Rafale, Caesar, FDI, Scorpene… : Quels sont ces équipements de défense français qui s’exportent si bien aujourd’hui ?

Les prises de commande à exportations d’équipements de Défense français ont atteint 11,7 Md€ en 2021, la troisième meilleure année jamais enregistrée par cette industrie alors que l’année 2022 s’annonce, quant à elle, celle de tous les records à plus de 20 Md€, notamment du fait de la commande de 80 avions Rafale par les Emirats Arabes Unis pour plus de 14 Md€. De fait, depuis 1950, la France évolue entre la 3ème et la 4ème place du classement mondial des exportateurs d’armement, derrière les Etats-Unis, l’Union Soviétique/Russie, et faisant jeu égale avec la Grande-Bretagne dans ce domaine. Les exportations françaises représentent aujourd’hui plus de 80.000 emplois directs et indirects, pour une moyenne de facturation de 8,5 Md€ par an représentant 40% de l’activité de ce secteur industriel.

Ces dernières années, certains équipements ont remporté un vif succès sur la scène internationale. Ainsi, le Rafale, que le ministre de La Défense Hervé Morin en 2010 qualifiait de trop complexe, trop cher et d’invendable, s’impose désormais comme un succès historique pour l’Avionneur Dassault Aviation et l’ensemble de la team Rafale, l’appareil ayant été commandé par 7 clients internationaux : l’Égypte pour 54 appareils, le Qatar pour 36 avions, l’Inde pour 36 appareils, la Grèce pour 24 chasseurs dont 12 d’occasion, la Croatie pour 12 appareils d’occasion, les Emirats Arabes Unis pour 80 chasseurs et dernièrement, l’Indonésie qui a officialisé une première commande de 6 appareils pour une commande globale de 42 chasseurs. D’autres pays sont sur les rangs des clients potentiels, tel la Serbie et l’Irak, alors que l’Inde, la Grèce et l’Egypte envisagent de commander de nouveaux appareils. Au final, le Rafale a d’ores et déjà dépassé les espérances des industriels français qui participent à sa fabrication avec Dassault Aviation, comme Safran pour les turboréacteurs M88, Thales pour les systèmes électroniques embarqués dont le radar AESA RBE-2, et MBDA pour les munitions et missiles air-air et air-sol/surface.

La version lourde 8×8 du CAESAR de Nexter a été commandé par la République Tchèque et le Danemark

Si le Rafale représente, à lui seul, plus de la moitié des exportations françaises d’armement depuis 2015 en valeur, il n’est pas un succès isolé. Ainsi, le canon porté sur camion CAESAR de Nexter s’est taillé en quelques années une importante part de marché dans un secteur très concurrentiel. Il a ainsi été commandé en version 6×6 par l’Arabie saoudite à plus de 130 exemplaires, l’Indonésie à 55 exemplaires, le Maroc à 36 exemplaires et la Thaïlande à 6 exemplaires, alors que l’Ukraine a perçu 18 exemplaires de ce type prélevés sur l’inventaire français pour renforcer ses capacités face à la Russie. Le Danmark et la République Tchèque ont quant à eux opté pour la version 8×8 plus lourde et mieux blindée, respectivement à 15 et 52 exemplaires. Enfin, la Belgique et la Lituanie ont récemment commandé la nouvelle version Mk2 également commandée par Paris pour compléter son inventaire, respectivement à 28 et 18 exemplaires. Comme pour le Rafale, le CAESAR pourrait engranger de nouvelles commandes, notamment de la Colombie, l’Espagne et d’Irak. Il est également question d’une nouvelle livraison de systèmes à l’Ukraine, sans que l’on sache, pour l’instant, s’il s’agit d’une commande ou d’un don, ni de quelle version et selon quel calendrier cette transaction doit s’effectuer.


Le reste de cet article est réservé aux abonnés

Les articles en accès intégral sont accessibles dans la rubrique « Articles Gratuits« . Les abonnés ont accès aux articles Analyses, OSINT et Synthèse en intégralité. Les articles en Archives (plus de 2 ans) sont réservés aux abonnés Premium.

A partir de 6,50 € par mois – Sans engagement de durée.


Related posts

Meta-Défense

GRATUIT
VOIR