Les nouveaux missiles anti-navires hypersoniques chinois changent la donne dans le Pacifique

La Chine aurait-elle ravi la politesse à la Russie en déployant un missile hypersonique anti-navire à bord de ses nouveaux destroyers lourds Type 055 ? C’est en tout cas la question qui se pose suite à la publication de photos montrant le tir d’un missile identifié comme YJ-21 à partir d’un de ces navires, laissant supposer que le missile pourrait être effectivement en service, ou tout au moins en phase de test avancée. Comme si cette seule nouvelle ne suffisait pas, de nouvelles photos ont été diffusées montrant un bombardier naval à long rayon d’action H-6N emportant lui aussi un missile balistique anti-navire, que les…

Lire l'Article

Avec 3 SNLE à la mer, la Posture de dissuasion française au plus haut depuis 1983

Il est des signes qui ne trompent pas concernant le niveau de tension qui existe entre l’Occident et la Russie, sur fond d’agression russe en Ukraine. Ainsi, à peine quelques jours jours après le lancement de ce qui est présenté par Moscou comme une « Opération Spéciale Militaire », et qui de toute évidence tourne au cauchemar pour les armées russes, le Kremlin avait annoncé la mise en alerte renforcée de ses forces de dissuasion. Si sur le moment, les puissances nucléaires occidentales n’avaient pas publiquement relevé la menace pour ne pas aggraver la situation, elles n’en ont pas moins tirer leurs propres conclusions. Ainsi, on apprend…

Lire l'Article

Boeing sort le grand jeu pour tenter de sauver le contrat des Super Hornet allemands

On le sait, après les échecs en Suisse, en Finlande et au Canada, trois pays qui utilisent aujourd’hui le F/A-18 Hornet, le contrat allemand portant sur 30 F/A 18 E/F Super Hornet et 15 avions de guerre aérienne E/A-18G Growler pour remplacer les Tornado dédiés à la mission nucléaire de l’OTAN et les Tornado ECR de guerre électronique, a pris une dimension plus que stratégique pour Boeing, pour qui se joue la pérennité de la chaine d’assemblage de l’appareil pour 3 ans. Pour autant, ce contrat est aujourd’hui menacé par plusieurs facteurs, en particulier la fermeté du Pentagone de ne pas qualifier la nouvelle bombe…

Lire l'Article

Le nouveau bombardier stratégique russe Tu-160M2 a effectué son premier vol

La Russie est l’un des 3 seuls pays au monde à disposer d’une triade stratégique, à savoir une dissuasion nucléaire basée simultanément sur des vecteurs terrestres, navals et aériens. Pour l’heure, cette troisième composante est la moins bien lotie, avec seulement 16 bombardiers strategiques supersoniques Tu-160M, le gros de la force étant encore constituée d’une cinquante de Tu-95MS à turbopropulseurs. C’est précisément pour remplacer ces appareils que les autorités russes ont lancé, en 2015, un programme visant à rétablir la ligne d’assemblage du Tu-160 dans un nouveau standard modernisé désigné Tu-160M2, et à produire 35 nouveaux appareils, alors que dans le même temps, l’industrie aéronautique…

Lire l'Article

L’Allemagne veut évaluer l’intérêt du F-35 pour remplacer ses Tornado

« Ô, Quelle Surprise » diront les plus cyniques. Selon le site allemand Die Zeit, la nouvelle ministre de la Défense Christine Lambrecht aurait en effet entrepris de reconsidérer la décision de celle qui la précédait dans la fonction, Annegret Kramp-Karrenbauer, qui avait en 2020 arbitré en faveur de l’acquisition de 30 chasseurs bombardiers Boeing F/A 18 E/F Super Hornet et de 15 avions de guerre électronique EA-18G Growler afin de remplacer respectivement les Tornado dédiés à la mission nucléaire partagée de l’OTAN, et les Tornado ECR de guerre électronique et de suppression des défenses anti-aériennes de l’adversaire. Selon l’article, la Ministre allemande, en accord avec le…

Lire l'Article

Le F/A-18 E/F Super Hornet s’éloigne encore un peu plus de l’Allemagne

Lorsqu’en mars 2020, Berlin annonçait son intention d’acquérir 45 avions de combat F/A 18 E/F Super Hornet et EA-18G Growler aux cotés de 90 nouveaux Eurofighter Typhoon pour remplacer, entre autres, les Tornado de guerre électronique et ceux dédiés aux missions de partage nucléaire de l’OTAN, les autorités allemandes savaient qu’elle prenait un risque important, en particulier pour ceux qui, après elles, devront mettre en oeuvre ce programme d’acquisition. En effet, le Super Hornet de Boeing, pas davantage que l’Eurofighter Typhoon, n’étaient alors prévus d’être en mesure de recevoir la nouvelle bombe nucléaire gravitationnelle employée par l’OTAN dans ce cadre spécifique, la B-61-Mod12. Afin de…

Lire l'Article

Les bombardiers H-6J chinois s’entrainent au largage de mines navales

Si la Marine chinoise est désormais solide en matière de flotte de surface, avec dans les tous prochains mois une flotte composée de 5 croiseurs Type 055 et de 25 destroyers Type 052D en ligne, plus un centaine de frégates et corvettes, elle reste sous la menace des sous-marins américains mais également japonais, sud-coréens voire australiens (dans un avenir lointain, très lointain…), comme l’a montré l’accident de l’USS Connecticut en mer de Chine il y a deux mois. Bien que des mesures à moyen terme aient été prises, comme par exemple l’arrivée progressive des nouveaux sous-marins Type 039C ou le possible remplacement des 20 premières…

Lire l'Article

La bombe nucléaire B-61 de l’OTAN a-t-elle encore un intérêt militaire ou politique ?

Dès l’entame de la Guerre Froide, les Etats-Unis entreprirent de déployer sur le sol de leurs alliés européens des armes nucléaires de différents types, comme des bombes gravitationnelles, des missiles sol-sol ou sol-air, et même des missiles air-air que l’AIR-2 Génie, afin de dissuader la très puissante Armée Rouge de tenter de profiter de son avantage numérique en Europe. Sans que l’on sache précisément quand le principe du partage nucléaire a débuté, il apparait que celui-ci était déjà mis en oeuvre en 1968, lors des premières discussions entre soviétiques et américains sur les questions de limitation des armes nucléaires, puisque Moscou fut informée de cette…

Lire l'Article

52 avions de combat chinois sont entrés dans la zone de contrôle aérien taïwanaise

Les forces aériennes chinoises ont mené, entre le 1er et le 2 octobre à l’occasion de la fête nationale du pays, une démonstration de force sans précédent à proximité de l’ile de Taïwan, provoquant plusieurs décollages des avions de combat taïwanais, et une vigoureuse protestation de la part des autorités de Taipei. Le 1er octobre, une première formation de 18 chasseurs bombardiers J-16 accompagnée de 4 chasseurs bombardiers Su-30, ainsi que de deux bombardiers H-6 et d’un avion de patrouille Maritime Y-8 a effectué un premier exercice au sud de la zone de contrôle aérienne taïwanaise. Quelques heures plus tard, dans la nuit du 1er…

Lire l'Article

La Marine chinoise a organisé 120 exercices ces 3 derniers mois

« La sueur épargne le sang » avait coutume de dire l’architecte et stratège militaire de Louis XIV, Vauban. Et de sueur, les militaires chinois n’ont de toute évidence pas manqué ces derniers mois. En effet, selon le site affilié au PCC globaltimes.cn, la marine chinoise en coopération avec les autres armes de l’Armée Populaire de Libération, a organisé prés de 120 exercices navals, aéronavals et amphibies ces seuls 3 derniers mois, dont 50 d’entre eux eurent lieu à proximité de l’ile de Taïwan. Au delà du nombre déjà extraordinairement élevé d’exercices ayant eut lieu, les informations (partielles) remontées par les autorités taïwanaises sur nombre d’entre eux…

Lire l'Article
Meta-Défense

GRATUIT
VOIR