L’Argentine abandonne son intention d’acquérir de nouveaux avions de chasse

Au début de la guerre des Malouines, les forces aériennes et aéronavales argentines alignaient 240 appareils, dont plus d’une centaine de chasseurs modernes Mirage IIIE, Dagger, Skyhawk et Super Etendard, soit l’une des plus puissantes flottes de chasse d’Amérique du Sud. Si 35 chasseurs furent perdus lors du conflit, le lent déclin des forces aériennes argentines entamé depuis la fin du conflit eut de nombreuses causes, dont la fin des ambitions militaires de Buenos Aires avec le renversement de la dictature du général Leopoldo Galtieri suite à la défaite des Malouines, des crises économiques à répétition qui frappèrent le pays depuis, ainsi que l’embargo sévère imposé par la Grande-Bretagne sur la vente d’appareils occidentaux. De fait, aujourd’hui, les forces aériennes argentines ne sont plus que l’ombre de ce qu’elles furent au début des années 80, avec une vingtaine de A-4AR Fightinghawk et moins d’une dizaine d’avions d’entrainement Pampa 3 en service, et plus aucun chasseur supersonique pour un pays 2,8 millions de km2 bordé de 6000 km de cotes et 10.000 km de frontières terrestres.

Depuis plusieurs années, les autorités argentines tentaient d’acquérir de nouveaux chasseurs modernes, pour prendre le relais des Skyhawk qui ont été déjà poussés bien au delà de leur potentiel de vol planifié. En dépit des difficultés économiques qu’a rencontré le pays suite à la crise de 2001puis celle de 2013, plusieurs alternatives furent étudiées, dont le Kfir C7 israélien, le F-16 C/D américain, le Tejas indien et le FA-50 sud-coréen. Toutefois, comme c’est systématiquement le cas depuis 1982, la Grande-Bretagne imposa, à chaque fois, son veto sur l’exportation des sièges éjectables Martin-Baker, menant la plupart des négociations dans une impasse, en dehors du F-16 qui peut être équipé du siège éjectable américain ACES II. Mais les discussions les plus prometteuses semblaient porter sur l’acquisition de FC-1 chinois, également connu sous la référence JF-17 au Pakistan, certaines informations indiquant même que des équipes argentines s’étaient rendues au Pakistan pour évaluer l’appareil qui peut recevoir aussi bien un siège éjectable britannique que chinois.

Les Etats-Unis proposaient le F-16 C/D à l’Argentine, considéré comme le plus sérieux concurrent du JF-17 sino-pakistanais (en illustration d’accueil)

Pour beaucoup de commentateurs spécialisés argentins, la décision d’acquérir un lot de nouveaux chasseurs, le FC-1 et le F-16 étant le plus souvent cités, devait intervenir rapidement, d’autant qu’une ligne de crédits spécifique de 600 m$ était apparu dans la planification budgétaire argentine. Les espoirs ont été vertement douchés le 7 décembre par un tweet publié par le président argentin Alberto Fernandez Prensa, et dans une interview vidéo donnée au Financial Times. En effet, pour le chef de l’état argentin, « l’Argentine doit consacrer ses ressources à des choses plus importantes que l’achat d’avions militaires aujourd’hui« , et d’ajouter « Nous sommes sur un continent très inégal, où il n’y a pas de guerre« , et de conclure « Pour nous, il y a d’autres priorités que d’acheter des armes« . De fait, le programme d’acquisition de nouveaux avions de chasse est purement et simplement annulé, pas même suspendu, et il est probable que d’autres programmes d’acquisition ou de modernisation des équipements des armées argentines seront, eux aussi, reportés voire annulés.


Le reste de cet article est réservé aux abonnés

Les articles en accès intégral sont accessibles dans la rubrique « Articles Gratuits« . Les abonnés ont accès aux articles Analyses, OSINT et Synthèse en intégralité. Les articles en Archives (plus de 2 ans) sont réservés aux abonnés Premium.

A partir de 6,50 € par mois – Sans engagement de durée.


Related posts

Meta-Défense

GRATUIT
VOIR