Une Maskirovka est-elle en route au sujet des tensions russo-ukrainiennes ?

Popularisé par l’excellent « Tempète Rouge » de Tom Clancy et Larry Bond, l’auteur de la non-moins excellente simulation de guerre navale Harpoon, la Maskirovka est un opération de renseignement visant à créer de toutes pièces un casus belli justifiant l’engagement légitime de forces. Le roman qui décrit un hypothétique conflit entre l’Union Soviétique et l’OTAN sur fond de crise énergétique, présente un scénario évolué concernant cette Maskirovka soviétique, destinée à mobiliser la population autour d’une attaque contre l’OTAN suite à un attentat visant les élites du Parti communiste diligentée soit disant par les services secrets allemands, alors que dans le même temps, les armées subissaient une…

Lire l'Article

Le scénario géorgien se précise en Ukraine

En 2008, un corps d’armée russe de 90.000 hommes disloqua en seulement 5 jours les défenses géorgiennes, après que le bouillant président géorgien Saakachvili ait donné l’ordre à ses forces de s’emparer de la ville ossète de Tskhinvali, ce qui provoqua la mort de 16 militaires de la « force d’interposition de la CEI » présente sur place. Mais cette narration n’est qu’une partie de l’histoire, car dans les semaines qui ont précédé cet assaut bien mal avisé d’un président géorgien trop sûr du soutien de ses alliés occidentaux, les forces ossètes, équipées et entrainées par Moscou, et en grande partie formée de militaires russes, harcelèrent les…

Lire l'Article

Le SocialWarfare, cette nouvelle menace contre les démocraties occidentales

L’assaut contre le Capitole par un groupe d’émeutiers le 6 janvier dernier, en marge de la fin de mandat de Donald Trump, a eu l’effet d’un électrochoc pour l’ensemble des capitales occidentales. Soudain, la menace complotiste, qui était jusqu’ici considérée comme un épiphénomène, certes grave, mais limité dans son potentiel de nuisance, fut propulsée au rang de menace majeure contre la survie même de la Démocratie et de l’Etat de droit. Dès lors, tous les chefs d’états occidentaux entreprirent de mener des actions pour tenter de contrôler cette menace manipulée par quelques politiques peu scrupuleux et certaines personnes dont le statut de gourou social flatte…

Lire l'Article

L’US Air Force expérimente un copilote numérique sur le fameux avion espion U2

L’avion de reconnaissance à haute altitude U2 a été l’un des avions les plus célèbres de la Guerre Froide. Conçu par la division Skunk Works de Lockheed, il effectua son premier vol en 1955, et permis rapidement aux Etats-Unis de mener de nombreuses missions de reconnaissance au dessus du territoire soviétique, l’appareil étant au delà de la portée des systèmes anti-aériens et des intercepteurs soviétiques de la fin des années 50. C’est un U2 qui, en 1962, identifia les premiers missiles balistiques SS-4 soviétiques déployés à Cuba. C’est également cet appareil qui fut à l’origine d’une crise majeure entre Moscou et Washington, lorsque le U2…

Lire l'Article

Bellingcat démontre l’existence d’un programme d’armes chimiques en Russie

En 2010, Dimitry Medvedev, alors président de la Fédération de Russia, annonça le démantèlement de toutes leurs infrastructures de production d’armes chimiques et bactériologiques, conformément aux engagements de la convention de 1997. La destruction des stocks d’armes chimiques, quand à eux, devait avoir lieu en 2012, puis en 2015, pour au final avoir été reportée à 2020. Mais ces annonces officielles pourraient bien n’avoir été que de la poudre aux yeux, et Moscou pourrait bel et bien toujours détenir un programme d’armes chimiques, armes qui auraient été employées dans les attaques de plusieurs dissidents ou opposants politiques, y compris celle d’Alexandre Navalny, dans une saga…

Lire l'Article

Ces clauses tacites qui accompagnent l’accord entre Israël et Abu Dabi

L’accord diplomatique signé le 13 aout entre Israël et les Emirats Arabes Unis, que les lecteurs de Meta-Defense pouvait cependant anticiper, a, incontestablement, rebattu les cartes sur le théâtre moyen-oriental, créant un axe militairement puissant pour contrer les éventuelles aspirations régionales de Téhéran, ou des manoeuvres dangereuses du Qatar et de son allié turc. Axe auquel Bahreïn s’est joint il y a quelques jours, en signant à son tour un accord avec Jerusalem. Toutefois, au delà de l’accord lui-même, avec son lot d’actions diplomatiques et de relations commerciales, il existe également, de toute évidence, des clauses non écrites, et pourtant bien valides, liant les deux…

Lire l'Article

La Biélorussie déploie des troupes à la frontière Russe pour empêcher un « scénario à l’Ukrainienne »

Les relations entre Minsk et Moscou se sont gravement détériorées depuis quelques semaines, à l’approche des élections présidentielles biélorusses qui doivent se tenir dimanche 9 aout. En effet, le président biélorusse, Alexandre Loukachenko, à ce poste depuis 1994 et en lice pour un sixième mandat, accuse Moscou de soutenir l’opposition, lui-même s’étant jusqu’ici appliqué à réduire au silence toute forme de contestation, le plus souvent avec la bénédiction du Kremlin. Or, ce dernier oppose désormais une résistance plus que symbolique dans les négociations entre Minsk et Moscou portant sur le traité d’union, un accord signé en 1999 qui devait permettre une intégration proche du fédéralisme…

Lire l'Article

Barkhane : six mois après le Sommet de Pau, quels effets sur le théâtre sahélien ?

Le 13 Janvier 2020 se tenait le Sommet de Pau destiné à redonner de l’élan à un G5 Sahel démoralisé et déstabilisé sous le coup de l’agressivité des attaques des Groupes Armés Terroriste (GAT). Quelques mois plus tard on observe des effets encourageants sur le terrain, tant par la pression exercée sur les GAT que par la montée en puissance des armées sahélienne. Au début de l’année 2020 l’opération Barkhane perdait de sa légitimité au prorata des pertes subies par les armées sahéliennes, et des critiques émanant de l’opinion française. Le Sommet de Pau n’a pas changé l’Effet Final Recherché (EFR) de l’opération Barkhane : tenir…

Lire l'Article

Le Covid-19 aura-t-il raison de la diplomatie européenne du renseignement ?

« C’est une question de souveraineté européenne. Dès lors que l’on souhaite gagner en capacité stratégique de défense, il est nécessaire de gagner en capacité de renseignement ». C’était fin février à sa signature officielle à Zagreb en Croatie. Coopération « inédite, de long terme, pour la sécurité des démocraties européennes », l’Intelligence College in Europe (ICE) se voulait « la réplique commune à la complexité des menaces asymétriques cyber, terroristes et de déstabilisation qui émanent de Russie ou de Chine via les réseaux 5G ». Trois mois après les plaidoyers des représentants de services intérieurs et extérieurs des 23 pays signataires[1], l’instance « diplomatique » informelle promue par Emmanuel Macron est…

Lire l'Article

Le retrait américain du traité « Ciel Ouvert » menace le contrôle des armes nucléaires et la sécurité des pays Baltes

La semaine dernière, le New York Times annonçait que l’administration Trump souhaitait retirer les USA du traité « Open Skies ». Si cet accord international joue désormais un rôle mineur dans le contrôle des armes, il reste encore hautement symbolique et contribue directement à la sécurité de certains alliés des Etats-Unis, notamment les pays Baltes. Pour la Maison Blanche, le retrait américain se justifierait par le manque de transparence et les violations répétées de la Russie vis-à-vis des accords Ciel Ouvert, comme nous l’avions évoqué dans notre précédent article à ce sujet. En pleine année électorale, et alors que Donald Trump se présente encore comme un négociateur…

Lire l'Article
Meta-Défense

GRATUIT
VOIR