La Grèce se tourne vers le F-35A pour compléter sa puissance aérienne

Si pour la majorité des pays européens, la plus grande menace vient, à ce jour, de la Russie, la Grèce, pour sa part, doit faire face à un conflit latent avec la Turquie depuis plusieurs décennies, et ravivé ces dernières années par les ambitions territoriales et maritimes du président R.T Erdogan. Et si les Européens savent pouvoir compter sur le soutien des Etats-Unis et de l’US Air Force face à Moscou, Athènes pour sa part, sait que les Etats-Unis, mais également une majorité de pays européens en premier lieu desquels l’Allemagne, et à l’exception notable de la France, n’interviendront pas en cas de dégradation des tensions avec Ankara. De fait, les forces armées grecques ne peuvent se permettre de faire certaines impasses capacitaires potentiellement comblées par un allié supposé, comme c’est le cas des européens. Dans ces conditions, et sans surprise puisque c’était annoncé depuis plusieurs années, la demande d’information adressée par les autorités helléniques aux Foreign Military Sales américain pour 20 F25A, ainsi qu’une option pour 20 appareils supplémentaires, s’inscrit pleinement dans cette perspective.

Athènes avait déjà soumis une demande portant sur 18 F-35A et 6 appareils en option il y a 2 années de cela, mais celle-ci fut poliment rejetée par Washington, estimant que le processus pour exporter le Lightning 2 était complexe et nécessitait plusieurs étapes successives. Dans les faits, il est probable que cette demande s’était heurtée à l’attitude systématiquement prudente des Etats-Unis alors que les tensions entre Ankara et Athènes étaient au plus haut, de sorte à ne pas prêter le flanc à une quelque forme de soutien vis-à-vis de l’un ou de l’autre de ses alliés au sein de l’OTAN. Alors que l’attention est désormais focalisée sur la Russie et la guerre en Ukraine, et qu’Ankara aura très probablement obtenu, en autorisant l’entrée de la Finlande et de la Suède au sein de l’OTAN, la levée de certaines sanctions de la part des Etats-Unis comme l’acquisition de F-16V et l’importation de turboréacteurs F-414 afin de poursuivre le développement du programme TFX, il est désormais probable que Washington répondra favorablement à la demande d’Athènes, d’autant que la situation financière du pays ne cesse de s’améliorer, crédibilisant la demande grecque.

Athènes a commandé en 2021 24 avions de combat Rafale F3R, et entend se doter, d’ici la fin de la décennie, d’un second escadron de l’avion français

Pour les forces aériennes helléniques, il s’agit de remplacer les F-4 Phantom 2 encore en service à horizon 2028, dans un important effort visant à moderniser sa chasse avec l’acquisition de 40 F-35A, mais également de 40 avions Rafale et la modernisation de 85 F-16 au standard Block 70+ Viper. La modernisation des chasseurs monomoteurs de Lockheed-Martin a été entamée en 2018 et réalisée directement par l’industrie aéronautique hellénique, alors qu’en 2021, Athènes commanda successivement 18 puis 6 avions de combat Rafale auprés de la France, sachant que les autorités grecques ont déjà annoncé leur intention de se doter d’un second escadron de l’avion français, pour une flotte totale de 40 appareils d’ici la fin de la décennie. Dans ce contexte, l’arrivée d’une quarantaine de F-35A permettra effectivement de compléter la panoplie opérationnelle des forces aériennes helléniques, notamment pour l’élimination des défenses anti-aériennes adverses grâce à la furtivité de l’appareil, et pour optimiser l’efficacité des F-16V grâce à ses nombreux capteurs et ses capacités de traitement de ‘l’information. Le Rafale, pour sa part, apporte des capacités de frappes dans la profondeur, d’interception et de frappes navales bien supérieures à celles du F-35A, alors que le F-16V, pour sa part, apporte une masse opérationnelle plus que significative pour un pays de seulement 10 millions d’habitants.


Le reste de cet article est réservé aux abonnés

Les articles en accès intégral sont accessibles dans la rubrique « Articles Gratuits« . Les abonnés ont accès aux articles Analyses, OSINT et Synthèse en intégralité. Les articles en Archives (plus de 2 ans) sont réservés aux abonnés Premium.

A partir de 6,50 € par mois – Sans engagement de durée.


Related posts

Meta-Défense

GRATUIT
VOIR