La Marine russe recevra 4 nouveaux sous-marins en 2024, dont 2 à propulsion nucléaire.

- Publicité -

Contrairement à la flotte de surface, la flotte sous-marine de la Marine russe, demeure un adversaire de taille, y compris pour la très puissante US Navy, qui lui reconnait un important potentiel opérationnel.

Et pour cause ! Là où la flotte de surface russe peine à moderniser ses unités, y compris les plus significatives comme ses croiseurs et frégates, ainsi que son porte-avions, la flotte sous-marine, elle, a admis au service pas moins de 13 nouveaux navires depuis 2020, dont 8 étaient à propulsion nucléaire.

À titre de comparaison, sur la même période, l’US Navy n’a admis au service que cinq nouveaux sous-marins, des SSN classe Virginia, et la Chine, entre deux et trois à propulsion nucléaire Type 094A, et pas davantage de sous-marins à propulsion conventionnelle Type 039B et C.

- Publicité -

On comprend, dès lors, que pour Moscou, le développement de la flotte sous-marine revêt une dimension stratégique, concentrant une majeure partie des efforts budgétaires et industriels du pays dans le domaine naval.

Visiblement, la dynamique est loin de se tarir. En effet, à l’occasion de la journée des sous-mariniers russes, le 18 mars, le ministre de la Défense, Sergueï Choïgou, a confirmé que la marine admettra au service pas moins de 4 nouveaux sous-marins, dont deux à propulsion nucléaire, durant l’année 2024.

Le sous-marin nucléaire lanceur d’engins Prince Pozharsk classe Boreï-A

Le premier de ces navires est le sous-marin nucléaire lanceur d’engins Kniaz Pozarskiy, ou Prince Pozharsk. Ce navire sera le cinquième navire de la classe Boreï-A à rejoindre les forces océaniques stratégiques russes depuis le Kniaz Vladimir, en juin 2020.

- Publicité -
Marine russe Borei-A
Les SNLE de la classe Boreï-A emportent 16 missiles balsitiques stratégiques Bulava, armés chacun de 6 à 10 MIRV.

Évolution de la classe Boreï, dont trois navires ont rejoint la Marine russe de 2012 à 2014, le Boreï-A est un navire de 170 mètres affichant une jauge de 24 000 tonnes en plongée. Sa mission principale est de transporter et de mettre en œuvre, à la demande du Kremlin, ses 16 missiles balistiques SLBM RSM-56 Bulava d’une portée estimée supérieure à 10 000 km, transportant chacun 6 à 10 MIRV armés d’une charge nucléaire.

Particulièrement discret, les Boreï et Boreï-A portent la capacité de riposte dans la triade nucléaire russe. Ils constituent une avancée majeure vis-à-vis des SSBN classe Delta IV qu’ils remplacent désormais.

Pour rappel, il y a de cela tout juste 20 ans, au début des années 2000, la Marine russe ne parvenait pas à assurer la permanence de la patrouille nucléaire sous-marine. Elle conserve aujourd’hui deux à trois navires en patrouille en permanence.

- Publicité -

Lorsque les 12 Boreï et Boreï-A seront en service, en 2031, elle pourra conserver 3 à 4 navires en patrouille, autant que les États-Unis, deux fois plus que la Chine, et trois fois plus que la France et la Grande-Bretagne.

Le sous-marin nucléaire lance-missiles Arkhangelsk classe Iassen-M

La classe Iassen-M est le pendant tactique des Boreï-A en matière de sous-marins à propulsion nucléaire russes. D’une longueur de 130 mètres, ces navires ont un déplacement en plongée supérieur à 13 500 tonnes.

classe Iassen-M
La classe Iassen remplace simultanément des SSGN et des SSN

LOGO meta defense 70 Flotte sous-marine | Air Independant Propulsion AIP | Analyses Défense

Le reste de cet article est réservé aux abonnés

Les abonnements Classiques donnent accès à
tous les articles sans publicité, à partir de 1,99 €.


Inscription à la Newsletter

Inscrivez-vous à la Newsletter Meta-Defense pour recevoir les
derniers articles de façon quotidienne ou hebdomadaire

- Publicité -

Pour Aller plus loin

2 Commentaires

  1. Bonjour.
    Je voulais apporter quelques rectifications concernant votre article si vous le permettez:
    Sur la 2éme image, celle d’un SNLE/SSBN Borei A, juste en dessous, vous indiquez que celui-ci embarque 12 missiles au lieu de 16. Ceci dit, vous indiquez dans le texte en dessous que ce sous-marin embarque bien 16 missiles SLBM.
    2éme point, vous indiquez, concernant le Iassen-M, qu’il a un déplacement en plongée supérieur à 8000T. Pour le coup, celui-ci déplace plus de 13800T en plongée.
    Peut-être avez-vous interverti avec son déplacement en surface qui, lui, est effectivement supérieur à 8000T (entre 8600 et 9500T selon différentes sources).
    En tout cas, merci pour votre site que je consulte tous les jours avec grand plaisir. C’est le seul site pour lequel je me suis d’ailleurs abonné.
    Bien à vous

RESEAUX SOCIAUX

Derniers Articles