Proche de son premier vol, le KF-21 Boramae sud-coréen pourrait se révéler l’antithèse réussie des programmes d’avions de combat occidentaux

Avec plus de 550 avions de combat dans leur inventaire, les forces aériennes sud-coréennes se classent au 7ème rang des forces aériennes mondiales selon ce critère, ne cédant la sixième place à son voisin du nord que de quelques dizaines d’appareils. Pour autant, et à l’instar de la Corée du Nord, du Pakistan ou encore de l’Inde qui la précède, la Corée du Sud aligne encore un grand nombre d’appareils d’ancienne génération, parmi lesquels 156 F-5 Tiger II et 69 F4 Phantom II. Face à l’aggravation des tensions internationales, mais également au renforcement des capacités de frappe nucléaire de son voisin et ennemi héréditaire depuis 70 ans maintenant, ainsi que la crainte de voir Pékin et/ou Moscou autoriser l’exportation d’avions de combat modernes vers Pyongyang, les autorités de Corée du Sud sont engagées dans un vaste effort de modernisation de leurs forces, y compris de leurs forces aériennes. Cet effort passe par la modernisation des quelques 167 F-16 en service pour les porter au standard Block 70 Viper, l’acquisition de 20 F-35A supplémentaires en plus des 40 déjà en service, l’entrée en service de 50 chasseurs legers FA-50 de facture locale, ainsi que le developpement d’un avion de combat avancé, le KF-21 Boramae.

Pilier du programme KFX, l’assemblage du premier prototype du KF-21 Boramae a débuté il y a tout juste trois ans, alors que le programme est parvenu à developper cet appareil à mi-chemin entre la 4ème et la 5ème génération dans une enveloppe budgétaire de seulement 8,5 Md$. Présenté officiellement en version statique en avril 2021, le premier prototype vient d’être observé menant des exercices de roulage et de course de décollage sur le site de son constructeur, KAI, à proximité de l’aéroport de Sacheon. Selon l’industriel et les autorités sud-coréenne, l’appareil devrait effectuer son premier vol dans les jours ou semaines à venir, en tout état de cause avant la fin du mois du juillet, conformément à la planification du programme pourtant frappé, comme de nombreux autres, par les effets de la pandémie de Covid 19 les deux années précédentes. Dans une video publiée sur Youtube, on peut en effet observer l’appareil effectuer un roulage sur le taxiway, puis entamer un début de course de décollage convainquant, laissant supposer que le premier vol n’est plus qu’à quelques encablures.

roulage et course de décollage du prototype K-21

Destiné à être commandé à 120 exemplaires par les forces aériennes sud-coréennes, et à 40 exemplaires par l’Indonésie (si celle-ci respecte ses engagements), le KF-21 remplacera les F-5 Tiger et les F-4 Phantom II encore en service aux seins des forces aériennes sud-coréennes. Toutefois, si les performances sont au rendez-vous lors des essais, et si le prix unitaire Fly-away se maintient au niveau de l’objectif annoncé de 65 m$, il est probable que d’autres commandes suivront, l’appareil répondant à un besoin de plus en plus sensible au sein de nombreuses forces aériennes en matière de masse opérationnelle. Il faut dire que, contrairement au F-35, KAI a semble-t-il su doser les apports technologiques de son appareil au regard des contraintes engendrées, et des surcouts potentiels générés. Ainsi, si l’appareil à une forme et emploi des matériaux favorisant la furtivité, il ne dispose pas d’une soute à munition interne, mais de 10 points d’emports pour embarquer munitions, réservoirs supplémentaires et pods. En outre, KAI a opté pour une configuration bimoteurs, équipant son appareil de 2 turboréacteurs F414 de l’américain General Electric, offrant une poussée totale de 195 KN avec post-combustion, soit 20 tonnes, pour un appareil dont la masse maximale au décollage ne sera que de 25 tonnes.


Le reste de cet article est réservé aux abonnés

Les articles en accès intégral sont accessibles dans la rubrique « Articles Gratuits« . Les abonnés ont accès aux articles Analyses, OSINT et Synthèse en intégralité. Les articles en Archives (plus de 2 ans) sont réservés aux abonnés Premium.

A partir de 6,50 € par mois – Sans engagement de durée.


Related posts

Meta-Défense

GRATUIT
VOIR