Pourquoi la Pologne est-elle atteinte de boulimie de défense ?

Depuis quelques mois, ilm ne se passe plus une semaine sans que les autorités polonaises n’annoncent de nouveaux contrats d’armement ou de nouveaux investissements de défense. Sur fond de guerre en Ukraine, à propos de laquelle Varsovie fit preuve d’un soutien sans égal vis-à-vis de Kyiv, et de menaces croissantes et répétées de la part des porte-paroles russes contre elle et ses voisins, les autorités du pays ont entrepris un effort sans équivalent en Europe afin de transformer les armées polonaises, et les doter de capacités qui en feraient, sans le moindre doute, la plus puissante force mécanisée terrestre en Europe. Après avoir annoncé la commande de chasseurs furtifs F-35A et de systèmes anti-aériens Patriot en 2019, Varsovie entreprit d’acquérir 250 chars de combat M1A2 Abrams, ainsi que des missiles Javelin auprés des Etats-Unis.

Une fois l’offensive russe en Ukraine déclenchée, toutefois, le rythme des annonces s’est considérablement accru, qu’il s’agisse d’un changement de format pour passer de 4 à 6 divisions, d’une hausse de l’effort de defense pour dépasser les 3% de PIB contre 2,12 aujourd’hui, ainsi que de nouveaux contrats d’équipements aussi nombreux que volumineux, comme les frégates Type 31 britanniques, les chars K2 black Panther et les canons automoteurs K9 sud-coréens, ou les lance-roquettes HIMARS américains. Et visiblement, la liste n’est pas close, puisque le ministre de La Défense polonais, Mariusz Blaszczak, a confirmé l’intention de Varsovie de commander pas moins de 96 hélicoptères de combat américain AH-64E Guardian, au grand damn de l’Italien Leonardo qui fit d’énormes efforts pour tenter de placer son nouveau AW249 dans le pays.

Le ministre de La Défense polonaise, Mariusz Blaszczak, a annoncé avoir formellement demandé aux Etats-Unis une autorisation d’exportation portant sur 96 hélicoptères de combat AH-64E Guardian

Si l’ensemble de ces annonces sont effectivement suivis d’effets, les armées polonaises disposeront, en 2030, de pas moins de 1500 chars de combat modernes K2 Black Panther, Abrams M1A2 et Leopard 2, de plus de 800 canons automoteurs Krabs et K9 Thunder, de 500 systèmes lance-roquettes Himars et K239, ou encore de plus de 150 avions de combat F35, F16 et FA-50, alors que l’équivalent de sa force opérationnelle terrestre atteindra 90.000 hommes. Il ne fait guère de doute qu’une telle puissance militaire, associant des équipements avancés à une masse plus que significative, serait de nature à dissuader tout aventurisme militaire russe contre la Pologne ou ses voisins, en particulier contre les pays baltes. Toutefois, force est de constater que l’effort annoncé par Varsovie, sera particulièrement difficile à soutenir pour ce pays dont le PIB demeure 3 fois inférieur à celui de la France par exemple, et qui n’affiche plus les mêmes perspectives économiques et sociales très prometteuses qui étaient les siennes il y a encore de cela quelques mois. Aujourd’hui, les annonces d’acquisition annoncées par Varsovie dépassent un montant d’investissement cumulé de 50 Md€, soit 8% du PIB du pays, et l’effort de défense annoncé à plus de 3% du PIB fera augmenter significativement les dépenses publiques qui représentent déjà prés de 45% du PIB de l’Etat. A titre de comparaison, les 100 Md€ d’investissement annoncés par Berlin ne représentent, quant à eux, que 3% du PIB allemand.


Le reste de cet article est réservé aux abonnés

Les articles en accès intégral sont accessibles dans la rubrique « Articles Gratuits« . Les abonnés ont accès aux articles Analyses, OSINT et Synthèse en intégralité. Les articles en Archives (plus de 2 ans) sont réservés aux abonnés Premium.

A partir de 6,50 € par mois – Sans engagement de durée.


Related posts

Meta-Défense

GRATUIT
VOIR