L’US Army reporte la production de son Stryker DE M-SHORAD Guardian

Avec les armes hypersoniques et les systèmes de commandement et de communication avancés au coeur de la doctrine JDAC2, les armes à énergie dirigée sont aujourd’hui l’une des grandes priorités du Pentagone, et l’ensemble des armées américaines est engagé dans le developpement de plusieurs de ces systèmes, qu’il s’agisse de laser à haute énergie ou de canon à micro-ondes, aussi bien pour protéger les troupes et infrastructures au sol, que les navires de combat et même les aéronefs. Si l’US Navy avait longtemps été en pointe dans ce domaine, avec le système de 60 Kw Helios, l’US Army a produit un très important effort ces dernières années dans ce domaine, en développant simultanément 4 programmes dans ce domaine : le fusil anti-drones de brouillage C-sUAS, le canon à micro-ondes IPFS-HPM pour contrer les essaims de drones, le laser à haute énergie de 300 Kw et plus IFPC-HEL Valkyrie pour la protection des infrastructures et le système mobile DE M-SHORAD Guardian pour la protection des unités de contact, un laser de 50 Kw autonome monté sur un véhicule blindé Stryker qui en assure l’alimentation électrique et la mise en oeuvre.

Les premiers essais opérationnels du Guardian ont débuté en milieu d’année 2021, et avaient, semble-t-il, montré des résultats prometteurs, au point que l’US Army annonça que les premiers systèmes d’essais seraient livrés dès le mois de septembre 2022 à Fort Sill, dans l’Oklahoma, afin d’être testé par des unités opérationnelles. Il faut dire que l’attente est forte au sein des unités de l’US Army pour ce type de systèmes, particulièrement bien adaptés pour contrer la menace des drones légers de catégorie 1, 2 ou 3, mais également des munitions vagabondes et dans une certaine mesure, des obus de mortier et des roquettes (on parle alors de système C-RAM pour Cruise-Racket Artillery and Mortar), domaine dans lequel l’US Army, comme l’immense majorité des forces terrestres occidentales, est particulièrement mal dotée, et ce en dépit de l’arrivée dans les unités du système IM-SHORAD également monté sur blindé Stryker, et disposant d’un canon de 30mm ainsi que de missiles Stinger et Hellfire pour assurer cette mission.

L’US Army a commandé 144 systèmes M-SHORAD pour assurer la protection anti-aérienne rapprochée de ses unités combattantes dans l’attente de l’arrivée des systèmes à énergie dirigée comme le Guardian (en illustration principale)

Alors que la production industrielle du Guardian devait initialement être lancée en 2023 pour une entrée en service entre 2024 et 2025, l’US Army a décidé de reporter d’au moins une année l’entrée en service de ce système, selon les dires du lieutenant général Rasch, commandant le bureau de developpement des capacités et technologies critiques (Rapid Capabilities and Critical Technologies Office). Pour l’officier américain, il ne s’agit pas ici d’un arbitrage opérationnel, le système ayant montré son efficacité et sa fiabilité lors des essais, mais de s’assurer que la réponse industrielle autour de ce programme sera optimale, et que les engagements pris par les prestataires seront effectivement respectés, en terme de délais comme de couts. De toute évidence, l’US Army entend temporiser la poursuite de ce programme mené tambour battant, et ayant laissé sur le bas coté les offres industrielles alternatives à celle de Raytheon qui développe le Guardian, alors que les autres solutions avaient été écartées les unes après les autres lorsqu’elles rencontraient des délais supplémentaires.


Le reste de cet article est réservé aux abonnés

Les articles en accès intégral sont accessibles dans la rubrique « Articles Gratuits« . Les abonnés ont accès aux articles Analyses, OSINT et Synthèse en intégralité. Les articles en Archives (plus de 2 ans) sont réservés aux abonnés Premium.

A partir de 6,50 € par mois – Sans engagement de durée.


Related posts

Meta-Défense

GRATUIT
VOIR