L’hélicoptère H145M choisit par l’Allemagne qui tourne la page du Tigre

La commission budgétaire du Bundestag a autorisé, le 13 décembre, l’acquisition par la Bundeswehr de jusqu’à 82 hélicoptères polyvalents H145M d’Airbus Helicopters, dans le cadre de la modernisation des forces armées allemandes. Ces appareils qui équiperont l’Armée de terre et la Luftwaffe, seront armés et équipés, en particulier pour les missions d’attaque et de lutte antichar, sonnant la fin, d’ici à 2026, de l’hélicoptère Tigre outre-Rhin.

En 2017, dans la dynamique euphorique entamée par Emmanuel Macron et Angela Merkel pour faire du « couple franco-allemand », le pilier de ‘Europe de la Défense », Paris et Berlin avaient conjointement lancé plusieurs programmes militaires communs. Outre le SCAF et le MGCS, qui continuent à ce jour, malgré d’évidentes difficultés, plusieurs autres programmes majeurs furent lancés, mais connurent un destin plus funeste.

Le désintérêt rapide de la Bundeswehr pour le standard Tigre III

L’un de ces programmes était le Tigre III, et son missile antichar de nouvelle génération MAST-F. Si Berlin s’est rapidement désengagé de ce dernier, au profit de l’EuroSpike co-produit avec Israël, la participation allemande au Tigre III demeura longtemps incertaine.

Tigre HAD
L’Allemagne devait initialement participer au programme Tigre III, mais s’en est désintéressée dès 2019, sans pour autant annoncer officiellement son retrait.

À leur habitude, les autorités allemandes n’annoncèrent pas se retirer du programme. Au contraire, ils laissèrent le programme pourrir, jusqu’à ce que la France et l’Espagne ne décident, pressés par le temps, de developper une version moins ambitieuse du Tigre, baptisé Tigre II+.

Dans le même temps, Berlin entrepris de se rapprocher de Washington pour acquérir des hélicoptères de combat AH-64E Gardian, jugés plus efficaces, et surtout non soumis aux nombreuses difficultés de maintenance et de disponibilités rencontrées par les utilisateurs du Tigre.

Notons que, de leur côté, Français et Espagnols entreprirent de réorganiser le maintient en condition opérationnelle de l’appareil, obtenant rapidement des progrès très sensibles en termes de disponibilité de l’hélicoptère de combat.

Pour autant, la négociation des AH-64E étant aussi complexe que l’appareil est onéreux, La Bundeswehr pressa le ministère de la Défense allemand pour se doter d’une solution d’attente, en l’occurrence l’acquisition d’une flotte d’hélicoptères spécialement équipés pour les missions de combat, et armés. Il s’agissait, alors, de se tourner vers un appareil immédiatement disponible, relativement économique, et le plus possible, fabriqué en Allemagne.

Le H145M de Airbus Helicopters, un choix logique pour les armées allemandes comme solution intérimaire

Le choix de l’hélicoptère H145M s’imposait presque naturellement à la Bundeswehr. L’appareil est polyvalent, et peut à la fois remplacer les Tigre de l’Armée de terre, et venir renforcer les H145 déjà en service au sein de la Luftwaffe pour les missions des forces spéciales et d’évacuation sanitaire.

H145M Airbus Helicopter
Le H145M représente une solution de choix pour la Bundeswehr pour assurer l’intérim jusqu’à l’acquisition d’un nouvel hélicoptère de combat… ou pas…

LOGO meta defense 70 Hélicoptères de combat | Actualités Défense | Allemagne

Le reste de cet article est réservé aux abonnés

Les abonnements Classiques donnent accès à
tous les articles sans publicité, à partir de 1,99 €.

- Publicité -

Pour Aller plus loin

RESEAUX SOCIAUX

Derniers Articles