Pour le chef de la dissuasion US, un conflit avec la Chine semble inévitable

Il y a juste une semaine, le chancelier allemand Olaf Scholz accompagné d’un plein avion de chefs d’entreprise allemands, se rendait à Pékin pour rencontrer son homologue chinois, le président Xi Jinping nouvellement réélu à la tête du pays pour une durée de 5 ans. Pour le chef d’état allemand, il s’agissait avant tout de renforcer la coopération économique entre les deux pays, la Chine étant un marché critique pour les exportations allemandes, et le bon fonctionnement tant de son économie que de son industrie. En Europe, cette visite engendra de nombreuses réactions, avec l’inquiétude de voir Berlin accroitre sa dépendance économique vis-à-vis de Pékin, et ainsi se retrouver, à moyen ou long terme, dans une situation similaire à celle qui est la sienne aujourd’hui du fait de sa grande dépendance au gaz russe. Et si l’on en croit les dernières déclarations de l’Amiral Richard, chef du Commandement Stratégique américain sous Stratcom, la dissuasion du pays, le mauvais calcul du chancelier Scholz pourrait prendre forme bien plus vite qu’anticipé.

En effet, s’exprimant dans le cadre du symposium annuel de la Naval Submarine League, l’amiral américain a dressé un tableau des plus inquiétants. Selon lui, « La guerre en Ukraine en ce moment n’est qu’une mise en bouche« , et d’ajouter « La grande (guerre) arrive, et il ne faudra plus attendre longtemps avant que nous soyons testés comme nous ne l’avons pas été depuis un long moment« . Le fait est, l’opinion exprimée par le chef du Stratcom, est aujourd’hui largement dominante au Pentagone, et la plupart de ses officiels expliquent désormais que la confrontation avec la Chine semble inévitable, ce d’autant que les armées américaines font face à d’importantes difficultés auxquels l’Armée Populaire de Libération ne semble pas, pour sa part, exposée, en particulier dans les domaines industriels et technologiques.

L’US Navy dispose encore d’un important avantage technologique face à la Chine dans le domaine de la guerre sous-marine

Ainsi, pour l’Amiral Richard, l’outil de defense américain, y compris son outil de dissuasion, peut être assimilé à un navire, mais un navire qui coule, lentement certes, mais surement, alors que le fameux croisement des courbes capacitaires entre l’APL et les forces armées américaines se dessine dans un avenir de plus en plus proche. Selon lui, le seul domaine dans lequel les Etats-Unis conserveraient un ascendant marqué sur l’APL, serait celui de la guerre sous-marine (notons au passage que l’Amiral Richard est sous-marinier). Il ajoute, pour ne parler que de l’US Navy, qu’en l’absence d’une profonde mutation des capacités industrielles du pays, mais également de la méthodologie employée pour concevoir et construire les armes américaines, l’ascendant chinois à moyen terme serait inévitable, au point qu’il pourrait même mettre à mal la dissuasion américaine qui s’appuie, pour beaucoup, sur une flotte de 12 sous-marins nucléaires d’engins très évolués.


Le reste de cet article est réservé aux abonnés

Les articles en accès intégral sont accessibles dans la rubrique « Articles Gratuits« . Les abonnés ont accès aux articles Analyses, OSINT et Synthèse en intégralité. Les articles en Archives (plus de 2 ans) sont réservés aux abonnés Premium.

A partir de 6,50 € par mois – Sans engagement de durée.


Related posts

Meta-Défense

GRATUIT
VOIR