12 porte-avions, 150 destroyers et frégates, 66 SNA ..: le nouveau plan de l’US Navy relève enfin le défi chinois

Comme nous l’avons déjà plusieurs fois abordé, la planification capacitaire de l’US Navy aura été pour le moins chaotique ces 20 dernières années, entre des dépenses inconsidérées dans certains programmes mal calibrés comme les destroyers Zumwalt et les corvettes LCS, et des arbitrages contradictoires de la part de la Maison Blanche et du Congrès. Le défi était donc de taille pour l’Amiral Gilday, le Chef des Opérations Navales, de remettre de l’ordre dans cette planification, tout en remettant l’exécutif et le legistalitif américains dans une même direction, afin de relever ce qui semble bien représenter le plus grand défi pour la puissance navale américaine de l’histoire, la montée en puissance de la force navale chinoise. Après plusieurs tâtonnements et une approche à 3 options présentées il y a quelques mois, le CNO a enfin présenté le très attendu Navigation Plan 2022, le document qui représente la stratégie militaire mais également industrielle recommandée par l’Etat-Major de l’US Navy pour les deux décennies à venir.

Le moins que l’on puisse dire, c’est que ce document prend enfin la pleine mesure du défi que représente la montée en puissance de la Chine dans le domaine militaire, et en particulier dans le domaine naval, alors que Pékin produit désormais 5 à 6 nouveaux destroyers et croiseurs chaque année, 2 à 3 nouvelles frégates, ainsi qu’un porte-avions tous les 3 ans et 1 grand navire amphibie tous les ans, et que l’on estime qu’il lui est désormais possible de lancer un sous-marin à propulsion nucléaire et 1 à 2 sous-marins à propulsion conventionnelle chaque année. En d’autres termes, en s’appuyant sur la dynamique actuelle, la République Populaire de Chine disposera, à horizon 2035/2040, d’une force navale composée de 4 à 5 porte-avions, de 80 destroyers et croiseurs, de 60 frégates et de 20 grands navires amphibies, épaulés de 15 à 20 sous-marins nucléaires d’attaque et d’une soixantaine de sous-marins conventionnels pour se confronter à la 7ème flotte de l’US Navy en charge du Pacifique occidental et de l’Ocean Indien. Cette flotte serait alors parfaitement dimensionnée pour mener une offensive sur Taïwan, en particulier la mise en oeuvre d’un blocus naval susceptible de maintenir l’US Navy à distance. En outre, dans le même temps, la Russie semble décidée à accentuer la production de ses propres sous-marins, en particulier ses SSGN classe Iassen-M et ses SSK classe Lada et Improved Kilo, tout en soutenant un effort pour produire une flotte hauturière composée de frégates et destroyers modernes, mais dépourvue de porte-aéronefs.

Vue d’artiste du NGAD F/A-XX proposé par Boeing

Pour répondre à cette double-menace, et conserver des capacités de manoeuvre significatives en Méditerranée et dans le Golfe Persique, l’Amiral Gilday a décidé de poser sans fioriture le problème devant les décideurs politiques américains de la Maison Blanche comme du Congrès. Selon le document présenté, il est en effet nécessaire que l’US navy évolue vers un format ambitieux susceptible de relever le défis posé par Pékin et Moscou, en s’appuyant sur un plan prévoyant une montée en puissance sur une vingtaine d’années afin de retrouver des capacités perdues depuis la fin de la Guerre Froide, et dépassant même largement les attentes de la 3ème et plus ambitieuse option présentée il y a juste 3 mois au Congrès. Le format de l’US navy s’appuierait alors en 2045 sur :

  • 12 sous-marins nucléaires lance-missiles baltiques SSBN de la classe Columbia
  • 12 porte-avions à propulsion nucléaire de la classe Improved Nimitz et Ford
  • 66 sous-marins nucléaires d’attaque et lance-missiles de croisières de la classe Virginia, de la nouvelle classe SSN(x) et de la nouvelle classe de SSGN destinée à remplacer les 4 Ohio assurant cette fonction
  • 96 grands navires de surface combattants des classes Zumwalt, Burke et de la la nouvelle de destroyer DDG(x)
  • 56 « petits » navires de surface combattants de la classe Constellation
  • 31 grands navires amphibies et 18 nouveaux navires amphibies legers
  • 82 navires logistiques et de soutien
  • 150 grands navires de surface et sous-marins autonomes robotisés
  • 1.300 chasseurs de 5ème génération F-35C et nouveaux NGAD F/A-XX
  • 900 plate-formes anti-sous-marines aéroportées comme le P-8A Poseidon et le MH-60R
  • 750 avions et hélicoptères de support

Le reste de cet article est réservé aux abonnés

Les articles en accès intégral sont accessibles dans la rubrique « Articles Gratuits« . Les abonnés ont accès aux articles Analyses, OSINT et Synthèse en intégralité. Les articles en Archives (plus de 2 ans) sont réservés aux abonnés Premium.

A partir de 6,50 € par mois – Sans engagement de durée.


Related posts

Meta-Défense

GRATUIT
VOIR