Kan Frankrig returnere høfligheden til Tyskland om emnet hollandske ubåde?

I 2017 annoncerede de norske myndigheder afslutningen af ​​den konkurrence, der var indledt i flere år for at erstatte de 6 Ula-klasse ubåde i tjeneste med den kongelige norske flåde siden begyndelsen af ​​80'erne. Faktisk havde Berlin foreslået Oslo at samudvikle en ny version af sin Type 212-ubåd, betegnet Type 212CD, og ​​at bestille, i dette tilfælde, to skibe til at forstærke flåden på 6 undervandsfartøjer i tjeneste inden for den tyske flåde. Derved blev alle udviklingsomkostninger delt ligeligt mellem Berlin og Oslo, og norsk industrikompensation kunne også gælde for de to skibe bestilt til den tyske flåde, hvilket gjorde tilbuddet så attraktivt, at Naval Group, værftet, der konkurrerer med TKMS i denne konkurrence, måtte erkende, at det ikke var i stand til at matche det tyske tilbud. Samme situation kunne godt ske igen vedr konkurrencen, der i øjeblikket gennemføres af Amsterdam om udskiftning af dets ubåde af Walrus-klassen, og som modsætter sig den franske flådegruppe med Black Sword-ubåden fra Shortfin Barracuda-familien, et konsortium dannet af det svenske Saab/Kockums og det hollandske Damen med en version afledt af A26, og det tyske TKMS med Type 212 CD'en.

Faktisk tilbyder Berlin sin hollandske partner at deltage i det tysk-norske Type 212 CD-program, ligesom det, der blev tilbudt i Oslo for 5 år siden, for at sænke priserne, men også risikere industrier omkring programmet. På samme måde tilbyder Stockholm Amsterdam et meget attraktivt tilbud omkring sin nye A26-ubåd, hvor udviklingen af ​​sidstnævnte er blevet finansieret af Sverige til sin egen flåde, mens den svenske industrimand har allieret sig med det meget magtfulde hollandske skibsværft Damen for at optimere sine chancer . Under disse forhold kan Naval Groups tilbud med Black Sword, en Shortfin Barracuda-familieubåd afledt af SNA'er af Suffren-klassen, men udstyret med konventionel anaerob fremdrift, synes at være meget ugunstigt stillet, hvad mere er siden annulleringen af ​​den australske SEA 1000-kontrakt som specifikt skulle designe og producere 12 Shortfin Barracuda Attack-ubåde, selv om den ubåd, der blev foreslået af den franske gruppe set ud fra et kapacitetssynspunkt, tilbyder ydeevner, der er væsentligt overlegne i forhold til konkurrenternes og bedre egnet til hollændernes behov. Flåde.

Pump-jet og lydløse fliser, Naval Group's Black Sword er en ubåd skåret ud til åbent hav og høj intensitet

Det sorte sværd er faktisk meget mere imponerende end A26 eller Type 212 CD'en med en længde på næsten 90 meter og en dykkerdeplacement på mere end 4000 tons, mod 66 meter og 2000 tons for den svenske A26 Blekinge og 73 meter for en deplacement på 2500 tons for Type 212 CD, hvilket gør et meget mere holdbart og effektivt skib, især til højsømissioner, hvor de to andre undervandsfartøjer er optimeret til snævert hav og kystudvikling, såsom Østersøen og Nordsøen. Således havde Shortfin-barracudaen under den australske konkurrence stort set udklasset Type 212 og Soryu, netop på grund af dens offshore-kvaliteter og især dens evne til at bevæge sig med høj hastighed, mens den forblev stille, arvet fra dens tilknytning til ubådene. -Suffren -klasse atomdrevne angrebssejlere. Derudover kan Black Swords, ligesom Suffren, indsætte en række meget avanceret ammunition, såsom F-21 tunge torpedoer, SM-39 medium-ændrende anti-skib missil og MdCN krydsermissil. Alligevel vil det være vigtigt at spille med de samme budgetvåben for at sejre over de tyske og svenske tilbud.

dans un article publié il y a quelques semaines, nous avons étudié la pertinence pour la Marine nationale de se doter de quelques sous-marins à propulsion conventionnelle en lieu et place de SNA classe Suffren supplémentaires. Comme nous l’avions établi, il ne fait aucun doute que les SNA offrent des capacités supérieures aux navires à propulsion conventionnelle, raison pour laquelle la Marine Nationale privilégie cette hypothèse pour étendre sa flotte sous-marine. Toutefois, ceux-ci ne peuvent s’exporter, tout au moins pour le moment, alors que l’exportation de sous-marins constitue un pilier indispensable pour équilibrer les comptes et les capacités industrielles de Naval Group. Et si le modèle Scorpène, déjà exporté à 14 exemplaires exemplaires auprés du Chili, de la Malaisie, de l’Inde et du Brésil, peut encore prétendre à un certain attrait sur la scène internationale, comme en Roumanie, il ne fait aucun doute que le groupe naval français doit désormais s’appuyer sur une nouvelle classe plus moderne de submersibles pour sécuriser ses exportations à venir. L’article concluait qu’il pouvait être pertinent, si le nombre de sous-marins français devait être revu à la hausse au cours de la prochaine Loi de Programmation Militaire, de doter la Marine Nationale de 2 ou 4 sous-marins à propulsion conventionnelle de nouvelle génération pour soutenir les exportations, mais également pour alléger les missions dédiées aux SNA.

Le Brésil a commandé 4 sous-marins Scorpène construits localement à Naval Group

Or, le contexte néerlandais offre précisément les conditions optimales pour réaliser une telle procédure, pour peu que Paris entreprenne de faire la même proposition à Amsterdam que celle qui fut faite par Berlin à Oslo en 2017. En d’autres termes, la France s’engagerait à commander 2 sous-marins Black Sword et à financer la moitié des couts de developpement si les Pays-Bas choisissaient l’offre de Naval Group, de sorte à s’aligner budgétairement sur les offres allemandes et suédoises, et donc de faire porter la décision sur les capacités des navires pour lesquels il a un net avantage. Par ailleurs, outre le fait qu’un tel accord permettrait à Naval Group de disposer de précieuses références pour promouvoir son modèle sur la scène internationale dans les années et décennies à venir, il permettrait à la Marine nationale de se doter de 2 submersibles très capables que ce soit pour patrouiller en Méditerranée, Mer du Nord et Mer baltique, pour sécuriser les accès aux arsenaux français, ou pour déployer des submersibles de protection autour de certaines zones de défense prioritaire, comme en Nouvelle Calédonie.

Mais l’argument le plus décisif en faveur d’une telle proposition n’est autre que budgétaire. En effet, si l’acquisition de sous-marins à propulsion conventionnelle de nouvelle génération faisait sens en vue de soutenir les exportations, comme nous l’avions établi dans le précédent article, elle prend tout son sens dés lors qu’elle s’inscrit précisément dans un processus d’exportation. Ainsi, en supposant que la conception et la fabrication des 6 submersibles équivaudrait à une enveloppe de 8 Md€, soit 2 Md€ de R&D et 1 Md€ par navire, l’investissement pour la France serait alors de 3 Md€, pour 50% de la R&D et 2 navires. Sur la base d’un partage industriel de 50% et d’un retour budgétaire de 65% sur les investissements produits en France, le retour budgétaire global s’élèverait alors à 2 Md€. Les économies sociales liées à l’activité liée à 3 Md€ d’investissement, soit 7.500 emplois dont 3.000 emplois industriels sur 10 ans, représenteraient alors 90 m€ par an, soit 900 m€ sur l’ensemble de la durée du contrat. Au total, les 2 sous-marins livrés à la Marine nationale n’auront couté que 50 m€ l’unité, tout en soutenant le potentiel industriel export de manière plus que conséquente, par ailleurs largement compensé par les contrats de maintenance dans les années à venir.

Le maintien des compétences et savoir-faire de Naval Group dans le domaine sous-marins repose en grande partie sur les capacités d’exportation du groupe dans les années à venir

On le comprend, la compétition néerlandaise pour le remplacement des sous-marins de la classe Walrus représente une opportunité à ce jour unique pour Naval Group et l’ensemble de l’industrie sous-marine française afin de prendre pied dans la prochaine génération de sous-marins à propulsion conventionnelle. Après l’annulation du contrat australien, qui portait entre autre cette mission, il est désormais indispensable de faire preuve de souplesse et d’imagination pour sécuriser ce savoir-faire industriel indispensable au maintien de ces compétences de l’industrie française dans la durée, et donc d’une capacité critique pour la dissuasion, quitte à mécontenter un temps les sous-mariniers français qui plébiscitent la propulsion nucléaire.

Relaterede stillinger

Meta-forsvar

GRATIS
VIEW