La Marine indienne envisagerait d’activer l’option pour des sous-marins Scorpene de Naval Group supplémentaires

Lancé en 2014, le programme P75i indien visait à prendre la suite du programme du programme P75 attribué en 1997 au français Naval Group pour la construction de 6 sous-marins de la classe Kalvari basée sur le modèle Scorpene. Le nouveau programme devait permettre à l’Indian Navy de recevoir 6 nouveaux sous-marins, dotés cette fois d’une propulsion anaérobie, ou AIP pour Air Indépendant Propulsion, déjà employée sur les sous-marins allemands, suédois, chinois et sud-coréens, et offrant une autonomie de plongée étendue aux submersibles, pouvant atteindre 3 semaines, contre une semaine pour les batteries classiques. Depuis, le programme P75i a rencontré de nombreuses difficultés, en particulier liées aux exigences du cahier des charges indien qui impose que seuls les technologies déjà en service et opérationnelles peuvent être proposées. Ces contraintes ont amené 4 des 5 participants à la compétition à se retirer, l’espagnol Navantia, l’allemand TKMS, le russe Rubin et le français Naval Group, ne laissant que le sud-coréen DSME et son Dosan Anh Changho en compétition, une situation bien peu satisfaisante pour New Delhi qui entend profiter de ce contrat pour acquérir certaines technologies clés pour developper sa propre industrie navale.

Depuis plusieurs mois, la situation autour du programme est ainsi gelée, dans l’attente d’une modification du cahier des charges permettant à d’autres industriels de participer. Dans le même temps, la Marine Pakistanaise accroit sensiblement ses propres capacités sous-marins, avec notamment l’acquisition de 8 sous-marins AIP Type-039B auprès de Pékin, des navires réputés performants et discrets, largement supérieurs aux Kilo et Type 209 qui représentent l’essentiel de la flotte sous-marine indienne. Le programme P75 arrive quant à lui à son terme, alors que le 5ème des sous-marins l’INS Vagir, doit être admis en service d’ici quelques jours, et que le 6ème et dernier bâtiment, l’INS Vagsheer, a été lancé le 22 avril 2022, et que la Marine indienne semble très satisfaite des performances de ses nouveaux navires. Enfin, depuis le lancement du programme P75i, une nouvelle technologie de batterie, basées sur le couple Lithium-ion, a été employée avec succès sur le premier sous-marin japonais de la classe Taigei, le JS Tagei, offrant de nombreux avantages, y compris vis-vis de la technologie AIP, créant le doute à New Delhi quant à la pertinence du programme P75i.

le JS Taïgei des forces navales d’autodéfense japonaises, est le premier sous-marin équipé de batteries Lithium-ion

Pour répondre à ces contraintes, il semblerait, selon le site hindustantimes citant des sources proches du dossier, que l’Etat-major de l’Indian Navy envisage d’exécuter l’option de 3 navires supplémentaires de la classe Kalvari, accompagnés peut-être de 3 autres unités, en lieu et place du programme P75i. Une telle option permettrait en effet d’exploiter au mieux et dans des délais courts l’outil industriel des chantiers navals Mazagon et de toutes la supply chain organisée par Naval Group, pour répondre à la montée en puissance de la marine pakistanaise, le Scorpene étant parfaitement à niveau pour faire face aux Type 039B Pakistanais. Mais l’ambition de l’Indian Navy, dans cet arbitrage, va bien au delà du sujet des sous-marins à propulsion conventionnelle, qu’ils soient classiques, AIP ou équipés de batteries Lithium-ion. En effet, l’objectif visé est de se doter, le plus rapidement possible, d’une flotte de 6 à 8 sous-marins d’attaque à propulsion nucléaire.


Le reste de cet article est réservé aux abonnés

Les articles en accès intégral sont accessibles dans la rubrique « Articles Gratuits« . Les abonnés ont accès aux articles Analyses, OSINT et Synthèse en intégralité. Les articles en Archives (plus de 2 ans) sont réservés aux abonnés Premium.

A partir de 6,50 € par mois – Sans engagement de durée.


Related posts

Meta-Défense

GRATUIT
VOIR