L’US Army inquiète de l’endurance de ses nouveaux canons d’artillerie à portée étendue

Parmi les enseignements issus du conflit en Ukraine, le rôle central de l’artillerie dans les conflits de haute intensité est incontestablement le plus important, alors que les capacités d’artillerie lourde avaient été négligées ces 30 dernières années, au point d’être ramenées à leur portion congrue dans de nombreuses armées occidentales, dont l’Armée de terre française et même l’US Army. Si le nombre de « tubes » par soldat a ainsi été divisé par 3 depuis 1990 en occident, les performances des systèmes d’artillerie occidentaux ont, quant à elles, connu de fulgurants progrès, tant en terme de précision que de portée ou de mobilité. L’arrivée des systèmes modernes à canon long comme le CAESAR français ou le Pzh2000 allemand, tous deux dotés de canon de 155mm long de 52 calibres, 52 fois le calibre de l’arme (soit, 8,47m) au lieu des canons de 39 calibres qui équipaient les M109 ou les AuF1, permirent de conférer aux systèmes une allonge plus importante, avec un portée passant de 24 à 28 km pour les anciens systèmes, à une portée de 40 km, et davantage avec des obus à propulsion additionnée, pour les nouveaux.

Les avantages que confèrent ces nouveaux systèmes ont été largement mis en évidence lors des combats en Ukraine. Ainsi, les AHS Krab (Pologne), Caesar (France) et Pzh2000 (Allemagne) ont très largement surclassés les 2S3 Akatcya et 2S9 Msta-S russes, en portée comme en précision, comme en atteste les ratios de pertes documentés. Ils ont, en conséquence, été très largement employés par les militaires ukrainiens, en dépit de leur faible nombre, pour contenir les offensives russes, soutenir les contre-offensives ukrainiennes, mais également pour mener des frappes de contre-batterie et d’opportunité. Toutefois, pour atteindre de telles performances, les canons de 52 calibres doivent absorber des contraintes mécaniques et thermiques beaucoup plus importantes que leurs homologues de 39 calibres, ceci entrainant une usure plus rapide des tubes, mais également de l’ensemble des pièces mécaniques du système d’artillerie et du véhicule porteur. C’est ainsi que l’association d’une utilisation intense, d’un faible nombre d’unités et de contraintes supérieures, entraine aujourd’hui l’érosion des capacités d’artillerie ukrainienne, alors que 16 des 18 CAESAR et l’ensemble des Pzh2000 livrés à l’Ukraine doivent être régénérés après 4 mois de guerre. En revanche, aucun de ces systèmes n’a été détruit par le feu adverse, même si une munition rôdeuses Lancet a endommagé un CAESAR sans pour autant le détruire il y a quelques semaines.

Les tubes de 52 calibre du Pzh2000 ou du Caesar offrent des portées très supérieures à celle atteinte par des tubes de 39 ou 45 calibre. En revanche, ils s’usent plus vite lors des tirs.

Cette problématique n’a pas échappé aux artilleurs américains qui testent, depuis plusieurs mois, le nouveau système Extended Range Cannon Artillery, l’un des 32 piliers de modernisation de l’US Army en cours de développement. Contrairement aux systèmes européens (Caesar, Pzh2000, Archer) ou sud-coréens (le K9 Thunder), le programme ERCA vise en effet à developper un canon d’artillerie non pas de 52 calibre, mais de 58 calibre, permettant d’atteindre une portée de 70 km, soit celle atteinte aujourd’hui par les canons de 52 calibre en employant de couteux obus à propulsion additionnée. Mais si les contraintes thermiques et mécaniques réduisent la durée de vie opérationnelle d’un canon de 155mm L/52 (pour Length/52 caliber) à quelques mois dans un environnement de haute intensité, on pouvait craindre que la durée de vie du canon XM907 L/58 employé sur le M1299 du programme ERCA, serait encore plus réduite du fait d’une usure plus rapide. Le fait est, les essais effectués lors des tirs par les prototypes de M1299 montrent en effet l’apparition rapide de faiblesses et de dégâts sur le tube, laissant supposer une usure très rapide du système.


Le reste de cet article est réservé aux abonnés

Les articles en accès intégral sont accessibles dans la rubrique « Articles Gratuits« . Les abonnés ont accès aux articles Analyses, OSINT et Synthèse en intégralité. Les articles en Archives (plus de 2 ans) sont réservés aux abonnés Premium.

A partir de 6,50 € par mois – Sans engagement de durée.


Related posts

Meta-Défense

GRATUIT
VOIR