La Marine sud-coréenne prend un rôle stratégique étendu face à l’évolution de la menace nucléaire nord-coréenne

Jusqu’à la fin des années 2010, la menace posée par les systèmes stratégiques de Corée du Nord, était essentiellement composée de missiles balistiques sol-sol à capacité nucléaire, avec des systèmes à courte portée de la famille SCUD, puis, dès le début des années 2000, l’apparition de systèmes de facture purement nationale, comme le missile balistique à moyenne portée Hwasong-7 ou Nodong-1. A partir de la seconde moitié des années 2010, de nouveaux systèmes indigènes à hautes performances ont été testés par Pyongyang, qu’il s’agisse de missiles balistiques à trajectoire semi-balistique comme le KN-17, de missile intercontinentaux comme le Hwasong-14, et même de missiles balistiques à changement de milieux et de missiles dotés de planeurs hypersoniques KN-23, ainsi que de nouveaux modèles de missiles de croisière. Dans le même temps, la Marine nord-coréenne entreprit de se doter d’une nouvelle classe de sous-marins dérivée de la classe Romeo soviétique et désignés classe Sinpo, capables de mettre en oeuvre des missiles balistiques à changement de milieux SLBM, faisant peser une nouvelle menace sur son voisin, et surtout de mettre à mal la doctrine « 3-axes » mise en oeuvre par Séoul.

En effet, pour faire face à la menace nucléaire de Pyongyang, les forces armées sud-coréennes ont développé une doctrine susceptible de la contenir, articulée autour de 3 volets complémentaires : l’utilisation de frappes préventives contre les sites et capacités nucléaires de Corée du Nord dès lors que la menace de frappe nucléaire est jugée imminente, l’interception des vecteurs nucléaires grâce à un important maillage de systèmes de détection et d’interception à capacité anti-balistique, et un ensemble de frappes massives conventionnelles pour décapiter les capacités de commandement, de communication et logistique de l’adversaire. Dans ce contexte, l’apparition de nouvelles menaces, en particulier de sous-marins nord-coréens capables de mettre en oeuvre des armes balistiques à capacité nucléaire, a naturellement transformé la topologie de la menace, à laquelle répond désormais la profonde transformation touchant la Marine sud-coréenne, notamment en lui conférant un rôle nouveau dans la doctrine « 3-axes ».

Lancement du destroyer Jeongjo le Grand en juillet 2022, premier navire du second batch du programme KDX, doté de capacités anti-balistiques avec le missile SM-3 Block1B et le radar SPY-1D(v)

Pour cela, la Marine sud-coréenne a entamé un important effort afin de se doter d’une vaste flotte de systèmes autonomes, qu’il s’agisse de drones navals de surface et sous-marins, ainsi que de drones aériens. Ainsi, si aujourd’hui les systèmes autonomes, comme le drone sous-marins de lutte anti-sous-marine ASWUUV en developpement depuis 2017, ne représentent que 1% des équipements alignés par la Marine du pays, l’objectif annoncé désormais est d’atteindre 9% à horizon 2025, presque 30% à horizon 2030 et un objectif final de l’ordre de 45% au début des années 2040, avec pour fonction précisément de garder en permanence sous controle les capacités navales nord-coréennes, et notamment d’être en mesure de suivre et donc de détruire avec un préavis court les navires et sous-marins équipés de systèmes à capacité nucléaire, qu’ils s’agisse de sous-marins armées de missiles SLBM ou de corvettes et frégates potentiellement équipées de missiles de croisière, et ainsi que satisfaire au premier des volets de la doctrine. Mais le rôle de la marine sud-coréenne ne s’arrêtera pas là.


Le reste de cet article est réservé aux abonnés

Les articles en accès intégral sont accessibles dans la rubrique « Articles Gratuits« . Les abonnés ont accès aux articles Analyses, OSINT et Synthèse en intégralité. Les articles en Archives (plus de 2 ans) sont réservés aux abonnés Premium.

A partir de 6,50 € par mois – Sans engagement de durée.


Related posts

Meta-Défense

GRATUIT
VOIR