KAI présente une maquette prometteuse de la version navale de son chasseur KF-21 Boramae

Alors que tout portait à croire il y a quelques semaines que Seoul avait abandonné l’idée de se doter d’un porte-avions, les déclarations du chef d’Etat-Major sud-coréen, le général Kim Seung-kyum, le 19 septembre, donnèrent un nouvel éclat à cette ambition. Non seulement le programme n’était pas abandonné, mais Séoul envisagerait désormais de se doter d’un navire plus imposant, de l’ordre de 60.000 tonnes, avec la possibilité de s’appuyer sur un partenaire étranger pour réaliser le bâtiment. En outre, là ou le CVX initial devait mettre en oeuvre 16 F-35B américains, le nouveau navire sud-coréen pourrait, quant à lui, emporter une version navale du nouveau chasseur KF-21 Boramae conçu par KAI, et qui fit son premier vol cet été. Il n’aura fallu que quelques jours pour que cette hypothèse prenne corps à l’occasion du salon Defense Expo 2022 de Goyang dans la banlieue de Séoul, KAI ayant présenté une maquette du KF-21N, la version navale embarquée de son aéronef.

Le constructeur sud-coréen a précisé, lors de la presentation de cette maquette, qu’il ne s’agissait là que d’un concept de ce que pourrait être une version du Boramae destinée à embarquer à bord d’un éventuel futur porte-avions sud-coréen, façon de dire qu’à ce jour, aucune commande ni aucun contrat n’a été officiellement signifié pour developper un tel appareil par les autorités du pays. Toutefois, la maquette présentée n’est en rien un simple KF-21 équipé d’une crosse d’appontage et d’un train renforcé. En effet, l’aéronef semble avoir delà pris la mesure des contraintes que représentent la conception et la mise en oeuvre d’un tel appareil.

Remarquez le train du KF-21 très différent de celui présenté sur la maquette du KF-21N

Ainsi, le KF-21N est plus imposant que la version terrestre, avec une longueur de 17,1 mètres, 30 cm plus longue, et une envergure de 12,3 mètres contre 11,2 pour la version initiale, conférant au KF-21N une surface alaire 20% plus importante. Les ailes, justement, peuvent être repliées sur une longue d’environ 1 mètre, permettant de réduire l’empreinte au sol de l’aéronef, une caractéristique appréciable dans les hangars exigus d’un porte-avions. Le KF-21N serait propulsé par deux GE F-414 comme la version terrestre, et la masse maximale au décollage serait identique entre les deux versions, même si la masse à vide est légèrement supérieure pour la version navale. Enfin, l’appareil est présenté avec un train renforcé permettant le catapultage à l’aide d’une catapulte à vapeur ou Emals américaine, et d’une crosse d’appontage qui, elle, parait bien légère pour un appareil de cette masse. On notera à ce titre que la garde au sol de l’appareil a été sensiblement augmentée, la hauteur du KF-21N dépassant de 50 cm celle du Boramae.


Le reste de cet article est réservé aux abonnés

Les articles en accès intégral sont accessibles dans la rubrique « Articles Gratuits« . Les abonnés ont accès aux articles Analyses, OSINT et Synthèse en intégralité. Les articles en Archives (plus de 2 ans) sont réservés aux abonnés Premium.

A partir de 6,50 € par mois – Sans engagement de durée.


Related posts

Meta-Défense

GRATUIT
VOIR