Pour se doter de sous-marin nucléaire sud-coréen, Séoul se dirige vers un bras de fer avec Washington

- Publicité -

L’Amiral Kim Myung-Soo a explicitement appelé à developper une flotte de sous-marin nucléaire sud-coréen, pour contrer l’évolution de la menace sous-marine de Pyongyang, alors qu’il était interrogé dans le cadre des auditions parlementaires pour designer le futur Chef d’état-major des armées du pays.

Il a surtout désigné les États-Unis comme le principal frein à ce développement vital pour la sécurité du pays, alors que Séoul prend une autonomie de plus en plus marquée vis-à-vis de Washington en matière de défense ces dernières années.

Depuis plusieurs années, les autorités sud-coréennes évoquent, de manière de plus en plus insistante, la possibilité de doter la Marine sud-coréenne de sous-marins nucléaires d’attaque, afin de contenir la menace croissante liées aux nouvelles performances des vecteurs nucléaires nord-coréens, mais aussi chinois et russes.

- Publicité -

Les contraintes sur le nucléaire liées aux accords de défense entre États-Unis et Corée du Sud

Jusque-là, cependant, les allusions faites semblaient relativement lointaines, et sans emphases. En effet, Séoul est tenu, dans ce domaine, par un accord de puissance très restrictif négocié avec les États-Unis qui assurent, depuis la fin de la guerre de Corée, la protection du pays, notamment avec son parapluie nucléaire et anti-missile.

Ohio classe SSBN, sous-marin nucléaire lanceur d'engins américain
Les États-Unis assurent la protection militaire de la Corée du Sud, y compris dans le domaine nucléaire et stratégique.

En contrepartie, la Corée du Sud et ses armées ont interdiction stricte de se doter de capacités nucléaires, les États-Unis redoutant que cela ne viennent de trop déséquilibrer le théâtre sud-est asiatique face à Pyongyang, mais surtout face à Pékin et Moscou. Si cet accord couvre naturellement les armes nucléaires, il s’étend aussi, par capillarité, aux navires à propulsion nucléaire, et plus particulièrement aux sous-marins.

Les performances nord-coréennes, dans le domaine des vecteurs stratégiques sous-marins, étaient, en effet, plus que limitées, rendant le besoin pour Séoul de disposer de submersibles à propulsion nucléaire moindre. Ces dernières années, toutefois, Pyongyang a démontré de nouvelles compétences technologiques, avec le développement de nouveaux missiles de croisière et balistiques bien plus performants que les générations précédentes.

- Publicité -

Missile Pukguksong-3, sous-marin Hero Kim Gun-ok : la menace sous-marine stratégique nord-coréenne s’accroit rapidement pour Séoul

C’est ainsi qu’il y a tout juste deux ans, la Marine nord-coréenne testait pour la première fois le missile balistique à changement de milieu Pukguksong-3, un vecteur balistique de moyenne portée (2 500 km de portée estimée), capable d’emporter une charge nucléaire, et d’être lancé par un sous-marin en plongée.

La menace empira pour Séoul en septembre 2023, avec le lancement du nouveau sous-marin nord-coréen « Hero Kim Gun-ok », un submersible dérivé de la classe Romeo Soviétique des années 50, mais armé de quatre de ces missiles balistiques à changement de milieu et capacités nucléaires, ainsi que de six missiles de croisière, eux aussi à changement de milieu, et potentiellement armés d’une tête nucléaire.

Sous-marin nord-coréen hero Kim Gun-Soo lance missiles
Le nouveau sous-marin Senpo-C « Héro Kim Gun-Son » nord-coréen sera armé de 4 missiles nucléaires SLBM Pukguksong-3

LOGO meta defense 70 Flotte sous-marine | Alliances militaires | Analyses Défense

Le reste de cet article est réservé aux abonnés

- Publicité -

Les abonnements Classiques donnent accès à
tous les articles sans publicité, à partir de 1,99 €.


Inscription à la Newsletter

Inscrivez-vous à la Newsletter Meta-Defense pour recevoir les
derniers articles de façon quotidienne ou hebdomadaire

- Publicité -

Pour Aller plus loin

RESEAUX SOCIAUX

Derniers Articles