Plus léger, hybride et numérique, le remplaçant du M2 Bradley ouvre la voie à la nouvelle génération de blindés américains

Destiné à remplacer les véhicules de transport de troupe blindés M113, ainsi qu’à contrer les nouveaux véhicules de combat d’infanterie soviétiques BMP-1 entrés en service en 1966, le véhicule de combat d’infanterie M2 Bradley fut l’un des piliers du super programme BIG 5 lancé au début des années 70 par l’US Army pour moderniser ses capacités et prendre en compte les enseignements de la guerre du Vietnam mais également des deux guerres israélo-arabes. Le nouveau blindé de FMC Corporation, déjà à l’origine du M113 et du véhicule d’assaut amphibie LVPT-7, rompait profondément avec les blindés en service dans les armées occidentales, avec notamment une tourelle armée d’un canon de 25mm M242 et d’un lance-missile antichar double TOW, lui permettant de prendre à partie des blindés lourds y compris des chars, à des distances allant jusqu’à 4 km. Avec l’apparition du BMP-2 en 1984, le Bradley entama une longue série de modifications et d’améliorations pour en accroitre la survivabilité, avec notamment des plaques de blindage réactif, de nouveaux systèmes de communication et de navigation, et un moteur de plus en plus puissant pour compenser la prise de poids, le blindé étant passé de 23 tonnes dans sa version initiale, à presque 35 tonnes dans ses dernières versions.

Le Bradley connu son heure de gloire lors de la guerre du Golfe en 1991, l’US Army ayant déployé 2200 de ces blindés face à l’Irak, soit presque la moitié du parc. Si 20 Bradley furent détruits durant la campagne terrestre, et 8 endommagés, majoritairement du fait de tirs amis, ceux-ci détruisirent un grand nombre de blindés irakiens, y compris des chars T-72 à l’aide de ses missiles TOW, et des chars T-55 avec son canon de 25mm armé d’obus d’obus performants à pénetrateur en uranium appauvri. Toutefois, lors de la seconde intervention américaine en Irak, le M2 montra certaines faiblesses, en particulier en matière d’engagement urbain et face aux IED des insurgés irakiens. Il devint évident que son remplacement, envisagé depuis le début des années 2000, devait être accéléré. C’est ainsi que naquit le programme Ground Combat Vehicle, lancé officiellement en février 2010, mais qui s’avéra rapidement une impasse du fait des exigences de l’US Army qui conduisait à concevoir un blindé à la fois très onéreux et excessivement lourd, au delà de 70 tonnes. Le programme fut finalement abandonné en 2014, non sans avoir couté prés de 20 Md$ aux contribuables américains.

Le M2 Bradley a connu une hausse de sa masse de presque 50% au fil des années, entravant sa mobilité et impactant sa consommation

A peine le programme GCV était il annulé qu’il fut remplacé par un nouveau programme destiné là encore à remplacer le M2 Bradley. Celui-ci, désigné par l’acronyme OMFV pour Optionnaly Manned Fighting vehicle, fut officiellement lancé en aout 2014, en employant le budget restant non dépensé du programme GCV, au sein du super programme Next Generation Combat Vehicle. Si le cahier des charges de l’US Army avait sensiblement évolué vis-à-vis de CGV, en particulier pour ce qui concernait certains impératifs de dimensions et de masse pour permettre au nouveau blindé d’être aérotransporté par avion C-17, celui-ci s’est très rapidement avéré déconnecté de la réalité technologique du moment, avec certaines exigences antinomiques les unes des autres, notamment pour ce qui concernait les limitations de masses face aux exigences de protection. En outre, le calendrier imposé par l’US Army amena la plupart des industriels à se retirer de la compétition, au point qu’en janvier 2020, il ne restait que le Griffin III de Général Dynamics Land Systems en lice, alors même que celui-ci ne respectait pas le cahier des charges établi. Une nouvelle fois, le programme fut annulé, pour être relancé un mois plus tard, sur des bases industrielles et technologiques entièrement renouvelées.


Le reste de cet article est réservé aux abonnés

Les articles en accès intégral sont accessibles dans la rubrique « Articles Gratuits« . Les abonnés ont accès aux articles Analyses, OSINT et Synthèse en intégralité. Les articles en Archives (plus de 2 ans) sont réservés aux abonnés Premium.

A partir de 6,50 € par mois – Sans engagement de durée.


Related posts

Meta-Défense

GRATUIT
VOIR