L’US Navy confirme ses craintes d’une annexion de Taïwan par Pékin d’ici 2027

En mars 2021, le commandant en chef des forces américaines du Pacifique, l’Amiral Phil Davidson, stupéfia son auditoire en annonçant que, selon lui, il fallait s’attendre à ce que les autorités chinoises déclenchent les opérations militaires en vue d’annexer l’ile de Taïwan d’ici 2027. Selon l’officier américain, il y avait en effet une dichotomie flagrante entre la trajectoire présentée par Pékin selon laquelle la Chine devait devenir une puissance militaire mondiale d’ici 2050, et la réalité de l’effort constaté, qui laissait supposer une croisement des courbes entre les Etats-Unis et la Chine bien plus tôt que cela. En outre, en prenant en considération les bénéfices que procurent la faible distance qui séparent les cotes chinoises de celles de Taïwan, et les progrès réalisés en matière d’interdiction navale par les forces armées chinoises, tout portait à croire que Pékin disposerait d’une fenêtre d’opportunités opérationnelles avant même la fin de la décennie, c’est à dire avant que les effets des programmes de modernisation et d’extension des forces américaines entrepris à partir de 2017, ne puissent effectivement peser dans le rapport de force.

Il semble que cette échéance de 2027 soit désormais l’hypothèse de travail pour l’ensemble de l’US Navy. En effet, le Chef des Opérations Navales, l’amiral Gilday, n’a pas dit autre chose lors de son intervention à l’occasion d’un colloque numérique organisé l’Atlantic Council. Selon lui, tout porte en effet à croire que Pékin envisage une action militaire contre Taïwan avant 2027, c’est à dire la fin du nouveau mandat du président Xi Jinping. Pour argumenter ses prédictions, le CNO a précisé que la Chine avait, jusqu’ici, parfaitement respecté son calendrier de montée en puissance, et que rien ne laissait penser qu’il en irait autrement dans les années à venir. Et d’ajouter que cette échéance de 2027 représentait une échéance haute, et qu’il se devait d’anticiper une possible offensive chinoise contre Taïwan dès aujourd’hui, et sur l’ensemble de cette période.

L’hypothèse soulevée par l’amiral Gilday est loin d’être dépourvue de sens, même si elle suppose une très importante prise de risques de la part de la Chine. En effet, aujourd’hui, les armées chinoises sont loin d’être effectivement en mesure de mener une vaste opération amphibie contre Taïwan, et encore moins une stratégie de blocus naval, alors que la Marine chinoise n’aligne qu’une trentaine de destroyers modernes, autant de frégates, bientôt trois porte-avions et une dizaine de grands navires amphibie, ainsi qu’une quarantaine de sous-marins modernes. En matière de forces aériennes, Pékin peut s’appuyer sur un millier de chasseurs modernes dont une centaine de chasseurs de nouvelle génération J-20, mais moins d’une vingtaine d’avions de soutien (awacs, ravitaillement en vol); alors que ses forces terrestres alignent une cinquantaine de brigades opérationnelles, dont 8 brigades amphibies. En tout état de cause, ces forces semblent insuffisantes pour mener une opération militaire contre Taiwan, qui dispose de défenses considérables avec notamment 350 avions de combat modernes, 3000 blindés et 300 systèmes d’artillerie mobile, et qui peut potentiellement recevoir l’appui des forces américaines soit deux ou trois groupes aéronavals, deux groupes amphibies et plusieurs centaines d’avions de combat à partir des bases japonaises ou de Guam. En outre, plusieurs pays de la ceinture Pacifique, dont le Japon et l’Australie, ont annoncé leur intention de participer à la protection de Taïwan le cas échéant, offrant potentiellement des moyens demulpliés aux forces américaines.


Le reste de cet article est réservé aux abonnés

Les articles en accès intégral sont accessibles dans la rubrique « Articles Gratuits« . Les abonnés ont accès aux articles Analyses, OSINT et Synthèse en intégralité. Les articles en Archives (plus de 2 ans) sont réservés aux abonnés Premium.

A partir de 6,50 € par mois – Sans engagement de durée.


Related posts

Meta-Défense

GRATUIT
VOIR