Les armées Belges s’apprêtent à commander 19 canons CAESAr NG supplémentaires

Après avoir fait office de mauvais élève de l’OTAN avec un effort de défense à peine supérieur à 1,1% du PIB en 2020, et consacré moins de 1% à sa défense entre 2013 et 2019, les autorités belges ont, à l’instar de nombreuses autres chancelleries européennes, annoncé une augmentation très significative de cet effort dans les années à venir. Cette hausse s’effectuera en deux étapes, une première visant 1,54% du PIB en 2025, et une seconde ayant pour objectif d’atteindre les 2% requis par l’OTAN en 2035, soit 10 ans après l’échéance fixée par l’Alliance Atlantique. Dans ces conditions, les armées belges, exsangues budgétairement depuis près de 20 ans, peuvent à nouveau envisager un plan de developpement capacitaire cohérent avec ses besoins et les menaces existantes, après s’être, durant toutes ces années, principalement appuyées sur la resilience de ses miltaires pour répondre aux missions et sollicitations nombreuses auxquelles elles participèrent. Ce très faible niveau d’investissement sur une durée aussi importante explique, à ce titre et en grande partie, la progressivité de la montée en puissance de l’investissement annoncé. En effet, il eut été probablement inefficace d’amener l’effort de défense à 2% du PIB en 2025, sachant qu’au delà des programmes d’équipements, il faudra de nombreuses années aux armées belges pour monter en puissance, en particulier concernant la dimension RH.

L’une des premières mesures annoncées après cette décision historique et rédemptrice pour les armées belges, n’est autre que la prochaine commande de 19 canons CAESAr de 155 mm supplémentaires, après une première commande de 9 systèmes signée il y a quelques mois, afin de se doter, à nouveau, d’une capacité d’artillerie suffisante pour soutenir l’action d’une brigade de combat. Comme précédemment, les nouveaux canons commandés par Bruxelles seront des CAESAr NG, une évolution du CAESAr 6×6 déjà en service au sein de l’Armée de terre française, et qui semble démontrer d’excellentes capacités au combat en Ukraine. La nouvelle version du CAESAr disposera, entre autres choses, d’une motorisation plus puissante, avec un moteur diesel de 460 cv deux fois plus puissant que le moteur actuel (210 cv), mais également un blindage renforcé porté au standard STANAG 4569 niveau 2, c’est à dire capable de résister à un tir de mitrailleuse légère de 7,62mm à courte portée (30 mètres), d’un IED de 6 kg explosant sous ou à proximité du véhicule, ainsi qu’aux shrapnels d’un obus de 155mm explosant à 80 m. De fait, bien que plus lourd, le nouveau Caesar sera également plus mobile et mieux protégé que son prédécesseur, des qualités plus qu’appréciables dans l’hypothèse d’un engagement de haute intensité.

Dans le cadre du programme CaMO, la Belgique a commandé 382 VBMR Griffon et 60 EBRC Serval en configuration identique de celle de l’Armée de Terre.

Le reste de cet article est réservé aux abonnés

Les articles en accès intégral sont accessibles dans la rubrique « Articles Gratuits« . Les abonnés ont accès aux articles Analyses, OSINT et Synthèse en intégralité. Les articles en Archives (plus de 2 ans) sont réservés aux abonnés Premium.

A partir de 6,50 € par mois – Sans engagement de durée.


Related posts

Meta-Défense

GRATUIT
VOIR