Le Japon s’apprête à supprimer son plafond de dépense pour sa défense

A la sortie de la seconde guerre mondiale, le Japon occupé par les forces américaines fut doté d’une constitution rédigée à la hâte par les services plénipotentiaires de Washington sous le controle strict du Général MacArthur. S’en suivit une constitution très restrictive quant aux capacités de défense du pays. Contrairement à l’Allemagne Fédérale qui obtint dès le milieux des années 50 le feu vert de Washington, Londres et Paris pour accroitre son effort de défense dans le cadre de l’OTAN, pour devenir en quelques années la plus importante force armée conventionnelle du vieux continent, les forces d’auto-défense nippones restèrent contenues dans une effort d’investissement strictement limité à moins de 1% du PIB du pays, il est vrai dans un contexte géopolitique bien moins intense dans le Pacifique qu’en Europe face à l’Union Soviétique durant cette période, et qui fut d’autant plus délicat à gérer pour Moscou lorsque Washington et Pékin entreprirent un rapprochement stratégique au début des années 70.

Contrairement aux pays européens, et sous l’influence de feu le premier ministre Shinzo, le pays entreprit, dès la fin des années 2000, d’accroitre ses dépenses de defense et de moderniser ses forces d’auto-défense, de sorte à faire face à la dégradation du contexte sécuritaire sur le théâtre indo-pacifique, en particulier du fait de la modernisation rapide des forces armées chinoises, mais également de la menace représentée par le programme nucléaire et balistique nord-coréen. Toutefois, si le budget alloué aux forces d’autodéfense nippones subit une croissance de prés de 20% entre 2015 et 2022, atteignant désormais 50 Md$, celui-ci restait capé par le seuil établit à 1% du PIB du pays par son parlement. C’est précisément cette limite qui sera supprimée dès 2023, selon les confidences recueillies par l’Agence Reuters. Ainsi, le premier ministre Fumio Kishida mènerait actuellement les derniers arbitrages afin de lever ce plafond, et permettre au Japon d’accroitre son effort de défense à 2% de son PIB, et ce sur les 5 années à venir.

La drapeau des forces d’autodéfense nippone s’inspire du Kyokujitsuki, le drapeau de l’empire nippon représentant un soleil levant, mais n’est composé que de 8 branches, contre 16 pour le Kyokujitsuki.

Le reste de cet article est réservé aux abonnés

Les articles en accès intégral sont accessibles dans la rubrique « Articles Gratuits« . Les abonnés ont accès aux articles Analyses, OSINT et Synthèse en intégralité. Les articles en Archives (plus de 2 ans) sont réservés aux abonnés Premium.

A partir de 6,50 € par mois – Sans engagement de durée.


Related posts

Meta-Défense

GRATUIT
VOIR