Les armées US préparent leur évolution vers la guerre des drones avant 2030

L’emploi de drones militaires n’est pas un sujet récent. Déjà, pendant la seconde guerre mondiale, des tentatives de transformation de certains avions de chasse et bombardiers furent menées, ainsi que d’employer des systèmes télécommandés pour mener des reconnaissances à courte portée. Durant la guerre du Vietnam, les forces américaines employérent fréquemment des drones pour mener certaines missions de reconnaissance risquées, ou pour amener les défenses anti-aériennes nord vietnamiennes à se révéler. Mais la première armée qui fit un usage intensif et coordonné des drones au combat fut l’armée de l’air israélienne qui, en 1982 lors de l’opération Paix en Galilée, employa intensément des drones pour…

Lire l'Article

Arrow 3, KF-51 Panther, F-35.. : l’Allemagne tourne le dos à la France sans le dire

Depuis plusieurs mois, les programmes de coopération industrielle de défense franco-allemands souffrent d’une divergence industrielle profonde, comme c’est le cas de l’opposition entre Dassault Aviation et Airbus DS dans le domaine du programme d’avion de combat de nouvelle génération SCAF, ou entre Nexter et Rheinmetall dans celui du programme de chars de combat du futur MGCS. Par ailleurs, Berlin a pris des distances voire s’est retiré de certaines coopérations, comme du programme MAWS d’avion de patrouille maritime sabordé par l’acquisition de P-8A Poseidon américains, le programme d’évolution de l’hélicoptère de combat Tigre 3 qui ne sera réalisé que par Paris et Madrid (mais auxquels les…

Lire l'Article

LPM 2023 : une trajectoire déjà tracée pour l’Armée de l’Air et de l’espace ?

Au cours des années 2000 et jusqu’en 2015, l’Armée de l’Air française, devenue depuis Armée de l’Air et de l’Espace, était largement privilégiée, et parfois enviée, vis-à-vis des autres armées. En effet, elle captait, à elle seule, presque la moitié des crédits d’équipements consacrés aux Programmes a effets majeurs, obligeant tant l’Armée de terre que la Marine Nationale à revoir certains de leurs programmes en en diminuant les volumes et étalant les calendriers. Cette situation n’était pas tant du à une préférence gouvernementale ou à une forme de lobbying, qu’à des contraintes industrielles fortes. En effet, il était alors nécessaire afin de maintenir en activité…

Lire l'Article

La Corée du Sud lance le developpement d’une famille de drones de combat furtifs

Longtemps largement dépendante des materiels militaires occidentaux, en particulier américains et allemands, la Corée du Sud a entreprit, il y a une vingtaine d’années, de developper rapidement et avec des grandes ambitions sa propre industrie de défense. Ces dernières années, Séoul récolte les lauriers de ses investissements, non seulement en ayant augmenté son autonomie stratégique de manière spectaculaire avec le developpement de nouveaux équipements performants comme les destroyers de la classe Seijong le Grand, les sous-marins Dosan Anh Changho ou les systèmes d’artillerie K9, mais également en multipliant les succès sur la scène internationale pourtant très concurrentielle, dont le récent super-contrat signé avec Varsovie représente…

Lire l'Article

L’échec probable de SCAF a-t-il été planifié par Berlin de longue date ?

Qu’il s’agisse des autorités industrielles, militaires et même politiques, il n’y a plus guère aujourd’hui de voix en France comme en Allemagne pour espérer que le programme de Système de Combat Aérien du Futur, ou SCAF, aille à son terme. Même le ministère français des armées, porte-voix des ambitions de coopération européenne et franco-allemande de l’Elysée depuis plus de 5 ans maintenant, se montre si pas résigné, mais pour le moins discret voir dubitatif sur le sujet. Cet échec en devenir, qui semble désormais presque inéluctable, est souvent présenté comme la conséquence d’une opposition industrielle entre Dassault Aviation et Airbus Défense&Space au sujet du Next…

Lire l'Article

SCAF ou pas, le couple Super-Rafale Neuron proposé par Dassault devrait être développé

Comme il est de coutume au début de l’été, les salons de l’armement se sont multipliés ces dernières semaines, avec Eurosatory en France dédié aux armements terrestres mi-juin, le salon ILA aéronautique de Berlin une semaine plus tard, et cette semaine, le salon aéronautique britannique de Farnborough. Ce qui l’est moins, c’est l’extraordinaire discrétion de la France, de ses autorités et de son industrie aéronautique lors de ces salons, en particulier au sujet d’un programme pourtant majeur et dimensionnant, le Systeme de Combat Aérien du Futur, ou SCAF. Le fait est, depuis le début de l’année, le programme rassemblant l’Allemagne, la France et l’Espagne est…

Lire l'Article

Les drones TB2 Bayraktar désormais « inutiles » en Ukraine face à la défense anti-aérienne russe

En amont du conflit en Ukraine, plusieurs spécialistes mettaient en doute l’efficacité des drones MALE dans une conflit dit de haute intensité, les jugeant trop vulnérables face aux defense anti-aériennes modernes. Pourtant, lors des premières semaines de combat, les TB2 Bayraktar fournis par la Turquie à l’Ukraine jouèrent un rôle important pour stopper les colonnes russes avançant vers Kyiv, en parvenant à s’insinuer dans les défenses anti-aériennes poreuses mises en oeuvre par les forces russes lors d’une offensive de toute évidence mal planifiée, et à frapper ou guider des frappes d’artillerie contre des colonnes de ravitaillement, des blindés et même plusieurs systèmes de défense anti-aérienne.…

Lire l'Article

General Atomics présente le drone léger aéroporté Eaglet destiné à la haute intensité

Depuis l’entrée en service du premier drone MALE MQ-1 Predator au sein de l’US Air Force en 1995, le rôle de ces aéronefs pilotés du sol et dotés d’une autonomie de plus de 24 heures n’a cessé de croitre au sein des armées mondiales. Désormais, la plupart des grandes armées mondiales mettent en oeuvre ce type de drone, ou son successeur le MQ-9 Reaper pour assurer des missions de renseignement et parfois de frappe sur des théâtres de basse intensité, comme ce fut le cas lors des campagnes irakiennes et afghanes pour les Etats-Unis, ou pour l’opération Barkhane dans le Sahel pour les armées françaises.…

Lire l'Article

L’US Navy finance un programme de drone d’une autonomie supérieure à une semaine

Parmi les enseignements issus de la guerre Ukraine, le rôle prépondérant des drones de reconnaissance dans la conduite des opérations militaires représente probablement, si pas la plus grande surprise, en tout cas la confirmation la plus évidente des transformations qui s’opèrent désormais dans le domaine de l’action militaire de haute intensité. Le succès des armées ukrainiennes face à des forces russes plus nombreuses et puissamment armées repose en effet en grande partie sur la parfaite intégration d’un dispositif associant un système de communication innovant pour coordonner les unités déployées aux renseignements remontés par différents types de drones allant du MALE (Moyen Altitude Longue Endurance) léger…

Lire l'Article

General Atomics présente une version embarquée de son drone MALE MQ-9B SkyGuardian

Ces deux dernières décennies, les drones de combat Moyenne Altitude Longue Endurance, ou MALE, comme le fameux MQ-1 Predator de l’américain General Atomics, et son successeur le MQ-9A Reaper, ont profondément fait évoluer le combat aéroterrestre. Dotés (comme le nom l’indique) d’une longue endurance de l’ordre de 30 heures pour le Reaper, ces appareils peuvent patrouiller et surveiller d’immenses zones grâce à des systèmes Electro-optiques évolués, et frapper des cibles avec des munitions air-sol comme le missile AGM-114 Hellfire et la bombe guidée GBU-38 JDAM. Si leur efficacité en matière de combat de haute intensité reste à déterminer du fait d’une vulnérabilité importante, et ce…

Lire l'Article
Meta-Défense

GRATUIT
VOIR