Naval Group va-t-il revenir dans la compétition indienne de sous-marins P75i ?

En 1997, New Delhi officialisa la commande de 6 sous-marins à propulsion conventionnelle issus du modèle Scorpene de DCNS, devenu depuis Naval Group. Le premier submersible, l’INS Kalvari qui donnera son nom à la classe à venir, entra en service en 2017, apportant un plus-value opérationnelle considérable à la Marine Indienne. En 2014, les autorités indiennes entreprirent de lancer un nouveau programme, là encore pour 6 sous-marins d’attaque, mais équipés cette fois d’un système de propulsion aérobie, ou AIP pour Air Indépendant Propulsion. Après une première demande d’information en 2014, puis une seconde en 2017, 5 bureaux d’étude furent retenus pour participer à la compétition : l’allemand TKMS avec le Type 214, l’espagnol Navantia avec le S-80, le sud-coréen DSME avec le Dosan Aah Changho, le russe Rubin avec la classe Lada et le français Naval Group avec une variation du Barracuda.

Cependant, rapidement, les exigences du cahier des charges indiens, et notamment l’obligation faite au système AIP devant équiper les navires d’être d’ores et déjà en service, amènent TKMS, Navantia, Rubin et Naval Group à jeter l’éponge, ne laissant que le sud-coréen Daewoo Shilling and Maritime Service en lice. Cette situation de compétition à compétiteur unique étant bien peu satisfaisante pour New Delhi, les autorités indiennes annoncèrent la prochaine révision du cahier des charges, de sorte à permettre à d’autres industriels de rejoindre la compétition, et reporta la limite de dépôt des offres à décembre 2022. Pour l’heure, toutefois, rien n’indiquait que Naval Group entendait à nouveau rejoindre la compétition, ce d’autant qu’aucun Barracuda n’est en construction, en dehors des versions à propulsion nucléaire de la classe Suffren.

L’INS Kalvari est entré en service en décembre 2017

Mais une recente indiscretion faite à la presse indienne semble indiquer que, loin d’avoir jeté l’éponge, Naval Group serait toujours actif dans la compétition P75i, au point de faire valoir certains arguments technologiques exclusifs au delà du programme lui-même. En effet, selon le site idrw.org, Naval Group aurait proposé à l’Inde un transfert de technologie autour du Pump-jet pour le programme de Sous-marin nucléaire d’attaque indien en cours de conception. Le Pump-jet (en illustration principale) est une hélice carénée qui équipe les sous-marins nucléaires lanceurs d’engins de la classe Le Triomphant, et la nouvelle classe de sous-marins nucléaires d’attaque Suffren, permettant aux navires d’évoluer beaucoup plus rapidement sans générer de cavitation autour de l’hélice, et donc de manière beaucoup plus discrète, y compris à grande vitesse.


Le reste de cet article est réservé aux abonnés

Les articles en accès intégral sont accessibles dans la rubrique « Articles Gratuits« . Les abonnés ont accès aux articles Analyses, OSINT et Synthèse en intégralité. Les articles en Archives (plus de 2 ans) sont réservés aux abonnés Premium.

A partir de 6,50 € par mois – Sans engagement de durée.


Related posts

Meta-Défense

GRATUIT
VOIR