Le Rafale sera-t-il l’héritier du Mirage III pour l’avenir de l’industrie aéronautique française ?

Rapide, agile, puissant et bien armé, le Mirage III est incontestablement une légende de l’aviation militaire de chasse dans le monde. Aux mains des pilotes israéliens, le chasseur monomoteur à aile delta de Dassault Aviation s’imposa contre les Mig et les Hunter arabes durant les guerres des six jours et du Kippour, et joua un rôle décisif dans la victoire de l’Etat hébreux lors de ces deux conflits, parant l’avion d’une aura d’efficacité et de performances qui construisit son succès à l’exportation avec 1400 appareils construits (Mirage III et V), et qui imposa les chasseurs de Dassault Aviation sur le marché internationale pendant plusieurs décennies.…

Lire l'Article

La coopération franco-allemande autour du SCAF inquiète-t-elle les pays du Moyen-Orient ?

Les pays du Golfe Persique, et leurs alliés du Moyen-Orient, ont été, depuis plusieurs décennies, des clients fidèles de l’industrie de défense française, et en particulier pour ce qui concerne les avions de combat de Dassault Aviation. Ainsi, le Qatar, les Emirats Arabes Unis et son allié, l’Egypte, ont commandé à eux trois 170 avions Rafale, soit prés de 60% des exportations enregistrées à ce jour pour cet appareil, ce après avoir commandé 100 mirage 2000, soit 35% des exportations pour ce modèle. Plus amont, l’Irak avait été le plus important client de Dassault pour son Mirage F1 après l’Armée de l’Air, et l’Egypte le…

Lire l'Article

La commande de Rafale des EAU pourrait engendrer de nouveaux contrats à court terme

La commande de 80 avions Rafale signée vendredi dernier par les Emirats Arabes Unis a profondément boulversé la dynamique industrielle autour de l’avion de combat français, en sécurisant la pérennité et la production de la ligne d’assemblage sur les dix années à venir, et en mettant sur un pied d’égalité le Rafale et le F35, Abu Dabi ayant confirmé qu’il était toujours déterminer à acquérir les 50 avions de combat américains auprés de Lockheed-Martin pour évoluer aux cotés du nouvel avion français. Mais cette commande met également sous pression plusieurs partenaires de la France, qui avaient signifié une intention potentielle de commande de l’appareil, alors…

Lire l'Article

Pourquoi le standard F4 du Rafale rencontre-t-il un tel succès international ?

Avec l’annonce de la commande ferme de 80 avions de combat par les Emirats Arabes Unis, le Rafale est devenu, avec 242 appareils commandés à l’export auprés de 6 forces aériennes, le plus grand succès commercial international de sa génération, surclassant nettement les autres appareils de même catégorie comme l’Eurofighter Typhoon, le Super Hornet ou le Su-35, et même des appareils plus légers de même génération comme le Gripen suédois ou le F-16 Block 70/72+ Viper américain. Dans le monde, seul le F-35 de Lockheed-Martin, jouissant d’un appui stratégique indéfectible de Washington et d’un budget de R&D 12 fois plus important que celui de l’avion…

Lire l'Article

Pakistan, Turquie : Quand le Qatar entraine ses alliés à faire face au Rafale

Le Qatar a été l’un des deux premiers partenaires de la France à faire confiance au Rafale de Dassault Aviation, comme il avait confiance au Mirage 2000 vingt années auparavant, l’appareil ayant longtemps constitué la colonne vertébrale de la défense aérienne du petit état gazier. Non seulement Doha commanda 24 Rafale à Paris en 2015, seulement quelques semaines après la première commande export de l’aéronef par l’Egypte, mais il commanda, deux années plus tard, une douzaine d’exemplaires supplémentaires, ainsi que la modernisation de sa flotte au standard F3R. En ce sens, Doha joua un rôle certainement important dans le succès que l’on connait aujourd’hui du…

Lire l'Article

2021 sera-t-elle l’année du Rafale ?

En 2007, le ministre de la Défense français du gouvernement Fillon, Hervé Morin, ne tarissait pas de critiques et de réserves au sujet du programme Rafale : trop performant, trop technologique, l’avion de Dassault Aviation était surtout trop cher, alors que l’Europe était engagée dans une déflation rapide des forces armées et surtout du budget alloué à la Défense. Il est vrais qu’à cette époque, la France entretenait d’excellentes relations avec Moscou comme avec Pékin, et les engagements des armées françaises semblaient se résumer à des interventions anti-insurrectionnelles comme en Afghanistan. 14 ans plus tard, ce même avion pourrait bien enregistrer une année exceptionnelle dans…

Lire l'Article

Le Qatar se retourne vers le Boxer allemand de KMW et abandonne le VBCI de Nexter

Il y a exactement 3 ans, Doha annonçait deux contrats majeurs pour l’industrie de Défense française : la levée d’une option pour acquérir 12 avions Rafale supplémentaires aux 24 déjà commandés, ainsi qu’un contrat de 2 Md€ pour acquérir 490 Véhicules Blindés de Combat d’Infanterie, ou VBCI, fabriqués par Nexter. Si la commande Rafale s’est parfaitement déroulée, et est presque terminée aujourd’hui, le dossier VBCI a, quant à lui, connu de nombreux retards, avec le processus de sélection de la tourelle qui devait équiper le blindé, puis en raison des tensions de plus en plus fortes opposants Paris et Doha sur des dossiers sans aucun…

Lire l'Article

La vente de F35A aux EAU va-t-elle limiter les performances des appareils proposés à la Suisse ou à la Finlande ?

A quelques jours de l’élection présidentielle américaine, le président Trump semble user de tout son pouvoir pour accélérer la procédure portant sur la vente du chasseur F35A aux Emirats Arabes Unis, et ce en dépit des réticences du Congrès comme du Pentagone, ainsi que d’Israël. Mais cette précipitation ouvre également la voie à des actions du Congrès, aux conséquences potentiellement plus étendues que la seule vente aux Emirats, ou même à d’autres pays du Moyen-Orient. En effet, deux sénateurs démocrates, le très actif sénateur de New-York et président de la commission des affaires étrangères Bob Menendez, et la sénatrice Dianne Feinstein de Californie, ont proposé…

Lire l'Article

La Qatar a déposé une demande pour acquérir des F35

Alors que le Congrès américain est loin d’être favorable pour autoriser la vente d’avions de combat F35A aux Emirats Arabes Unis, et ce malgré l’accord tacite du président Américain et du premier ministre israélien lors des négociations autours de la normalisation des relations entre Israel et Abu Dabi, c’est au tour de Doha d’entrer dans le bal, en soumettant une demande formelle et officielle auprés des autorités américaines pour acquérir le nouvel avion de combat de Lockheed. Cette demande a toutefois peu de chances d’aboutir, tant elle soulèverait d’importantes réactions au Moyen-Orient, comme au sein du Congrés américain. Si les Etats-Unis entretiennent d’excellents rapports avec…

Lire l'Article

Après le premier vol du F-15QA, le Qatar se prépare à décupler sa puissance aérienne

D’après le ministère de la défense qatari, le premier des trente-six F-15QA Advanced Eagle commandés auprès de Boeing en 2017 a effectué son premier vol le 13 avril à l’usine de Saint Louis, dans le Missouri. Les livraisons devraient débuter cette année et s’étendre jusqu’en 2023, où les F-15QA opèreront auprès des Rafale et des Eurofighter également commandés par la force aérienne de l’Emir du Qatar. Le premier vol du F-15QA marque une nouvelle étape dans un programme qui a pris au fil des années un peu de retard. Initialement, il était prévu que les premiers appareils soient livrés au Qatar début 2020. Mais il…

Lire l'Article
Meta-Défense

GRATUIT
VOIR