La Chine aurait développé un moteur capable d’atteindre Mach 9 avec du carburant d’aviation

Les vitesses hypersoniques constituent, depuis quelques années, un axe de recherche prioritaire pour l’ensemble des grandes armées du monde. L’annonce, en 2017, de l’entrée en service du missile hypersonique aéroporté russe Kinzhal, et quelques mois plus tard, du planeur hypersonique Avangard, a fait l’effet d’un électrochoc en occident comme dans le monde, alors qu’aucun système antimissile existant n’était alors capable de s’opposer à des vecteurs évoluant à de telles vitesses et capables de manoeuvres. Depuis, nous assistons à un emballement en matière de programme, les Etats-Unis, les européens, les chinois et les indiens ayant tous annoncé des avancées importantes dans ce domaine. Plusieurs systèmes hypersoniques sont d’ores et déjà en service, comme le Kinzhal et le Tzirkon russe, ou le DF-17 chinois, alors que les systèmes américains doivent entrer en service à partir de 2024.

Pour parvenir à ces vitesse supérieure à Mach 5 et conserver des capacités de manoeuvre, définition même d’une arme hypersonique, deux technologies de propulsion sont employées. La première, et la plus classique, s’appuie sur un moteur fusée de forte puissance et une trajectoire balistique ou semi-balistique, comme pour le Kinzhal russe dérivé du missile balistique à courte portée Iskander-M, ou le nouveau missile aéroporté YJ-21 chinois présenté pour la première fois lors du dernier salon de Zhuhai. La seconde alternative repose sur l’utilisation d’un moteur aérobie, c’est à dire employant l’air atmosphérique comme comburant. Malheureusement, un réacteur traditionnel est incapable de fonctionner au delà d’une vitesse avoisinant Mach 3, car la vitesse de l’écoulement d’air en son sein doit rester subsonique pour contrôler la combustion du carburant. Une alternative émergea au travers du Scramjet, un turboréacteur capable de ralentir et refroidir l’air atmosphérique et de contrôler la combustion à une vitesse supersonique mais inférieure à mach 2, lui permettant de fonctionner à des vitesses dépassant Mach 5.

En octobre 2019, l’Armée Populaire de Libération présenta pour le première fois son missile hypersonique DF17 coiffé d’un planeur hypersonique. Contrairement à la Russie, la Chine ne présente jamais d’équipements qui ne soient pas d’ores et déjà opérationnels et en service lors de ses (rares) parades militaires.

Le Scramjet, ou superstatoreacteur, est aujourd’hui employé par le missile anti-navire hypersonique russe Tzirkon, et plusieurs pays travaillent activement à developper cette technologie pour en équiper leurs missiles de croisière. Mais une autre technologie a émergé il y a une dizaine d’année, pour répondre au défi hypersonique, celle des moteurs à détonation oblique, qui remplacent la classique combustion du mélange air-carburant, par une succession de détonations de ce même mélange, générant un dégagement énergétique considérablement plus élevé, tout en étant moins sensible à la vitesse de l’air, permettant d’atteindre, théoriquement, des vitesses sensiblement plus élevées que le Scramjet, avec une performance énergétique, donc une autonomie, très supérieure. Cette approche n’est pas, à proprement parler, nouvelle, le premier appareil doté d’un moteur à ondes de détonation pulsées ayant fait la démonstration de son efficacité en 2008. Pour autant, l’annonce faite par l’académie des sciences chinoise, selon laquelle un tel moteur, alimenté en carburant d’aviation, aurait été testé avec succès dans le tunnel hypersonique JF-12 de Pékin, mérite une attention particulière, d’autant que les ingénieurs chinois annoncent que le moteur serait capable d’atteindre une vitesse de Mach 9.


Le reste de cet article est réservé aux abonnés

Les articles en accès intégral sont accessibles dans la rubrique « Articles Gratuits« . Les abonnés ont accès aux articles Analyses, OSINT et Synthèse en intégralité. Les articles en Archives (plus de 2 ans) sont réservés aux abonnés Premium.

A partir de 6,50 € par mois – Sans engagement de durée.


Related posts

Meta-Défense

GRATUIT
VOIR