Après les Su-35s, l’Iran s’intéresserait aux navires de combat russes

Les informations au sujet d’un accord de défense étendu entre Téhéran et Moscou ne cessent d’apparaitre ces derniers jours, en particulier pour ce qui concerne l’acquisition de pas moins de 20.000 drones et missiles balistiques de conception iranienne par la Russie afin de renforcer les capacités de frappe contre l’Ukraine et ses infrastructures. Dans le même temps, Téhéran aurait obtenu de son désormais partenaire et allié, des accords concernant l’acquisition de matériels militaires très évolués, comme les 24 Su-35s initialement construits pour l’Egypte, mais jamais livrés. L’isolement croissant des deux pays sur l’échiquier mondial constitue en effet un cadre particulièrement propice pour un rapprochement entre…

Lire l'Article

Le Japon va doter ses sous-marins de systèmes de lancement vertical de missiles de croisière

De part sa position géographique, et ses liens très étroits avec les Etats-Unis, notamment en matière de défense, le Japon est aujourd’hui en première ligne si un conflit venait à éclater entre la République Populaire de Chine et les Etats-Unis, probablement au sujet de Taïwan. Si, durant toute la guerre froide, Tokyo assura un important soutien aux forces américaines déployées dans le Pacifique et notamment en Asie du Sud-Est, tout en participant à contenir la menace soviétique sur ce théâtre, le pays fut relativement épargné, en comparaison des pays occidentaux en Europe, et ses forces d’auto-défense ont été dimensionnées et conçues uniquement dans un but…

Lire l'Article

Le Congrès américain change la législation pour accroitre la production de munitions

La guerre en Ukraine a fait voler en éclats de nombreuses certitudes au sujet des conflits armés ces derniers mois, qu’il s’agisse notamment de la supériorité supposée des unités formées de professionnels sur des unités de conscrits ou de réservistes, du rôle suprême de l’aviation sur le champs de bataille, ou encore de l’obsolescence supposée du char de combat. L’un des certitudes les plus largement répandues, y compris au plus haut niveau des armées, était qu’un conflit de haute intensité, comme celui qui se déroule aujourd’hui, ne pouvait s’étendre dans la durée, la débauche de puissance de feu et de munitions de précision entrainant nécessairement…

Lire l'Article

Malgré un essai réussi, l’avenir du missile hypersonique AGM-183A ARRW américain n’est pas garanti

En pleine campagne électorale pour sa réélection au Kremlin, Vladimir Poutine stupéfia le monde de la défense le 1er mars 2018, lorsqu’il annonça, lors d’une interview télévisée, que le missile hypersonique aéroporté Kinzhal était entré en service quelques mois plus tôt au sein des forces aériennes russes. D’une portée de 2000 km, le missile russe, qui peut être mis à oeuvre à partir de l’intercepteur lourd Mig-31K ou du bombardier à long rayon d’action Tu-22M3, suit une trajectoire semi-balistique avec d’importantes capacités d’évolution et une vitesse supérieure à Mach 5, le rendant particulièrement difficile à détecter et intercepter pour les systèmes antibalistiques traditionnels comme le…

Lire l'Article

Le nouveau sous-marin Taïwanais sera lancé en septembre 2023

Depuis la normalisation des relations entre l’occident et Pékin à partir de 1995, l’ile de Taïwan, autonome depuis 1949, et revendiquée par la République Populaire de Chine depuis cette date, rencontra des difficultés croissantes pour moderniser son outil de défense. En effet, les autorités chinoises surent parfaitement manier une très alléchante carotte, le potentiel économique chinois pour les entreprises occidentales, et un puissant bâton, la détérioration immédiate et sévère des relations diplomatiques et économiques, si un de ses partenaires occidentaux venait à intervenir dans la modernisation des armées taïwanaises. Cette stratégie s’avéra d’une extraordinaire efficacité, tous les partenaires traditionnels de Taiwan en matière de défense,…

Lire l'Article

La nouvelle doctrine nord-coréenne accroit considérablement le risque nucléaire dans la péninsule

La Corée du Nord est devenue, en 2006, le 9ème pays à disposer d’armes nucléaires, après l’explosion de sa première bombe A le 9 octobre. Pour Pyongyang, il s’agissait alors de répondre à la menace perçue posée par les Etats-Unis et les tensions répétées avec son voisin sud-coréen, mais également d’alimenter très efficacement la propagande du régime vis-à-vis d’une population très éprouvée par des décennies d’extreme pauvreté. En outre, si le régime nord-coréen savait pouvoir s’appuyer sur Pékin et Moscou pendant la guerre froide, l’effondrement soviétique au début des années 90, et le rapprochement économique alors marqué entre la Chine et l’Occident engagé à partir…

Lire l'Article

La défense anti-aérienne russe prise en defaut par les drones ukrainiens

Les deux frappes successives menées par des drones ukrainiens contre deux bases aériennes russes accueillant des bombardiers stratégiques ou à long rayon d’action, ont très largement été commentées dans les médias. Au delà de l’évident succès des ukrainiens, qui ont endommagé au moins deux appareils, un bombardier stratégique Tu-95 sur la base d’Engels-2, et un bombardier à long rayon d’action Tu-22M3 sur la base de Dyagilevo, ceux-ci sont également parvenus à mener des frappes d’une remarquable précision à l’aide de drones transformés en missiles de croisière de facture locale, et ce sans utiliser de systèmes d’arme occidentaux. Surtout, ces deux frappes, comme celle d’aujourd’hui contre…

Lire l'Article

Thales fin prêt pour répondre aux besoins SHORAD/CIWS des armées françaises

Plusieurs faiblesses critiques frappant les armées françaises ont été à plusieurs reprises détaillés sur Meta-Défense. Dans le cadre de la préparation de la Loi de Programmation Militaire 2024-2030, il semble, selon les informations ayant filtrées dans le domaine public, que plusieurs d’entre elles sont désormais prises en compte, avec des solutions envisagées à relativement court terme. C’est notamment le cas de la capacité de destruction des défenses anti-aériennes adverses et de guerre électronique pour le Rafale, le Chef d’Etat-Major de l’Armée de l’Air et de l’Espace ayant annoncé, lors de son audition par la commission défense de l’Assemblée nationale, que cette capacité, initialement prévue dans…

Lire l'Article

La Corée du Sud teste le système anti-balistique L-SAM avec succès

La Corée du Sud ne cesse de démontrer qu’elle est devenue, en quelques années seulement, un acteur majeur de portée internationale du monde de l’armement de haute technologie, avec de nouveaux blindés comme le char K-2 Black Panther et le canon automoteur K-9 Thunder, les avions de combat FA-50 et le nouveau KF-21 Boramae, les destroyers Seijong et sous-marins Dosan Ahn Changho. Ces équipements ont non seulement démontré, pour ceux déjà en service, leur efficacité et un excellent rapport performances-prix; ils remportent également de nombreux succès à l’exportation, s’appuyant précisément sur cet atout économique et opérationnel, mais également sur la réactivité et la flexibilité de…

Lire l'Article

Le Japon veut armer ses sous-marins de missiles de croisière à changement de milieu

Relativement préservé lors de la Guerre Froide, le Japon a, contrairement à l’Allemagne, conservé jusqu’à aujourd’hui les contraintes strictes de sa constitution d’après-guerre en matière de forces armées. Ainsi, pour Tokyo, les forces armées nippones, désignées sous le titre de forces d’auto-défense, ne sont conçues que pour assurer la défense immédiate du pays. De fait, même si les forces nippones sont loin d’être négligeables, avec notamment une force aérienne alignant 240 avions de combat dont 150 F-15J, et une force navale forte de 20 sous-marins, 36 destroyers (dont 8 AEGIS), 8 frégates (22 au final) ainsi que 2 porte-aéronefs légers, celles-ci n’étaient pas dotées, jusqu’il…

Lire l'Article
Meta-Défense

GRATUIT
VOIR