SNLE3G : Faut-il revenir à une dissuasion à 6 sous-marins ?

Le 19 février, la Ministre des Armée françaises, Florence Parly, a annoncé le lancement du programme de conception des prochaines Sous-marins Nucléaires Lanceur d’Engins de nouvelle génération, souvent désignés par l’acronyme SNLE 3G, s’agissant de la troisième génération de ce type de submersible construite par la France. Les 4 nouveaux navires seront armés de 16 missiles balistiques intercontinentaux M51 d’une portée dépassant les 10.000 kilomètres et emportant chacun jusqu’à une dizaine d’ogives nucléaires à trajectoire indépendante de 100 kilotonnes, 6 fois la puissance de la bombe larguée sur Hiroshima. Cette annonce marque la volonté de Paris de préserver son indépendance stratégique ainsi que sa capacité…

Lire l'Article

Quelle sera la stratégie de Joe Biden pour l’OTAN et l’Europe ?

De nombreuses chancelleries européennes ont appris l’élection de Joe Biden à la Maison Blanche avec un soulagement non feint, tant les relations avec son prédécesseur étaient tendues et difficiles. Donald Trump n’avait en effet jamais caché son mépris pour l’OTAN et pour ces européens qui « profitaient de la protection américaine » sans en payer le prix. A l’exception de quelques pays, comme la Pologne, qui prirent partie trop ouvertement pour l’ancien président, et qui doivent désormais maintenir une posture discrète dans l’attente que le temps fasse son oeuvre, beaucoup de dirigeants du vieux continent saluèrent l’arrivée de Joe Biden à la tête des Etats-Unis à grand…

Lire l'Article

Joe Biden donne le ton des relations américano-russes pour les 4 ans à venir

Parmi les toutes premières décisions prises par le nouveau président américain Joe Biden après son investiture, la prolongation pour 5 ans du traité de limitation des armes nucléaires stratégiques entre les Etats-Unis et la Russie aura incontestablement été la plus attendue par la communauté défense internationale. Son prédécesseur, Donald Trump, s’était refusé à accepter la proposition faite par Moscou en ce sens depuis plusieurs mois, alors que l’accord arrivait à son terme, et ce dans la droite ligne de la politique qu’il avait suivi ces dernières années, en retirant les Etats-Unis du traité INF sur les armes nucléaires à moyenne portée, ainsi que du traité…

Lire l'Article

L’Industrie U.S ne pourra pas remplacer les pertes probables en cas de conflit majeur

Durant la Guerre Froide, à partir de la Guerre de Corée, les autorités américaines maintinrent en permanence une capacité industrielle de défense très élevée et dimensionnée pour être en mesure de compenser les destructions de matériels en cas de conflit majeur, de sorte à maintenir un volume de forces combattantes constant même dans la durée. Depuis les années 90, entre l’euphorie provoquée par l’implosion du bloc soviétique et la victoire radicale contre l’Irak, la planification industrielle U.S s’est éloignée petit à petit de cette notion, se structurant avec la certitude que les guerres à venir seraient courtes, distantes et à faible empreinte sur les materiels.…

Lire l'Article

Victimes d’un piratage informatique géant, les agences américaines désignent la Russie

L’affaire fait grand bruit outre-atlantique. En effet, plusieurs des plus importantes agences gouvernementales américaines, y compris le Département de la Sécurité Interieure, ont été piratées pendant plusieurs mois par une équipe de hackers ayant eu potentiellement accès à l’ensemble des emails et des documents échangés par ces agences, créant l’une des plus grande brèche de sécurité qu’ai connu les Etats-Unis ces dernières décennies. Outre les méthodes employées par les hackers et les données potentiellement fuitées, le Departement de la Sécurité Nationale cherche désormais à déterminer l’origine du piratage, et il semblerait que tous les chemins mènent à Moscou. C’est par l’intermédiaire d’une plate-forme logicielle Orion…

Lire l'Article

Les porte-avions sont-ils désormais trop vulnérables pour être utiles ?

Depuis l’annonce du lancement du programme de Porte-avions de Nouvelle Génération français par le Président de la République, de nombreuses voix se sont élevées pour s’interroger sur la pertinence d’un tel investissement, notamment face à la menace que représentent, désormais, les missiles anti-navires hypersoniques à longue portée, comme le 3M22 Tzirkon russe, ou le DF26 chinois. Selon eux, et selon d’autres notamment aux Etats-Unis, de tels mastodontes des mers sont aisément localisables, et constituent dès lors des cibles de choix pour les nouveaux missiles anti-navires adverses. Pourtant, une analyse factuelle et objective des capacités offertes par les porte-avions, ainsi que de la réalité de la…

Lire l'Article

Le nouveau plan du Pentagone prévoirait d’augmenter de 70% la flotte de l’US Navy

Le format actuel de la flotte de l’US Navy résulte de décisions prises au milieux des années 70 et au début des années 80, pour faire face à la montée en puissance de la menace navale soviétique dans 3 domaines : l’arrivée de nouvelles unités lourdes de haute mer, comme les croiseurs Kirov et Slava épaulés de destroyers modernes Sovreimeniye et Udaloy, le renforcement de la flotte de bombardiers à long rayon d’action avec l’entrée en service des Tu-22M Backfire, et la menace sous-marine avec l’entrée en service de sous-marins d’attaque très performants comme les Alpha et Akula, et de sous-marins discrets comme les Victor…

Lire l'Article

Peut-on encore s’en remettre à la dissuasion nucléaire ?

Le 5 novembre 1956, un corps expéditionnaire franco-britannique débarquait en Egypte pour reprendre le contrôle du Canal du Suez récemment nationalisé par le président Gamal Abdel Nasser, dans une opération militaire organisée conjointement avec Israël qui s’était emparé du Sinaï égyptien quelques jours plus tôt. Malgré les succès militaires de cette coalition, les troupes franco-britanniques se retirèrent après seulement quelques jours, lorsque l’Union Soviétique menaça Paris et Londres de frappes nucléaires. Même si l’OTAN déclaration à ce moment qu’une telle action soviétique entrainerait une riposte de même nature, Washington fit également pression sur ses deux alliés européens pour obtenir leur retrait, en menant une attaque…

Lire l'Article

En comparant le J-20 au Rafale, la presse chinoise confirme le glissement belliciste du pays

Suite aux massacres de la Place Tian’anmen en 1989, la Chine communiste fit d’immenses efforts pour se construire, sur la scène internationale, l’image d’une nation raisonnable et non belliqueuse, qui tranchait alors avec les positions américaines, russes et parfois européennes. Ce positionnement avait même séduit une certaine partie de la classe politique occidentale, qui ne tarissait pas d’éloges sur le pays, et sur le fait que dans son histoire, la Chine n’avait jamais attaqué un voisin (Indiens et Vietnamiens auront naturellement un avis fort différent sur la question).  L’évolution des positions chinoises sur la scène internationale La conciliation pacifique était alors l’empreinte même de la Chine dans…

Lire l'Article

L’US Army prépositionnent à nouveau des équipements en Europe et en Asie

Durant la guerre froide, les Etats-Unis maintenaient en permanence en Europe prés de 300.000 hommes, dont 250.000 pour la seule Allemagne Fédérale. Mais pour pouvoir faire face aux quelques 50 divisions blindées dont disposaient le Pacte de Varsovie, l’OTAN avait un besoin critique de forces en provenance du nouveaux continent. Les délais particulièrement courts de réaction face à une offensive, et les risques de voir les convois navals traversant l’Atlantique attaqués par les sous-marins et bombardiers à long rayon d’action soviétiques, amena rapidement le Pentagone à opter pour le prépositionnement d’un important stock de materiels lourds en Allemagne, materiels qui pouvaient être mis en oeuvre…

Lire l'Article
Meta-Défense

GRATUIT
VOIR