La Chine a livré des missiles anti-aériens à longue portée HQ-22 à la Serbie

La Chine n’est qu’un acteur récent dans le domaine de l’exportation des systèmes anti-aériens, mais elle s’impose sur de plus en plus de marché, y compris en Europe. C’est ainsi que le HQ-9 chinois, un système comparable au S-300 russe, avait initialement été retenu par Ankara en 2015, en offrant, selon les autorités turques, un rapport performances-prix très supérieur à celui des systèmes russes et occidentaux. Si, sous la pression de ses alliés de l’OTAN, la Turquie annula finalement cette commande, pour se tourner finalement vers le S-400 russe, ce qui engendra des conséquences bien pire pour Ankara, Pékin a enregistré ces dernières années d’autres…

Lire l'Article

Comment la guerre russo-ukrainienne a retracé la carte géopolitique mondiale en quelques jours ?

Au delà de l’héroïque résistance des ukrainiens et de leur président face aux forces russes, et l’évident changement de stratégie dans le plan d’attaque du Kremlin revenant vers une stratégie plus conventionnelle mais également beaucoup plus violente vis-à-vis des populations civiles, la décision de Vladimir Poutine d’engager cette offensive contre l’Ukraine a provoqué, à l’échelle internationale, un raz de marée géopolitique d’une ampleur inédite depuis la chute du mur de Berlin. Car si les militaires russes ont gravement sous-estimés la capacité de résistance des militaires mais également des civils ukrainiens, le Kremlin a, quant à lui, profondément sous-estimer l’unité et la riposte dont feront preuves…

Lire l'Article

Face aux européens, l’Armée russe en 2030 sera bien plus puissante qu’aujourd’hui

La présente crise russo-ukrainienne, quelle que soit sa conclusion, aura permis à Moscou de faire une extraordinaire démonstration de force en Europe, au point qu’aucun pays européen, même les plus proches de Kiev, n’envisage de s’engager militairement aux cotés des armées ukrainiennes en cas de conflit. Et force est de constater que ces armées russes sont parvenues à mobiliser, déplacer et assembler une centaine de bataillon tactique interarmes, l’équivalent russe des Groupement tactique inter-armes français, soit 65 % de sa force opérationnelle terrestre, et ce entre le milieux du mois de novembre et le début du mois de février. A titre de comparaison, l’Armée de…

Lire l'Article

La Chine propose à la Thailande 2 sous-marins Type 039 Song comme solution d’attente

En 2016, à la suite d’une compétition internationale, les autorités Thaïlandaises choisirent le sous-marin S-26T chinois, dérivé du Type 039A classe Yuan, pour constituer la force sous-marine du pays, dont la pourtant puissante Marine Royale Thaïlandaise est jusqu’ici dépourvue. Outre des performances satisfaisantes et une propulsion anaérobie fiable, l’offre chinoise s’appuyait sur un atout de taille, un prix unitaire de seulement 460 m$, moitié moindre que celui de ses concurrents mieux disants. Toutefois, dans sa proposition, Pékin avait inclus des équipements européens, en particulier des turbines allemandes construites par MTU, sans avoir pris la précaution de demander préalablement l’autorisation au motoriste allemand à ce sujet.…

Lire l'Article

Un nouveau modèle de sous-marin chinois fait son apparition

A l’instar de la Russie, la Chine développe une flotte sous-marine mixte, composée simultanément de submersibles à propulsion nucléaire, et de navires à propulsion conventionnelle. Aujourd’hui, cette flotte conventionnelle se compose principalement de sous-marins de Type 039, formant les classes Song (Type 039, 13 unités) et la classe Yuan, intégrant cette fois une propulsion anaérobie AIP, et décomposée en 3 sous-classes Type 039A/B/C. Selon la planification officielle de Pékin, les forces navales chinoises disposeront de 42 sous-marins de la classe Yuan en 2025, pour une flotte de sous-marins conventionnels d’une soixantaine d’unités. Pour autant, le suivi de la constitution de cette flotte sous-marine chinoise est…

Lire l'Article

Ces 7 technologies qui vont révolutionner le champs de bataille d’ici 2040

Si les dernières années de la guerre froide fut l’occasion de nombreuses et importantes avancées technologiques dans le domaine des armements, avec l’arrivée des missiles de croisière, des avions et navires furtifs et de systèmes de commandement et de géolocalisation avancés, cette dynamique fut stoppée nette avec l’effondrement du bloc soviétique. En l’absence d’un adversaire majeur et téchnologiquement avancé, et en raison des nombreuses campagnes disymétriques auxquelles participèrent les forces armées, bien peu d’avancées significatives furent enregistrées du point de vue technologique entre 1990 et 2020, à l’exception notable de la généralisation des drones aériens de tous types. Mais avec l’émergence, depuis le début des…

Lire l'Article

Les sous-marins nucléaires d’attaque modernes

Avec l’épisode de l’annulation du contrat de sous-marins à propulsion conventionnelle Shortfin Barracuda par l’Australie au profit de sous-marins à propulsion nucléaire américano-britanniques, les sous-marins d’attaque à propulsion nucléaire ont connu, ces derniers mois, une sur-exposition médiatique relativement antinomique avec la mission par nature discrète de ces Leviathans océaniques qui constituent, aujourd’hui encore, parmi les constructions humaines les plus complexes jamais réalisées. Aussi rapides que furtifs, les sous-marins nucléaires d’attaque oui SNA, dont les missions passent de la collecte de renseignement à la lutte anti-surface, mais également à la chasse des autres sous-marins, sont aujourd’hui l’apanage exclusif des marines des 5 grandes puissances nucléaires mondiales…

Lire l'Article

Le Pakistan annule la commande d’hélicoptères T-129 turcs pour se tourner vers le Z-10 chinois

En 2018, l’industrie aéronautique turque avait obtenu un remarquable succès en signant avec le Pakistan la vente de 30 hélicoptères de combat T-129 ATAK, un hélicoptère de facture locale dérivé du A-129 Mangusta italien. Ce contrat de 1,5 Md$ était alors le plus important contrat à l’exportation jamais remporté par cette industrie, permettant à Ankara de nourrir l’espoir de se positionner comme un acteur international sur ce marché fermement détenu par les américains, européens et russes depuis plusieurs décennies. Avec l’intervention militaire en Syrie, et l’acquisition de batteries de systèmes anti-aériens S-400 auprés de Moscou, la Turquie a cependant, à partir de 2019, fait l’objet…

Lire l'Article

Quelles conséquences de l’acquisition de 25 chasseurs J-10CE chinois par le Pakistan ?

Cela faisait 13 ans, depuis 2008, que les autorités pakistanaises étudiaient la possibilité d’acquérir une flotte de chasseur monomoteurs J-10 auprés de Pékin, et de nombreuses rumeurs ont annoncé la commande comme imminente à plusieurs reprises. C’est désormais choses faites, puisque celles-ci ont confirmé avoir signé un contrat pour acquérir 25 J-10CE, version export du J-10C en service au sein des forces aériennes de l’Armée Populaire de Libération, afin d’équiper deux escadrons de 12 appareils. Si le montant du contrat n’est pas mentionné, son calendrier, lui, semble particulièrement court, puisqu’il est question de presenter le nouvel appareil lors des célébrations du jour de la République,…

Lire l'Article

Une nouvelle version du chasseur embarqué lourd chinois J-15 bientôt en service ?

Comme pour le chasseur de supériorité aérienne J-11 qui fut dérivé du Su-27, ou le chasseur bombardier J-16 dérivé du Su-30, le chasseur embarqué standard de l’aéronavale chinoise, le J-15, résulte d’une rétro-ingénierie d’un chasseur russe de la famille des Flanker, en l’occurence un Su-33 acquis auprés de l’Ukraine lorsque Pékin fit l’acquisition de la coque du porte-avions Varyag, laissé en friche dans les chantiers navals ukrainiens après l’implosion de l’Union Soviétique. Mais contrairement au J-11B, et surtout au J-16, le J-15 n’avait subit que peu de modernisation dans le processus de conversion, et souffrait de plusieurs défauts qui frappaient déjà son grand-frère soviétique, notamment…

Lire l'Article
Meta-Défense

GRATUIT
VOIR