Yhdysvaltain sotilaskodit kaappasivat ja hallitsivat Irania

- Mainonta -

Iranin joukot ilmoittivat hakkeröineen seitsemästä kahdeksaan Yhdysvaltain droneja. Prikaatikenraali Hajizadeh, Iranin Pasdaran-armeijan ilmailu- ja avaruusjoukkojen komentaja, sanoi pääsevänsä sisään amerikkalainen drone-komento- ja hallintakeskus. Vallankumoukselliset vartijat olisivat siten keränneet suoraan näiden droonien keräämät tiedot Syyrian ja Irakin vyöhykkeen yli. Pentagonin mukaan sillä ei ole tällä hetkellä mitään lisättävää. Iranin armeija on julkaissut näiden droonien ottamat kuvat. Näemme erityisesti MQ-9 Reaperin maassa, johon sitten iski isku. Epäilemättä estää sen tekniikkaa hyödyntämästä tai palvelemasta pokaalina.

L’histoire se répète. En décembre 2011 déjà, un drone furtif américain (RQ-170 Sentinel) de Lockheed Martin avait été piraté par les forces cyber iraniennes près de Kashmar. Le gouvernement iranien avait annoncé avoir réussi à faire atterrir le drone sans le détruire. Barack Obama avait alors reconnu la capture du drone sans pour autant confirmer l’authenticité des images publiées par les forces iraniennes.     

L’incident intervient alors que la marine iranienne vient de clore un exercice naval massif « Vélayat 97» dans le détroit d’Ormuz. Les autorités iraniennes ont à plusieurs reprises menacé de bloquer les exportations de pétrole depuis le Golfe persique en réponse aux sanctions américaines. L’exploitation de cette brèche informatique permet au régime des Mollah de compléter sa démonstration de force par les armes conventionnelles et de se positionner en concurrent régional. L’outil cyber se confirme, aussi dans la région du Golfe, comme un véritable outil de puissance.

L’Iran n’est pas étranger à l’actualité cyber. En 2010, il avait été la cible d’une des plus grandes cyberattaques mondiales. Le virus Stuxnet, développé par les Etats-Unis et Israël, avait infecté plus de 200 000 postes informatiques et retardé de 1 à 2 ans le programme nucléaire iranien. 9 ans plus tard, l’Iran a appris de ses erreurs et nourris une ambition qui peut définitivement peser sur les équilibres régionaux et représenter une menace sérieuse à l’échelle mondiale. Une donnée souvent survolée … et pourtant rien de très surprenant pour un régime qui souhaite garder la mainmise sur l’information et se préserver des influences extérieures.

Thibaud Mattei

- Mainonta -

Jatkoa ajatellen

SOSIAALISET VERKOSTOT

Viimeiset artikkelit