Les nouvelles ambitions de la Coopération Permanente Structurée européenne

La Coopération Permanente Structurée Européenne, ou PESCO, est incontestablement une des avancées majeures obtenues dans le domaine de La Défense au sein de l’Union européenne. Lancée en décembre 2017, elle permet aux industriels et acteurs politiques européens de coopérer pour developper de nouveaux programmes, qu’ils soient purement technologiques ou industriels, dans le but d’éviter la multiplication des programmes similaires au sein de l’Union européenne, et donc des dépenses jugées non pertinentes car redondantes entre les membres. La première liste de projets fut présentée le 6 mars 2018, et se concentrait avant tout sur des programmes de soutien, dans le domaine de l’entrainement, de la simulation,…

Lire l'Article

L’US Army va expérimenter 107 nouvelles technologies lors du projet Convergence 2021

A l’instar de l’US Navy et de l’US Air Force, l’US Army développe, simultanément, plusieurs centaines de programmes de Recherche et Developpement aux ambitions et au calendrier souvent très disparates. Et comme ses homologues, elle doit en valider les capacités coopératives en application de la nouvelle doctrine Joint All-Domain Command and Control, ou JADC2, qui encadre l’évolution stratégique et tactique des opérations militaires américaines dans les années et décennies à venir. Pour cela, elle organise depuis l’année dernière chaque automne un grand exercice, désigné « Projet Convergence », destiné précisément à valider les capacités coopératives de certains de ses programmes, ainsi que d’en évaluer la plus-value opérationnelle…

Lire l'Article

Pour l’US Army, il devient urgent de remplacer les systèmes anti-aériens Patriot et Stinger

Ces 4 dernières années, Raytheon et le Departement d’Etat américain sont parvenus à convaincre 4 pays européens de se porter acquéreurs du systeme anti-aérien et anti-missiles MIM-104 Patriot : La Suède, la Roumanie et la Pologne en 2017 et 2018, et plus récemment la Suisse dans une compétition qui opposait le système américain au SAMP/T franco-italien. Au total, se sont aujourd’hui 6 pays européens membre de l’OTAN qui mettent en oeuvre ce système, auxquels s’ajoutent la Suède et la Suisse, qui sont ou seront bientôt équiper de ce système. Le système portable FIM-92 Stinger équipe, quant à lui, 9 forces armées européennes. Ces deux systèmes,…

Lire l'Article

L’Armée Australienne désactive en urgence son système de gestion du champs de bataille d’origine israélienne

En 2010, dans le cadre des programme LAND 75 et LAND 125, l’Armée australienne avait sélectionné l’Israélien Elbit pour fournir son Battle Management System (Systeme de Gestion de Bataille) ou BMS, permettant de numériser les informations statiques et dynamiques du champs de bataille et d’améliorer ainsi grandement la conduite des opérations militaires. Le système, incluant notamment un certains nombres de kits pour équiper les véhicules de commandement, les véhicules de combat et les personnels d’infanterie, fut progressivement déployé dans les années qui suivirent, afin de palier certaines faiblesses constatées notamment lors des déploiements en Afghanistan. A partir de 2019, toutefois, des interrogations et des doutes…

Lire l'Article

A quoi ressemblera la guerre en 2035 ?

Depuis la fin de la seconde guerre mondiale, les évolutions sur le champs de bataille ont surtout suivi une dynamique incrémentale, avec des blindés de plus en plus puissamment armés et mieux protégés, des avions de plus en plus rapides et précis, et des navires de mieux en mieux armés. Mais fondamentalement, la conduite des opérations reste largement calquée sur celle qui avait cours durant les années 50 et 60, avec une précision accrue et des communications plus efficaces. Mais aujourd’hui se dessine, aussi bien chez les industriels de La Défense que dans les Etats-Majors, une nouvelle forme de guerre, beaucoup plus dynamique, électronique, et…

Lire l'Article

Les armées américaines testent leur nouvelle doctrine de combat « All-Domain »

Traditionnellement, la perception de la puissance militaire d’un pays repose sur l’appréciation du format de ses forces, du nombre et de la qualité de ses équipements, et de l’entrainement voir de l’aguerrissement de ses effectifs. Et il est vrais qu’à quelques exceptions prés, les français s’en souviennent à Azincourt, cette démarche permettait d’évaluer effectivement les rapports de force, et donc le gradient de puissance. Ainsi, durant la guerre froide, l’OTAN fit le pari de la puissance technologique et sur une force aérienne plus performante pour compenser le surnombre marqué de l’arme blindée soviétique et de ses pays satellites. Mais certains événement historiques marquant ont démontré…

Lire l'Article

Comment le Pentagone se prépare-t-il aux conflits de haute intensité à venir ?

Depuis la fin de la guerre froide, et l’effondrement du bloc soviétique, de nombreuses armées mondiales, y compris les armées américaines, s’éloignèrent des concepts d’emploi symétrique pour accroitre leur efficacité dans les campagnes où l’engagement anti-insurrectionnel était de rigueur. Peu à peu, les armées se sont allégées, pour gagner en mobilité et réactivité, et concentrèrent leurs investissements vers des besoins immédiats, comme les drones ou les blindés protégés contre les IED, au détriment de compétences lourdes, comme le combat mécanisé lourd, la guerre électronique ou la manoeuvre au delà de l’échelon de la brigade. Alors que les armées occidentales s’adaptaient aux engagements en Afghanistan, en…

Lire l'Article

F35, Su57 et J20 ont-ils vraiment une génération d’avance sur le Rafale et le Typhoon ?

Bien souvent, lorsqu’il s’agit de comparer des appareils comme le F35, le Su-57 et le J-20 à des appareils européens comme le Rafale, le Typhoon ou encore le JAS39 Gripen, un argument massue est employé pour clore le débat, celui de la 5ème génération. En effet, à en croire une classification largement répandue, les premiers seraient des appareils de 5ème génération, alors que les seconds ne seraient que des appareils de 4ème générations, parfois classés 4G+ de façon assez condescendante pour refléter leur niveau de performance. Quelles sont donc ces générations si importantes qu’elles permettraient de niveler sans ambage les avions de combat ? Et…

Lire l'Article

La DGA notifie la commande de 54 Griffon MEPAC dotés de mortiers de 120mm 2M2R

Dans un communiqué de presse publié le 24 janvier, le GME Scorpion –Groupement Momentané d’Entreprises constitué de Nexter, Arquus et Thales– déclarait que la DGA leur avait notifié le 30 décembre 2019 d’un nouvel avenant au contrat du programme SCORPION. Cet avenant porte sur la commande attendue depuis l’été dernier de 54 véhicules blindés multi-rôles Griffon équipés pour embarquer un mortier rayé de 120mm dans leur soute. L’avenant permet ainsi de respecter la cible des 1872 véhicules SCORPION prévue dans l’actuelle loi de programmation militaire. Cette nouvelle variante du Griffon est désignée MEPAC, pour Mortier Embarqué Pour l’Appui au Contact, le mortier en question étant…

Lire l'Article

Lockheed-Martin va remplacer le système de maintenance ALIS du F35

Lors des premières années du programme F35, le système automatisé de supervision de la maintenance ALIS pour Autonomic Logistics Information System, était présenté comme le Graal de la maintenance aéronautique militaire. Comme souvent avec les nouveaux systèmes informatiques révolutionnaires, la réalité s’est rapidement éloignée des ambitions initiales. Retards dans la livraison des pièces de rechange, mauvaise gestion des stocks, informations excessives transmises au constructeur américain et surcharges de travail constatées dégradèrent rapidement l’image du logiciel, au point d’être désormais considéré comme un des principaux obstacles à l’amélioration de la disponibilité de l’aéronef. Pour répondre à ces critiques, Lockheed va concevoir un nouveau système plus opérationnel,…

Lire l'Article
Meta-Défense

GRATUIT
VOIR