L’US Army choisit son nouveau char « léger » pour renforcer ses unités d’infanterie

Aprés plusieurs échecs liés à des ambitions technologiques et opérationnelles excessives, l’US Army devait, en 2015, engager de toute urgence un ambitieux programme pour la modernisation de son parc de véhicules blindés hérités de la fin de la guerre froide, comme le char lourd M1 Abrams, le véhicules de combat d’infanterie M2/M3 Bradley, ainsi que le véhicule de transport de troupe chenillé M113. Après l’annulation du programme Ground Combat Vehicle en 2014, un nouveau programme fut lancé en 2017, désigné Next Generation Combat Vehicle, avec l’ambition de remplacer l’ensemble du parc chenillé de l’US Army. Ce programme se compose du programme Armoured MultiPurpose Vehicle destiné à remplacer les M113 américains par 2.897 blindés chenillés dont la conception et la construction avaient déjà été attribué à BAE Systems en 2014, du programme Optionnaly Manned Combat Vehicle portant sur le remplacement des quelques 5.700 VCI Bradley en service au sein de l’US Army, au sujet duquel une nouvelle compétition a été lancée en juillet 2021 après l’échec de la précédente quelques mois plus tôt, du programme Decisive Lethality Platform qui devra permettre de remplacer les 5.500 chars lourds Abrams américains, ainsi que du programme Mobile Protected Firepower, visant à redonner aux unités d’infanterie américaines une puissance de feu perdue depuis le retrait des chars legers M551 Sheridan en 1997.

L’US Army a désormais officialisé son choix concernant le programme MFP, après une compétition ayant opposé 12 prototypes livrés par les deux finalistes qu’étaient BAE avec une évolution du M8 Buford, un char léger initialement développé dans les années 90 mais abandonné au profit du véhicule blindé à roues Stryker, et General Dynamics Land Systems avec une évolution du Griffin III (en illustration principale), également en lice pour la compétition OMFV. A l’occasion d’une conférence de presse, le sous-secretaire à l’US Army Doug Bush (sans aucun lien, il est fils unique et démocrate ndlr) a confirmé le choix de l’US Army en faveur du modèle de GDLS, sans grande surprise puisque de nombreuses échos faisaient état depuis mars 2022 de l’élimination du M8 Buford de BAE System à l’issue de la campagne de tests. L’industriel se voit donc attribué un budget de 1,14 Md$ pour produire et livrer les 96 premiers blindés d’une commande totale de 504 exemplaires, avec une première livraison d’ici seulement 19 mois, et une montée en puissance industrielle rapide pour atteindre la pleine capacité de production d’ici la fin de 2023. L’ensemble du parc devra être en service d’ici 2035, à raison de 42 chars légers par brigade d’infanterie, pour un budget total d’acquisition de 6 Md$ et un budget total sur le cycle de vie estimé à 17 Md€, soit un cout d’acquisition conséquent de 12 m$ par blindé.

LE M8 Buford modernisé présenté par BAE Systems n’a pas convaincu l’US Army

Le reste de cet article est réservé aux abonnés

Les articles en accès intégral sont accessibles dans la rubrique « Articles Gratuits« . Les abonnés ont accès aux articles Analyses, OSINT et Synthèse en intégralité. Les articles en Archives (plus de 2 ans) sont réservés aux abonnés Premium.

A partir de 6,50 € par mois – Sans engagement de durée.


Related posts

Meta-Défense

GRATUIT
VOIR