Naval Group se retire de la compétition indienne P75i de sous-marins AIP

Jusqu’il y a peu, Naval Group était considéré comme l’un des favoris de la compétition P75i lancée en 2017 par New Delhi en vue de concevoir et construire localement 6 nouveaux sous-marins d’attaque dotés d’un système de propulsion anaérobie, désigné par l’acronyme anglophone AIP pour Air Independant Propulsion. Le spécialiste français des navires militaires et des sous-marins pouvait en effet s’appuyer sur le précédant programme P75, lancé en 1999, basé sur le sous-marin Scorpene, et dont la 6ème et dernière unité a été mise à l’eau ce mercredi 20 avril. Après des débuts difficiles, comme c’est souvent le cas en Inde, le programme est parvenu…

Lire l'Article

La Chine propose à la Thailande 2 sous-marins Type 039 Song comme solution d’attente

En 2016, à la suite d’une compétition internationale, les autorités Thaïlandaises choisirent le sous-marin S-26T chinois, dérivé du Type 039A classe Yuan, pour constituer la force sous-marine du pays, dont la pourtant puissante Marine Royale Thaïlandaise est jusqu’ici dépourvue. Outre des performances satisfaisantes et une propulsion anaérobie fiable, l’offre chinoise s’appuyait sur un atout de taille, un prix unitaire de seulement 460 m$, moitié moindre que celui de ses concurrents mieux disants. Toutefois, dans sa proposition, Pékin avait inclus des équipements européens, en particulier des turbines allemandes construites par MTU, sans avoir pris la précaution de demander préalablement l’autorisation au motoriste allemand à ce sujet.…

Lire l'Article

Un nouveau modèle de sous-marin chinois fait son apparition

A l’instar de la Russie, la Chine développe une flotte sous-marine mixte, composée simultanément de submersibles à propulsion nucléaire, et de navires à propulsion conventionnelle. Aujourd’hui, cette flotte conventionnelle se compose principalement de sous-marins de Type 039, formant les classes Song (Type 039, 13 unités) et la classe Yuan, intégrant cette fois une propulsion anaérobie AIP, et décomposée en 3 sous-classes Type 039A/B/C. Selon la planification officielle de Pékin, les forces navales chinoises disposeront de 42 sous-marins de la classe Yuan en 2025, pour une flotte de sous-marins conventionnels d’une soixantaine d’unités. Pour autant, le suivi de la constitution de cette flotte sous-marine chinoise est…

Lire l'Article

Sous-marins Indiens : la compétition à ne pas rater pour Naval Group

Après le retrait de Kockums et de son sous-marin A26 Océanique en début d’année 2020, c’est désormais au tour de l’allemand TKMS et de son Type 214 de jeter l’éponge dans la compétition indienne P75i qui vise à construire 6 sous-marins océaniques à propulsion anaérobie AIP dans les chantiers navals du pays, avec une importante dimension de transfert de technologie. Il reste 4 constructeurs engagés dans cette compétition : l’espagnol Navantia avec le S-80 Plus, le sud-coréen Huyndaï avec le DSME-3000 dérivé de la classe Dosan Ahn Changho, le Russe Rubin avec la classe Amur, et le SMX 3.0 du français Naval Group, dérivé du…

Lire l'Article

Japon, Inde .. La course aux sous-marins nucléaires dans le Pacifique a-t-elle débuté ?

Au lendemain de l’annonce de la création de l’alliance AUKUS rassemblant les Etats-Unis, le Royaume-Unis et l’Australie, et de la commande par ce dernier de sous-marins nucléaires d’attaque au détriment des sous-marins à propulsion conventionnelle Shortfin Barracuda commandés à Naval Group, nous titrions « En Australie, Joe Biden ouvre une bien dangereuse boite de Pandore« , une analyse portant sur le risque de voir, avec cette manoeuvre, de nombreux pays s’absoudre de l’accord tacite qui empêchait jusqu’ici les 5 grandes nations nucléaires d’exporter des sous-marins à propulsion nucléaire. De toute évidence, cette option a en effet très rapidement de l’ampleur, notamment auprés de plusieurs grandes nations militaires…

Lire l'Article

L’Annulation du contrat Australien de Naval Group est-elle vraiment une surprise ?

Dans le tollé de déclarations stupéfaites criant à la surprise et à la traîtrise anglo-saxonne concernant l‘annulation du contrat portant sur la conception et la construction locale de 12 sous-marins à propulsion conventionnelle Shortfin Barracuda en Australie, une déclaration dissonante est passée presque inaperçue, bien qu’elle porte en elle une légitimé et une sincérité incontestable. Selon Vincent Hurel, secrétaire général de la CGT Naval Group à Cherbourg, la déception n’est que « modérée », dans la mesure où « le risque était connu ». Et en effet, pour qui suivait le déroulement de ce programme aux antipodes, les perspectives de ce contrat étaient sévèrement dégradées depuis quelques mois, et…

Lire l'Article

Avec le Type 212CD, l’allemand TKMS veut concevoir le premier sous-marin réellement furtif

Depuis le début des années 70, une course technologique s’est engagée entre les concepteurs de sonar passifs de plus en plus performants, et les constructeurs de sous-marins, qui cherchaient à produire des submersibles de plus en plus discrets, c’est à dire rayonnant le moins possible de bruits d’origine mécanique ou humaine. Peu à peu, la lutte anti-sous-marine a vu le célèbre « bang » des sonars actifs rendus célèbres par de nombreux films, remplacé par des hydrophones haute-sensibilités, des algorithmes informatiques de traitement du signal de plus en plus performants, et les célèbres « oreilles d’or », bien maladroitement mises à l’honneur dans le film « Le chant du loup ».…

Lire l'Article

Barracuda, Shortfin, Scorpene : Quelles alternatives pour accroitre la flotte sous-marine française ?

Depuis plusieurs mois, plusieurs Députés et Sénateurs français, qu’ils appartiennent à la majorité présidentielle ou à l’opposition, ont de manière répétée et de plus en plus précise, interrogé la Ministre des Armées Florence Parly comme les Chefs d’Etat-Major sur les capacités et les déficiences des armées françaises dans le domaine du combat de haute intensité et de la dissuasion nucléaire. Drones de combat, flotte de chasse ou de frégates, second porte-avions et véhicules blindés, de nombreux sujets ont été abordés, avec la crainte bien réelle exprimée par les parlementaires selon laquelle les capacités opérationnelles des armées françaises seraient, dans les années à venir, insuffisantes pour…

Lire l'Article
Meta-Défense

GRATUIT
VOIR