armé Populaire de Libération. Au delà de l’incontestable succès industriel pour Pékin, qui aura lancé en moins de 12 ans 3 porte-avions de technologie et de tonnage croissants, le Fujian constitue un atout clé pour la Marine Chinoise dans son bras de fer en devenir avec l’US Navy et ses alliés, offrant plusieurs avancées majeures concernant les capacités dont disposeront les militaires et les industriels chinois dans les années à venir, allant de la propulsion électrique intégrée ouvrant la voix à une propulsion nucléaire, à un groupe aérien embarqué étendu comparable à celui dont dispose les super porte-avions de l’US Navy.

Le plus imposant navire militaire non américain de l’histoire

Avec le Fujian, la Marine chinoise s’impose désormais comme le seul compétiteur de l’US Navy sur les océans. En effet, le nouveau porte-avions chinois, avec une longueur de 320 mètres et une jauge estimée entre 80.000 et 100.000 tonnes, n’est autre que le plus imposant navire de guerre non américain jamais construit, avec des mensurations comparables à celles des porte-avions de la classe Kitty Hawk, les derniers porte-avions à propulsion conventionnelle de l’US Navy dont la dernière unité a été retirée du service en 2005 (2007 pour la sous-classe USS Kennedy). En effet, alors que le CV16 Liaoning et le CV17 Shandong, lancés respectivement en 2011 et 2017, avec une jauge à 65.000 tonnes, étaient équivalents au Kuznetsov russe dont ils partagent l’architecture, tout comme les HMS Queen Elizabeth II et HMS Prince of Wales britanniques, le CV18 Fujian surclasse de plus de 30% pour le tonnage ces bâtiments qui étaient à ce jour les plus imposants navires militaires hors ceux mis en oeuvre par l’US Navy. En outre, il affiche un tonnage deux fois plus imposant que celui du seul autre porte-avions non américain doté de catapultes de la planète, le Charles de Gaulle français et ses 42.000 tonnes.

Avec un deplacement de 60.000 tonnes, le CV16 Liaoning est 30% moins imposant que le nouveau CV18 Fujian

De telles dimensions montrent que l’industrie navale chinoise a désormais atteint un degré de compétence venue tangenter le savoir-faire américain dans ce domaine, alors que celles-ci étant même proches de celles de l’USS Enterprise CVN-65, premier porte-avions à propulsion nucléaire à avoir rejoint l’US Navy en 1961, qui quitta le service en 2017 et qui fut notamment l’un des héros du premier opus du film Top Gun. Qui plus est, le Fujian n’est pas simplement imposant, il est également très moderne, embarquant par exemple une propulsion électrique intégrée et un système de 3 catapultes et de brins d’arrêt électromagnétiques comparables à ceux qui équipent la toute nouvelle classe de porte-avions de l’US Navy, l’USS Ford. Il sera, à ce titre, particulièrement interessant d’observer le temps qui sera nécessaire pour terminer le navire, et pour le déclarer opérationnel, ainsi que le délais observé pour construire et lancer la probable seconde unité de la classe. Il ne fallut en effet que 3 ans aux chantiers navals chinois pour lancer le Shandong, alors qu’il fallut plus de 10 ans pour relancer le Liaoning après son acquisition auprés de la Russie.

Une propulsion électrique intégrée prête pour le nucléaire


Le reste de cet article est réservé aux abonnés

Les articles en accès intégral sont accessibles dans la rubrique « Articles Gratuits« . Les abonnés ont accès aux articles Analyses, OSINT et Synthèse en intégralité. Les articles en Archives (plus de 2 ans) sont réservés aux abonnés Premium.

A partir de 6,50 € par mois – Sans engagement de durée.


Related posts

Meta-Défense

GRATUIT
VOIR